L’économie libanaise au bout du rouleau en 2018

Le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre désigné libanais Saad Hariri, entourés de membres de leurs gouvernements respectifs le 6 avril 2018 à Paris. Ludovic Marin/AFP/Pool

Rétrospecive Liban 2018

Le blocage de la formation du gouvernement accentue les pressions sur la stabilité économique et financière du pays et entrave l’avancée des réformes.

05/01/2019

Ce n’est un secret pour personne : la situation économique et financière du Liban est plus que jamais inquiétante, et les multiples blocages dans le processus de formation d’un nouveau gouvernement ne font qu’accentuer ce climat d’incertitude. L’année 2018 aura été l’année au cours de laquelle la Banque centrale a été contrainte de suspendre ses mécanismes de subvention des prêts au logement ; durant laquelle les Libanais ont été confrontés à une hausse considérable des prix ; le secteur bancaire a dû, en outre, faire face à un ralentissement de la croissance de ses dépôts, sans parler d’une explosion du déficit public et des spéculations croissantes sur la stabilité de la livre.

Pourtant, l’année avait plutôt bien commencé. Passé la crise de novembre 2017, provoquée par la démission surprise depuis Riyad de Saad Hariri, alors Premier ministre du gouvernement sortant, le Liban retrouvait une relative stabilité politique et les marchés semblaient s’apaiser. La communauté internationale, consciente des risques qui pèsent sur la situation économique du pays, craignait qu’une crise financière ne provoque un déplacement massif des réfugiés syriens du Liban vers les pays européens. Elle décide, de ce fait, de lui venir en aide en organisant trois conférences internationales de soutien en moins d’un mois. Rome II, qui s’est tenue mi-mars, était consacrée au renforcement de l’armée et des Forces de sécurité intérieure libanaises. Celle de Bruxelles, organisée fin avril, s’est focalisée sur la prise en charge des réfugiés syriens sur le territoire libanais.

Mais c’est la Conférence économique pour le développement par les réformes et avec les entreprises (CEDRE), tenue le 6 avril à Paris, qui mobilisera le plus les soutiens du Liban. Grâce à une intervention appuyée de la France, plusieurs bailleurs de fonds s’engagent à octroyer plus de 11 milliards de dollars de prêts et de dons pour financer de grands projets d’infrastructure, à condition que le pays mette en place une série de réformes, devant principalement aboutir à un assainissement des finances publiques, une meilleure gouvernance dans la gestion des affaires publiques et un règlement du problème de l’électricité.


(Lire aussi : CEDRE : Londres revoit à la hausse son don au Liban)


Le FMI durcit le ton

L’urgence de ces réformes avait d’ailleurs été martelée dès février par l’un des principaux acteurs de la CEDRE, le Fonds monétaire international (FMI), qui avait publié un rapport dressant un constat alarmiste de la situation économique et financière du pays. Prenant de court plusieurs observateurs, en employant un ton bien plus dur qu’à l’accoutumée, le FMI exhortait les responsables politiques à redresser les finances publiques et à cesser de compter sur les politiques interventionnistes de la Banque centrale. L’organisation dit craindre que la dette publique n’atteigne 180 % du PIB d’ici à 2023 – contre plus de 150 % en 2018 – en cas d’inaction politique, et que le pays ne puisse plus maintenir l’arrimage de la livre au dollar, notamment face au ralentissement de la croissance des dépôts bancaires.

Progressivement, les organisations qui observent l’évolution de la situation du Liban rejoignent le FMI et durcissent leurs diagnostics respectifs. À commencer par la Banque mondiale, qui a revu à la baisse, à trois reprises, ses prévisions de croissance pour le pays : une première fois en janvier (2,5 % à 2,2 %), puis en avril (2 %) et enfin en octobre (1 %). Le FMI, qui tablait dès février sur une croissance entre 1,5 % et 1 %, a fini par la ré-estimer à 1 % en octobre. Même l’Institut de la finance internationale (IFI), généralement plus optimiste que la plupart des observateurs, a estimé en septembre que la croissance du pays ne devrait pas dépasser 1,3 %. Et puis tout récemment, deux des trois principales agences de notation, Moody’s et Fitch, ont pour leur part décidé de dégrader la perspective du pays de « stable » à « négative », tout en choisissant de maintenir pour le moment la note souveraine (évaluation de sa solvabilité) du pays à respectivement B3 et B-.


(Lire aussi : Billingslea : Le Hezbollah continue à avoir accès au secteur bancaire libanais)


Et au fur et à mesure que les négociations pour la formation d’un nouveau gouvernement s’enlisaient, la banque d’investissement américaine Goldman Sachs (GS) devenait également de plus en plus pessimiste, formulant en décembre des inquiétudes quant à la capacité du Liban à financer durablement ses déficits intérieur et extérieur. Tout comme le FMI, GS impute principalement ces inquiétudes au ralentissement de la croissance des remises d’expatriés et des dépôts vers le Liban, qui financent traditionnellement une grande partie des besoins en financement du pays. Selon les dernières données disponibles citées par GS, les flux de dépôts sur les neuf premiers mois de 2018 ont atteint 2,4 milliards de dollars (4,2 % du PIB), contre 7,3 milliards de dollars (13,7 % du PIB) en 2017. La banque craint que ce ralentissement subisse une dynamique d’autorenforcement, ce qui impacterait la confiance et mènerait à des sorties de capitaux.


Suspension des prêts subventionnés

Toutes ces organisations reconnaissent en revanche que les ingénieries financières menées par la BDL ont permis de soutenir la confiance des déposants et d’assurer suffisamment de devises pour répondre aux besoins de financement intérieurs, et surtout extérieurs. Elles confirment aussi que la Banque centrale dispose de réserves plus que suffisantes pour couvrir ces déficits pour les années à venir, de quoi rassurer les déposants et les investisseurs sur les capacités du Liban à répondre à ses besoins de financement et à maintenir la stabilité du taux de change. Toutefois, l’urgence de contenir la demande sur le dollar a poussé la BDL à suspendre ses mécanismes de subvention des prêts au logement. L’enveloppe consacrée pour cette année a été épuisée en trois ou quatre mois, en raison notamment de la forte demande de prêts de la part des fonctionnaires, civils et militaires, dont les revenus venaient d’être augmentés.


(Lisez aussi, le dossier du Commerce du Levant : Immobilier, survivre à l'arrêt des prêts subventionnés)


Ces mécanismes permettaient en outre de financer des prêts accordés via l’Établissement public de l’habitat (EPH), dont la mission est d’aider les ménages les plus modestes à acquérir un logement en servant d’intermédiaire auprès des banques et en aménageant le coût du crédit. Leur suspension a donc donné une dimension sociale à la crise, et porté atteinte au secteur immobilier, obligeant plusieurs ministres et élus à monter au créneau pour faire mine de proposer des solutions. Il aura fallu attendre septembre pour que le Parlement débloque l’équivalent de 66 millions de dollars dans le budget de 2018 afin de subventionner les intérêts d’un nombre limité de prêts accordés via l’EPH, en attendant la mise en place d’une véritable politique de soutien au logement. La BDL a, elle, assuré à plusieurs reprises qu’elle allait débloquer une nouvelle enveloppe de prêts à taux réduits début 2019, sans préciser le montant ni fixer de calendrier.

En dépit de toutes ces mises en garde contre l’imminence d’une crise, la classe politique dirigeante ne parvient toujours pas à trouver un consensus pour la formation d’un nouveau gouvernement, et demeure davantage préoccupée par les modalités de répartition des portefeuilles ministériels entre les différents camps. Face à cette situation, l’ambassadeur de France au Liban Bruno Foucher a haussé le ton début décembre, affirmant que « ce serait vraiment dommage que le Liban, qui a su susciter une telle solidarité (dans le cadre de la CEDRE), perde l’intérêt de cette solidarité en n’étant pas capable de mettre sur pied un gouvernement (...) et prenne le risque de perdre cette dynamique qui a été engendrée par la communauté internationale ».


(Lire aussi, dans Le Commerce du Levant : Pourquoi la filière libanaise du cannabis thérapeutique n’est pas un si bon plan)


Réforme du secteur de l’électricité

Car une absence de gouvernement empêche le Liban d’honorer ses principaux engagements de réformes pris lors de la CEDRE, l’empêchant ainsi de débloquer les fonds promis. Ainsi, alors que le pays s’est engagé à baisser de cinq points de pourcentage le ratio déficit public/PIB sur une durée de cinq années consécutives, le déficit public libanais a plus que doublé en un an, s’élevant à 4,5 milliards de dollars sur les neuf premiers mois de 2018, atteignant presque le plafond fixé à 4,8 milliards de dollars dans le budget prévisionnel pour l’ensemble de l’année. Et pour ne rien arranger, la vacance gouvernementale a également empêché l’étude et le vote du budget de 2019 dans les délais constitutionnels, alors que celui-ci est censé inclure un certain nombre de mesures devant permettre une contraction du déficit.


(Lire aussi : CEDRE : quelles sont les réformes fiscales et budgétaires nécessaires ?)


La première de ces mesures devrait concerner la suppression des subventions du prix de l’électricité, qui se traduira par une hausse des tarifs, qui n’ont pas été augmentés depuis 1994. Saad Hariri a affirmé en décembre avoir obtenu un consensus politique sur la mise en place de cette mesure, « qui sera instaurée dès la formation du gouvernement ». Elle devrait intervenir parallèlement à la hausse de la production à travers la construction de nouvelles centrales électriques. Le gouvernement Hariri III devra poursuivre la mise en œuvre du plan approuvé en mars dernier par le cabinet sortant, prévoyant la livraison de trois unités flottantes de stockage et de transformation du gaz liquéfié importé, ainsi que le développement de la filière des énergies renouvelables.

En attendant ce plan visant à alimenter le pays en courant électrique 24h/24, les Libanais doivent continuer à faire appel aux services des exploitants de générateurs privés. Depuis le 1er octobre, le ministère de l’Économie et du Commerce tente de réguler ce secteur en obligeant les propriétaires de ces générateurs, illégaux mais tolérés depuis des années, à installer, à leur charge et à leur grand dam, des compteurs individuels chez leurs clients et à les facturer en fonction de leur consommation personnelle, contre des forfaits actuellement. Plusieurs générateurs ont été saisis depuis l’entrée en vigueur de cette décision. Par ailleurs, Saad Hariri a aussi assuré que des négociations seront menées par le futur gouvernement avec Siemens et General Electric. Le ministre sortant de l’Énergie et de l’Eau, César Abi Khalil, avait reçu en octobre dernier une délégation de Siemens qui avait proposé, en juin dernier, de construire des centrales au gaz. GE, qui avait été conviée à la CEDRE, avait également déclaré être en mesure de construire des centrales électriques en huit mois.


(Lire aussi : Ce que le contrat d’exploitation va changer entre EDL et EDZ)


Le seul dossier ayant suivi son cours sans entraves politiques durant l’année 2018 est celui des hydrocarbures offshore. Le Liban a signé en février ses deux premiers contrats d’exploration et de production d’hydrocarbures offshore avec le consortium Total-Eni-Novatek pour le bloc 4 (au centre ouest) et le bloc 9 (au sud) de sa zone économique exclusive. La première phase d’exploration a été lancée fin mai et la loi sur le renforcement de la transparence dans le secteur a été votée en septembre. Toutefois, alors qu’un second round devait être lancé en décembre pour quatre autres nouveaux blocs, l’absence de gouvernement a rendu impossible le lancement de l’appel d’offres.


Lire aussi

Liban : Ouvrons enfin le débat sur le budget, la tribune de l'ONG Kulluna Irada

La politique monétaire libanaise est-elle durable ?, la tribune de Nicolas Khaïrallah,ancien directeur général adjoint de la Fransabank et ancien professeur et chef du département management à l’École supérieure de commerce (ESC) de Rennes.


Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Gebran Eid

LES PAUVRES GENS QUI ONT RÉUSSI À ÉCONOMISER UN PEU D'ARGENT, DÉPOSÉ DANS UNE BANQUE LIBANAISE ET EN LIVRE LIBANAISE EN PLUS ET QUE CET ARGENT EST FIXÉE AUSSI....OY YOY YOOOY.

Sarkis Serge Tateossian

Le drame libanais se poursuit.

Sarkis Serge Tateossian

Le drame libanais se poursuit.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE PAQUEBOT LIBAN COULE ET CERTAINS Y FONT DES VOEUX POUR LEUR MAINMISE SUR L,EPAVE !