Rechercher
Rechercher

Économie - Polémique

Électricité : réunion « positive » entre Abi Khalil et Siemens

La réunion a lieu quelques semaines après la polémique causée par le député Yassine Jaber, qui a accusé le gouvernement de ne pas donner suite à une proposition de Siemens en juin.

Le ministre de l’Énergie César Abi Khalil a reçu hier le PDG Moyen-Orient de Siemens, Dietmar Siersdorfer. Photo tirée du compte Twitter de César Abi Khalil

Le ministre sortant de l’Énergie, César Abi Khalil, a annoncé hier via son compte Twitter avoir eu une rencontre « positive » avec une délégation du conglomérat allemand Siemens, après que le député Yassine Jaber eut vilipendé le gouvernement pour ne pas avoir donné suite à une offre de Siemens en juin, lors de la visite officielle de la chancelière allemande Angela Merkel à Beyrouth.

Dans un communiqué conjoint lu en anglais devant les journalistes lors d’une courte conférence de presse retransmise via son compte Facebook, César Abi Khalil a indiqué que la réunion a porté sur le soutien potentiel de Siemens à la modernisation de l’infrastructure électrique libanaise « de manière conforme aux documents approuvés par le gouvernement le 21 juin 2010 », plus connue sous le nom du « plan Bassil pour l’électricité ».

« Le ministère de l’Énergie et Siemens sont d’accord pour coopérer sur les idées évoquées dans l’intérêt des citoyens, conformément au cadre juridique et administratif libanais », a-t-il conclu. C’est-à-dire que le conglomérat allemand devrait participer à un appel d’offres s’il souhaitait que sa position soit examinée officiellement. M. Abi Khalil a d’ailleurs refusé de qualifier d’« offre » la proposition de Siemens discutée hier.

Si les négociations venait à aboutir, Siemens interviendrait sur l’ensemble du réseau électrique, c’est-à-dire la « transmission, la distribution et la collection » sur le « moyen et le long terme », selon le communiqué conjoint.

Dietmar Siersdorfer, PDG de Siemens Moyen-Orient, était également présent lors de la conférence de presse. Interrogé sur sa réunion avec le ministre, il a mentionné « une présentation » proposant un « système énergétique moderne ». M. Siersdorfer, qui a également été reçu par le Premier ministre désigné Saad Hariri, a déclaré que Siemens « soutiendrait le financement » de ce projet.


(Lire aussi : Électricité : Jaber revient à la charge concernant l’offre de Siemens


Clarifier les rumeurs

L’objectif premier de cette réunion était de « clarifier les rumeurs qui se sont répandues dans le public ces dernières semaines », a précisé M. Abi Khalil.

Le conglomérat allemand est au cœur d’une polémique depuis que le député Yassine Jaber (Amal) a accusé le gouvernement d’avoir ignoré une proposition de coopération faite par Siemens au cours de la visite de la chancelière allemande Angela Merkel en juin dernier. Ces accusations datent d’août, lorsque M. Jaber était interviewé sur la chaîne télévisée NBN, puis ont été répétées dans un enregistrement audio qui a fuité fin septembre et dans lequel le député s’insurge également contre le président Michel Aoun.

Selon M. Jaber, Siemens avait proposé de construire des centrales électriques au gaz au Liban qui fourniraient du courant à un coût de production de 9 centimes de dollar le kilowattheure (NDLR : carburant inclus, a priori).

Sollicité via Twitter par une journaliste libanaise, le PDG de Siemens Joe Kaeser avait pour sa part confirmé que Siemens avait bien discuté d’une offre avec le gouvernement libanais. Offre à laquelle ce dernier n’avait pas donné suite. M. Kaeser a ajouté que cette proposition était toujours « valable ».

Après avoir, dans un premier temps, affirmé que « Siemens n’avait pris part à aucun appel d’offres », César Abi Khalil, a précisé le 26 septembre sur Twitter : « Nous aspirons à coopérer avec Siemens sur l’évaluation des besoins, et à partir de là, peut-être recevoir une offre formelle. »

« Je salue la rencontre entre Siemens et le ministre aujourd’hui », a confié M. Jaber à L’Orient-Le Jour. « Nous souhaitons tous une solution à la situation catastrophique de l’électricité au Liban ». Les transferts à EDL constituent la troisième plus importante dépense budgétaire, après celles du service de la dette et des salaires dans l’administration publique, et ont atteint 1,33 milliard de dollars en 2017.

Une partie de l’électricité au Liban est produite par des navires-centrales loués à la société Karadeniz, à un coût de production de 4,85 centimes de dollars hors fioul, un choix assumé par le Courant patriotique libre (CPL) – dont fait partie M. Abi Khalil – mais qui ne fait pas l’unanimité dans le pays. Le déficit de production et la vétusté d’une importante portion des infrastructures font partie des enjeux majeurs de la réforme du secteur.


Pour mémoire

Le mandat Aoun "va détruire le Liban" : un enregistrement vocal de Yassine Jaber fuite

Le ministre sortant de l’Énergie, César Abi Khalil, a annoncé hier via son compte Twitter avoir eu une rencontre « positive » avec une délégation du conglomérat allemand Siemens, après que le député Yassine Jaber eut vilipendé le gouvernement pour ne pas avoir donné suite à une offre de Siemens en juin, lors de la visite officielle de la chancelière allemande Angela...
commentaires (3)

SIEMENS Confirme avoir fait une proposition a cesar A il y a qqs mois. cesar A, invite Siemens a Bey pour se faire exposer ? cesar A, invite Siemens a Bey pour confirmer ses/leurs fautes telles qu'exposees par le depute Amal ? CURIEUX CA !!!

Gaby SIOUFI

12 h 39, le 09 octobre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • SIEMENS Confirme avoir fait une proposition a cesar A il y a qqs mois. cesar A, invite Siemens a Bey pour se faire exposer ? cesar A, invite Siemens a Bey pour confirmer ses/leurs fautes telles qu'exposees par le depute Amal ? CURIEUX CA !!!

    Gaby SIOUFI

    12 h 39, le 09 octobre 2018

  • Un pas très positif. Il faut aller jusqu'au bout de cette démarche car il y va de l'intérêt de tous les citoyens libanais.

    Sarkis Serge Tateossian

    10 h 43, le 09 octobre 2018

  • C'EST UN CHAMPION CE MONSIEUR YASSINE JABER. S'IL Y ON A TROIS YASSINE JABER AU LIBAN, LES CHOSES POURRONT CHANGER VITE AU LIBAN. BRAVO MONSIEUR JABER ET MERCI.

    Gebran Eid

    03 h 00, le 09 octobre 2018

Retour en haut