X

Économie

Rabih, 30 ans, coiffeur : « Sans gouvernement, c’est vraiment la cerise sur le gâteau ! »

Liban- Un homme, un métier
28/10/2013

Au son de Fayrouz, les cheveux dansent et les séchoirs chantent. Le salon de Rabih, Dita Stelle, est un de ces salons de quartier où les clientes, habituées, ne viennent pas uniquement pour un brushing. Ici, les coiffeurs, Haissam et Tarek, refont un peu le monde avec Youmna et Loulou, les deux esthéticiennes qui travaillent à l’étage. Problèmes d’électricité, crise économique, situation politico-sécuritaire... Comme pour tous les Libanais, les sujets de discussion ne manquent pas. Car la crise n’a pas épargné le secteur de la beauté. « Aujourd’hui, au Liban, les gens qui restent ne savent plus quoi faire, ils s’improvisent tous coiffeurs ! explique Rabih, désabusé, alors qu’ils n’ont souvent aucune expérience ! » « La concurrence devient alors vraiment féroce. À chaque coin de rue, vous pouvez tomber sur un salon, poursuit-il. Le problème est qu’il n’y a aucune régulation quant aux prix du métier. Les brushings peuvent aller de 3 000 livres à 25 dollars, en fonction du salon ! »


Mais la concurrence n’est pas le défi le plus rude pour Rabih. « Depuis deux ans, les choses vont de mal en pis !
Et maintenant que nous nous retrouvons sans gouvernement, c’est vraiment la cerise sur le gâteau ! » Car le secteur de la beauté souffre lui aussi de la crise du tourisme. « Parallèlement aux Arabes du Golfe, même les Libanais de la diaspora ne viennent plus au Liban », poursuit-il. Et cela se fait ressentir sur les revenus du salon. D’après le propriétaire, ces derniers ont diminué de moitié depuis le début de la crise, il y a deux ans. Aujourd’hui, son salon peut lui rapporter entre 5 000 et 7 000 dollars par mois, en fonction de la saison.


Mais les dépenses, elles, ne diminuent pas. Rabih doit ainsi tous les mois s’acquitter de 1 200 dollars de loyer pour le salon, 1 400 dollars pour le salaire de ses deux employés, 200 dollars d’électricité et 250 dollars de moteur.
Côté personnel, Rabih vit toujours dans la maison familiale. Il n’a donc pas de frais de loyer ni de frais alimentaires à sa charge. « Je paie le téléphone, environ 60 dollars par mois, Internet, 25 dollars, mon assurance médicale, 850 dollars par an, et environ 40 dollars par mois de cigarettes. » S’il le pouvait, Rabih avoue qu’il quitterait bien le Liban pour d’autres cieux plus prometteurs.


« Ici, il y aura toujours des problèmes politiques, d’électricité, de sécurité... » affirme-t-il, déçu. « Le plus grave, c’est la politique. Les gens ont peur, ils sont fatigués des problèmes internes, de la crise syrienne, de l’afflux de réfugiés, ils n’ont plus le cœur à dépenser. Et ça a toujours été comme cela. Mon grand-père a dit à mon père à l’époque que la situation allait s’arranger, mais ça n’a pas été le cas. Mon père m’a dit la même chose, et rien n’a bougé ; que me restera-t-il à dire à mes enfants ? » conclut-il, désabusé.

 

 

Pour mémoire

Ghayath, 33 ans, manager d’artistes internationaux : « Le monde de la musique est très compétitif »


Khaldoon, 24 ans, barman à plein temps : « Un travail physique épuisant et une situation très précaire »


Alain, 38 ans, restaurateur : « J’avoue que je ne sais pas à combien s’élèvent mes revenus »


Mohammad, 42 ans, gardien d’immeuble : « Je n’attends que de rentrer en Syrie... »

 

Sara, 60 ans, professeur d'arabe : « Le problème du salaire met en péril la profession »

 

Mahmoud, 56 ans, agent de sécurité : « Je m’offre de petits luxes de temps en temps »

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants