X

Économie

CEDRE : Londres revoit à la hausse son don au Liban

CEDRE

Malgré le retard dans la formation du gouvernement et ses répercussions sur l’avancée du processus CEDRE, le Royaume-Uni a annoncé hier un don supplémentaire de 30 millions de livres sterling au Liban.


13/12/2018

Le Royaume-Uni a revu à la hausse hier son engagement envers le Liban dans le cadre de la Conférence économique pour le développement par les réformes et avec les entreprises (CEDRE), tenue le 6 avril dernier à Paris. Le secrétaire d’État britannique au Commerce international, Liam Fox, a annoncé un don supplémentaire de 30 millions de livres sterling (près de 38 millions de dollars), alors qu’il intervenait dans le cadre du Forum libano-britannique des affaires et de l’investissement, qui s’est tenu hier à Londres. Cette enveloppe s’ajoute ainsi au don de 57 millions de dollars, promis en avril par le Royaume-Uni.

Une décision surprenante, alors que le déblocage de ce don supplémentaire avait pourtant été conditionné durant la conférence de Paris à deux objectifs qui non pas encore été atteints : la mise en œuvre du programme d’investissement (Capital Investment Program, CIP) visant à moderniser les infrastructures du Liban et des mécanismes de suivi du processus CEDRE. Sans doute une manière pour Londres de réaffirmer son soutien à Beyrouth, au moment où Paris accentue la pression sur les responsables libanais pour débloquer le processus de formation du gouvernement. « Nos relations avec le Liban sont extrêmement importantes – couvrant la sécurité, l’économie et l’aide nécessaire pour faire face à la crise des réfugiés – et le forum d’aujourd’hui est un moment crucial pour soutenir le Liban et célébrer nos liens solides en matière de commerce et d’investissement. Un Liban stable et prospère est essentiel à la sécurité et à la stabilité au Moyen-Orient », a ainsi déclaré le secrétaire d’État britannique des Affaires étrangères et du Commonwealth, Jeremy Hunt.


(Lire aussi : CEDRE : un forum à Londres pour promouvoir les PPP au Liban)


De son côté, le Premier ministre désigné Saad Hariri a tenu à assurer que « le retard dans la formation du gouvernement n’a pas arrêté (les) progrès dans la mise en œuvre des projets et des réformes prévues durant la CEDRE ». La communauté internationale s’était engagée au cours de cette conférence à mobiliser en faveur du Liban près de 11 milliards de dollars de prêts et de dons, conditionnés à des réformes structurelles, en vue de financer la première phase du CIP. M. Hariri a ainsi rappelé que, depuis, trois projets du CIP ont été lancés sous la forme de partenariats public-privé (l’extension de l’Aéroport international de Beyrouth, l’autoroute périphérique de Beyrouth reliant Khaldé à Nahr Ibrahim, et la création d’un centre national de données), et que le Parlement a voté des lois s’inscrivant dans le cadre des réformes exigées durant la CEDRE.

Mais pour Saad Hariri et la délégation libanaise, ce forum bilatéral avait surtout pour objectif de convaincre les entreprises britanniques d’investir dans les projets du CIP. « J’invite les hommes d’affaires britanniques à s’intéresser aux vastes opportunités qu’offre le CIP et aux 200 projets dans les secteurs des transports, de l’énergie et de l’eau auxquels ils pourront candidater », a demandé M. Hariri. « Je suis ravi de voir autant d’opportunités pour les entreprises britanniques au Liban et mon département est prêt à aider toute entreprise qui souhaite se développer ou lancer son activité d’exportation vers le pays avec un soutien solide », a pour sa part affirmé Liam Fox. Environ 400 représentants du secteur privé, britanniques et libanais, ont pris part à ce forum.

Par ailleurs, Saad Hariri et le ministre sortant des Affaires étrangères, Gebran Bassil, ont aussi appelé les entreprises britanniques à considérer le Liban comme « une plate-forme pour la reconstruction de la Syrie et de l’Irak », en mettant en avant les projets de développement d’infrastructures adéquates dans ce sens.

Le forum a également été l’occasion pour le ministre sortant de l’Énergie, César Abi Khalil, de promouvoir le second round d’attribution de licences d’exploration et de production d’hydrocarbures offshore. Tandis que le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, a été interviewé par la journaliste libano-britannique Joumana Bercetche (CNBC) « pour rassurer les investisseurs londoniens sur les eurobonds » lors de la session de clôture du forum.


Pour mémoire

CEDRE : des avancées possibles, même sans gouvernement


À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MERCI LE R.U. !

Sarkis Serge Tateossian

Chaque million est une bouffée d'oxygène à nos concitoyens étouffées dans la misère par manque d'infrastructures.
Ce n'est pas grand chose 30 millions, à l'échelle d'un pays, mais c'est important.

Reste l'essentiel, la formation d'un nouveau gouvernement qui remettra le pays sur les rails ...

La vraie résistance réside dans la sagesse, la modération, la patience et la réussite au final

Le pays finira par trouver sa voie, son équilibre et sa force, loin des doutes identitaires pro-ceci, pro-cela qui semblent douter de leur propre existence.

Le Liban, tout en gardant ses alliances et ses amitiés avec ses voisins, doit concentrer sa force dans sa propre épanouissement culturel et identitaire proprement libanais.

C'est la clé pour finir de tous nos malheurs.

ACQUIS À QUI

Voir Londres s'empresser d'augmenter son " don" me réjoui tellement que cela m'empêche de croire qu'absoudre l'occident à 100% de tous nos malheurs , me fait me sentir tellement niais et naïf.

Sans toutefois me sentir ridicule , puisque POUR MOI c'est TELLEMENT évident.

Comment se venger ?

RÉSISTER AVEC INTELLIGENCE ! PAS EN COUBANT L'ÉCHINE.

Irene Said

Ah...cet Occident tant décrié, détesté, accusé d'être impliqué dans tous les malheurs autour de nous...c'est tellement plus facile que de reconnaître nos propres erreurs...nos propres rêves fous irréalisables de vengeances puériles...
et ridicules !
Irène Saïd

ACQUIS À QUI

Et voilà! tout doucement mais sûrement l'ordre revient petit à petit en Syrie AGRESSÉE par l'occident et leurs alliés locaux wahabites .

Le Liban sera la plate forme idéale pour que des entreprises européennes s'installent pour réparer le mal qui a été fait à la région par leur faute .

Gebran Eid

DANS LES POCHES

Le point

Avec son sourire rayonnant on dirait que le gouvernement a été formé. Heureusement que les autres membres de la délégation se montrent discrets.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL Y A ORDRE PERSIQUE DE REDUIRE A NEANT TOUTES LES AIDES ET TOUS LES INVESTISSEMENTS PROMIS A LA CEDRE EN SABOTANT LA FORMATION D,UN GOUVERNEMENT AU LIBAN ET POUSSANT LE PAYS DANS L,ABYSSE...

gaby sioufi


30 MILLIONS DE PLUS , DONT IL NE RESTE QUE QQS PENNIES,

APRES EN AVOIR DEJA DEDUIT LES DEPENSES DE LA GLORIEUSE EQUIPE ACCOMPAGNANT MR HARIRI .
BRAVO MSSRS LES IRRESPONSABLES .

ps. je serais pas mecontent SI les frais encourus par ces gens la s'averaient etre a la charge des autres et non pas a NOTRE charge.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué