Rechercher
Rechercher

À La Une - Diplomatie

Pour Washington, le gouvernement Diab est "formé et soutenu par le Hezbollah"

"Les États-Unis vont suivre de près le nouveau gouvernement pour voir s'il est engagé à lutter contre la corruption et sortir le Liban de sa crise financière", affirme à la chaîne al-Hurra le secrétaire d’État adjoint américain aux Affaires du Proche-Orient.

Le secrétaire d’État adjoint américain aux Affaires du Proche-Orient, David Schenker (g), s'entretenant au palais de Baabda avec le président libanais, Michel Aoun. Photo d'archives AFP/Dalati et Nohra/Stringer

Le secrétaire d’État adjoint américain aux Affaires du Proche-Orient, David Schenker, a affirmé à la chaîne arabophone al-Hurra que le gouvernement du nouveau Premier ministre libanais Hassane Diab "a été formé et soutenu par le Hezbollah, au moment où les partis politiques hostiles à la formation chiite boycottent ce cabinet". Il a ajouté que Washington suivra de près l'engagement du nouveau gouvernement dans la lutte contre la corruption, alors le Liban fait face à sa pire crise économique et financière depuis la fin de la guerre civile, et qu'une contestation populaire inédite le secoue depuis le 17 octobre 2019.

"Comme vous le savez, ce gouvernement a été formé et soutenu par le Hezbollah et les alliés du régime syrien au Liban et cela pose de nombreuses questions, notamment celle de savoir si ce cabinet va lutter contre la corruption, car le Hezbollah vit de la corruption et ne se soucie d'aucune réforme", a estimé le responsable américain, lors d'un entretien télévisé accordé à la chaîne américaine arabophone et publié sur son site vendredi. Interrogé sur la position de Washington vis-à-vis du nouveau cabinet, David Schenker a dit : "Nous allons attendre. Ce gouvernement n'a toujours pas obtenu la confiance du Parlement". "Les États-Unis vont suivre de près le nouveau gouvernement pour voir s'il est engagé à lutter contre la corruption et sortir le Liban de sa crise financière", a-t-il ajouté.

Quant à une éventuelle aide américaine au Liban, David Schenker a poursuivi : "Nous aidons le Liban, notamment en finançant l'armée libanaise. (...) Mais la communauté internationale ne peut pas récompenser le Liban seulement parce qu'il a formé un gouvernement après des mois de mauvaise gestion. Il y aura une aide internationale en fonction des réformes engagées (...)". 

Après plusieurs semaines de crise politique, le Liban s'est finalement doté mardi d'un nouveau gouvernement qui aura la lourde tâche de relancer une économie en chute libre et de convaincre les manifestants hostiles à la classe politique. Mais pour ces derniers, mobilisés depuis le 17 octobre, les nouveaux ministres sont des personnalités affiliées à cette même classe politique qu'ils accusent de corruption et d'incompétence. Depuis samedi dernier, des heurts entre manifestants et forces de l'ordre ont fait des dizaines de blessés dans les deux camps. 


(Lire aussi : Diab opposera-t-il son « réalisme » aux exigences internationales ?)


Mercredi, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo avait exhorté le nouveau gouvernement à réaliser des réformes "tangibles" pour "rétablir la confiance des investisseurs et débloquer l'aide internationale au Liban".

Jeudi, le Groupe international de soutien au Liban a exhorté le nouveau gouvernement à mettre en œuvre des réformes "qui répondent aux revendications du peuple" et permettraient "d'inverser les crises" auxquelles doit faire face le pays, conditionnant tout soutien international à l'application de ces mesures. Le communiqué du GIS a été publié alors que Paris avait déjà exhorté jeudi le nouveau Premier ministre libanais à prendre "les mesures d'urgence à même de rétablir la confiance" au Liban. Le président Emmanuel Macron avait déclaré mercredi que la France ferait "tout" pour "aider" ce pays.

Le gouvernement de Hassane Diab, dont la formation officielle a été annoncée mardi soir, succède au cabinet Hariri, qui avait démissionné le 29 octobre sous la pression de la rue. A l'issue de la première réunion de son gouvernement, le nouveau Premier ministre a averti que le Liban faisait face à une "catastrophe" économique, soulignant les "défis immenses" qui attendent son équipe.


Lire aussi

Sabre au clair, l'édito de Issa GORAIEB

Collabos ou résistants ? Le billet de Médéa Azouri

Quelles orientations pour la contestation après cent jours d’existence ?

Les nouveaux ministres s’engagent à lutter contre la corruption

Murs, portiques ou barbelés : le Parlement se barricade


Le secrétaire d’État adjoint américain aux Affaires du Proche-Orient, David Schenker, a affirmé à la chaîne arabophone al-Hurra que le gouvernement du nouveau Premier ministre libanais Hassane Diab "a été formé et soutenu par le Hezbollah, au moment où les partis politiques hostiles à la formation chiite boycottent ce cabinet". Il a ajouté que Washington suivra de près...

commentaires (13)

Quand certains libanais prennent leurs rêves pour des réalités en espérant que Diab se desolarisé de ses parrains alors qu'il n'a même pas tenu sa parole de nommer des ministres indépendants de toute appartenance politique et à renoncer à ses 18 postes et s'est laissé bouffer par le trio en cédant à toutes leurs exigences. C'est à croire que tout ce qu'il l'intéressait était qu'on l'appelle Monsieur le PM et qu'il préside les séances parlementaires même si c'est pour exécuter les plans des ennemis jurés du peuple. Trêve de plaisanterie, ce gouvernement n'augure rien de bon pour les projets de construction et de redressement de notre pays. Et encore moins pour l'éradication de la corruption puisque sa formation est l'essence même du clientélisme que nous voulons combattre. Cela dit, Diab peut se rattraper en annonçant les élections anticipées pour que les libanais choisissent les députés qu'ils doivent les représenter en espérant que cette fois-ci les libanais, tous les libanais feraient le bon choix

Sissi zayyat

10 h 38, le 26 janvier 2020

Tous les commentaires

Commentaires (13)

  • Quand certains libanais prennent leurs rêves pour des réalités en espérant que Diab se desolarisé de ses parrains alors qu'il n'a même pas tenu sa parole de nommer des ministres indépendants de toute appartenance politique et à renoncer à ses 18 postes et s'est laissé bouffer par le trio en cédant à toutes leurs exigences. C'est à croire que tout ce qu'il l'intéressait était qu'on l'appelle Monsieur le PM et qu'il préside les séances parlementaires même si c'est pour exécuter les plans des ennemis jurés du peuple. Trêve de plaisanterie, ce gouvernement n'augure rien de bon pour les projets de construction et de redressement de notre pays. Et encore moins pour l'éradication de la corruption puisque sa formation est l'essence même du clientélisme que nous voulons combattre. Cela dit, Diab peut se rattraper en annonçant les élections anticipées pour que les libanais choisissent les députés qu'ils doivent les représenter en espérant que cette fois-ci les libanais, tous les libanais feraient le bon choix

    Sissi zayyat

    10 h 38, le 26 janvier 2020

  • Hahahaha mais chacun des libanais sait que c’est un cabinet de 8 marsiste .. on est plus des chèvres basta la comédia

    Bery tus

    06 h 51, le 26 janvier 2020

  • Qui veut noyer son chien, l’accuse de la rage.

    Khalil

    01 h 48, le 26 janvier 2020

  • SHUTTT... C,EST UN SECRET !

    ABOLIR LA CENSURE = REABONNEMENT ET SOUTIEN.

    18 h 44, le 25 janvier 2020

  • On dit en Italien " che scoperta "

    Eleni Caridopoulou

    17 h 30, le 25 janvier 2020

  • Mentez!!! mentez !!! il en reste toujours quelque chose. C'est l'adage de Washington quand l'Administration veut que sa parole devienne vérité. Le malheur c'est qu'il y a des gens qui y croient. 20 ministres de tout bord et selon Washington c'est la Gouvernement mono partisan .... il faut être fort pour le démontrer . Mais la loi du plus fort est toujours la meilleure ... Washington le dit .. M. de la Fontaine aurait pu le dire d'un très grand pays (le Loup) qui veut littéralement "bouffer" le petit pays (l'agneau). Intolérable ces donneurs de leçon qui ont la possibilité d'écraser tous sur leur passage ...et d'affirmer leur "vérité" INTOLERABLE.

    Joseph Zoghbi

    15 h 22, le 25 janvier 2020

  • Et comme c'est "Washington" qui le dit, c'est parole d'évangile??!!

    Sybille S. Hneine

    14 h 28, le 25 janvier 2020

  • The dream team! Hahahaha...

    LeRougeEtLeNoir

    12 h 40, le 25 janvier 2020

  • Gouvernement génétiquement modifié. On sait cependant qui en est le père..

    LeRougeEtLeNoir

    12 h 38, le 25 janvier 2020

  • Il n'y a pas que le Hezbollah qui "vit de la corruption" pour utiliser les termes de l'envoyé américain. Il faut être juste et équitable : la plupart des politiciens députés ou anciens ministres voire fonctionnaires de haut rang, sont entachés de corruption ou de détournement de fonds publics. L'administration du président Trump elle-même est loin d'être un modèle de probité et d'exemplarité déontologique.

    Tony BASSILA

    12 h 00, le 25 janvier 2020

  • AVEC LES DEUX MILICES IRANIENNES SUR FOND DE TABLEAU LE GOUVERNEMENT DIAB SELECTIONNE ET FORME PAR ELLES ET LEUR SERVITEUR CPL N,INSPIRE PAS CONFIANCE AUX DONATEURS ET INVESTISSEURS DE LA CEDRE ET AUTRES. A MOINS QUE LE PM DIAB NE NIE CE PARRAINAGE ET NE SUIVE UNE VOIE INDEPENDANTE.

    ABOLIR LA CENSURE = REABONNEMENT ET SOUTIEN.

    11 h 37, le 25 janvier 2020

  • Schenker a évidemment raison, malheureusement. Difficile d'espérer un véritable redressement avec un gouvernement formé par le Hezbollah. Les aides internationales dont le Liban a urgemment besoin risquent de n'arriver qu'au compte-goutte. Si elles arrivent !

    Yves Prevost

    11 h 05, le 25 janvier 2020

  • Un gouvernement du hezb libanais de la résistance avec 6 femmes , du jamais vu auparavant au Liban, et aucune d'elle n'est voilée, on se dit que de temps perdu pour n'avoir pas fait appel au HEZB LIBANAIS RÉSISTANT plus tôt. David schenker ( un de plus) demande des réformes et qu'on s'attaque à la corruption, fine my boy , mais alors quand les hommes libanais de l'Amérique, corrompus vont être inquiétés, ne tente aucune intervention pour les soutenir . CHICHE ? HAHAHAHA

    FRIK-A-FRAK

    11 h 00, le 25 janvier 2020

Retour en haut