X

Économie

Fana, 27 ans, dame-pipi dans une boîte de nuit : « J’aime mon travail, je le fais avec plaisir »

Une femme, un métier
23/12/2013

Fana Demsew, 27 ans, est venue s'installer au Liban il y a environ dix ans. Elle a quitté Addis-Abeba en Éthiopie parce que « là-bas, il n'y a rien pour moi ». Les trois premières années elle a été femme de ménage dans une maison. Aujourd'hui, c'est dans le décor underground d'une boîte de nuit branchée de Hamra qu'elle passe ses week-ends. C'est elle qui fait en sorte que les WC soient toujours propres malgré le flux incessant de personnes qui y entrent et qui en sortent. C'est la personne qui sourit malgré les heures passées debout, à se faire accoster par des jeunes ivres qui lui tiennent parfois des propos indécents.

« C'est ce qui me dérange des fois, que les jeunes se moquent de moi. Je suis témoin de beaucoup de choses ici. Une fois, une fille m'a embrassée sur la bouche. J'ai détesté ce moment ! Une autre fois, un jeune homme m'a fait une proposition blessante "ce soir, je te ramène à l'hôtel" », révèle-t-elle dans un libanais parfait. Belle image d'une jeunesse qui, dépassée la dose d'alcool tolérée par leur corps, en perdent jusqu'à leurs valeurs. « Je me demande juste pourquoi ils se comportent comme ça mais, heureusement, il y a plein de bonnes personnes ici. Je rencontre des gens très gentils avec qui je garde contact. Ma liste d'amis sur Facebook s'élargit de jours en jours », dit-elle avec un grand sourire. Et c'est ce qu'elle aime le plus dans son métier, ce contact humain qu'elle a avec des jeunes de son âge qui se confient à elle, qui viennent papoter en cours de soirée et la traitent en égale.

Pendant la semaine, elle travaille dans un club de sport. Des journées qui commencent à 8h du pour finir parfois à 5h du matin, pour la modique somme de 600 dollars par mois ! Un rythme de vie épuisant « mais je m'y suis faite, et comme j'aime mon travail, je le fais avec plaisir », ajoute Fana, en anglais cette fois. Un exemple d'optimisme que certains feraient mieux de suivre.

Et la musique alors ? Pas trop assourdissante ? Presque choquée par cette question, la bilingue qu'elle est répond simplement « I love it ! »

Dans la même rubrique

Firas, 32 ans, chef : « Beaucoup de restaurateurs ne s'intéressent pas à la gastronomie, mais aux gains »

Karim, 33 ans, graphic designer : « Je dois systématiquement brader mon travail si je veux retenir le client »

Nabil, 38 ans, cameraman : « Je joue au jeu du chat et de la souris »

Rabih, 30 ans, coiffeur : « Sans gouvernement, c’est vraiment la cerise sur le gâteau ! »

Ghayath, 33 ans, manager d’artistes internationaux : « Le monde de la musique est très compétitif »

Khaldoon, 24 ans, barman à plein temps : « Un travail physique épuisant et une situation très précaire »

Alain, 38 ans, restaurateur : « J’avoue que je ne sais pas à combien s’élèvent mes revenus »

Mohammad, 42 ans, gardien d’immeuble : « Je n’attends que de rentrer en Syrie... »

Sara, 60 ans, professeur d'arabe : « Le problème du salaire met en péril la profession »

Mahmoud, 56 ans, agent de sécurité : « Je m’offre de petits luxes de temps en temps »

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Macron, champion (du monde)

Commentaire de Anthony SAMRANI

Macron vs Macron

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué