Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

L'armée libanaise s'apprête à lancer la dernière phase de la bataille des jurds

Le commandant en chef de l'armée au chevet des soldats blessés.

Des soldats libanais sur des chars roulant vers Ras Baalbeck, dans la Békaa, le 21 août 2017. AFP / STRINGER

L'armée libanaise a annoncé lundi, en début d'après-midi, qu'elle s'apprêtait à lancer la dernière phase de la bataille des jurds (hauteurs) de Qaa et Ras Baalbeck, contre les jihadistes du groupe État islamique. Samedi matin, l'armée avait officiellement lancé l'opération "L'aube des jurds", pour déloger les jihadistes implantés depuis 2014 dans cette zone aride à cheval entre le Liban et la Syrie.

"Les unités du génie de l'armée nettoient les zones libérées des mines et autres engins explosifs ou suspects, ouvrant des passages pour les unités en première ligne, afin de lancer la dernière étape de l'opération 'L'aube des jurds'", en vertu du plan élaboré par le commandement militaire", peut-on lire dans un message sur le compte Twitter de l'armée.

 

 

Dans ce contexte, les militaires continuaient de bombarder lundi, à l'aide de l'aviation et de l'artillerie lourde, les dernières positions tenues par les jihadistes. "Ces bombardements ont fait plusieurs blessés dans les rangs terroristes", indique un communiqué publié dans la soirée.

 

 

Dans l'après-midi, la troupe a publié des photos et des vidéos montrant des armes, des munitions, des engins explosifs et du matériel militaire retrouvés dans les caches de l'EI.

 

 

 

Une vidéo publiée lundi par l'armée, montrant les opérations de la troupe dans les jurds.

 

Funérailles des soldats tués dans le jurd d'Ersal
Dimanche, l'institution militaire a annoncé la mort de trois soldats par une mine qui a explosé sous leur véhicule, dans le jurd d'Ersal, alors qu'ils étaient en route vers le front. Une dizaine d'autres soldats ont été blessés depuis le début de l'offensive, alors que des dizaines de jihadistes ont été tués.

Dans la matinée, les dépouilles mortelles des trois soldats ont été acheminées vers leurs villages d'origine, où les funérailles avaient lieu.

 

 

Le corps du soldat Osman Chedid a été acheminé vers son village de Koueikhate, dans le Akkar, au Liban-Nord, où des funérailles populaires ont été organisées. Il a été inhumé en début d'après-midi.

Le cercueil du soldat Osman Chedid, porté par ses frères d'armes, le 21 août 2017 à Koueikhate, dans le Akkar.
Photo AFP / IBRAHIM CHALHOUB

 

La dépouille du soldat Elie Freijé est quant à elle arrivée à Raït, dans la Békaa centrale. Ses frères d'armes ont porté son cercueil, au milieu d'une foule qui pleurait la perte du jeune militaire.

Le corps du troisième soldat tué, Bassem Moussa, est, lui, arrivé à Berqayel, dans le Akkar, où l'inhumation est prévue en cours d'après-midi.

 

"Le chef de l'armée : Le sang des martyrs ne sera pas versé en vain", peut-on lire sur ce message accompagné d'une vidéo, publié par l'armée libanaise.

 

 


Par ailleurs, le commandant en chef de l'armée, le général Joseph Aoun, s'est rendu au chevet des soldats blessés hospitalisés à l'hôpital Saint-Georges des grecs orthodoxes et à l'hôpital Jeitaoui, à Beyrouth.

 



Dans la soirée, des militaires à la retraite se sont rassemblés place des Martyrs, au centre-ville de Beyrouth, en soutien à l'armée libanaise.

 

A Ersal, "la situation revient à la normale"
Sur un autre plan, le directeur de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim, a insisté une nouvelle fois dans la journée sur l'importance de la discrétion concernant le déroulement des opérations militaires. "Nous poursuivons nos opérations dans le jurd d'Ersal avec le même sens de ce qui est sacré et la même discrétion", a-t-il confié à la chaîne LBCI.

Le chef de l'Etat, Michel Aoun, a pour sa part tenté de rassurer les habitants d'Ersal. "Nous réparons ce qui a été saboté par le terrorisme et la situation revient à la normale, ne quittez donc pas vos terres, et investissez plutôt dans celles-ci", a martelé le chef de l'État devant une délégation d'habitants de la localité, qu'il a reçue au palais de Baabda.

Le président de la municipalité de cette bourgade sunnite, Bassel Hojeiri, a affirmé au président Aoun s'attendre sous son mandat "à un présence efficace de l'État à Ersal afin d'y assurer le développement et la sécurité".

Il y a quelques jours, la troupe s'était déployée de manière intensive dans certains secteurs du jurd de Ersal, suite au retrait des derniers combattants jihadistes du groupuscule Brigades Ahl el-Cham qui étaient présents dans la région. Les zones dans lesquelles l'armée se trouve désormais avaient été libérées par les combattants du Hezbollah lors de la bataille contre les jihadistes de Fateh el-Cham (ex-Front al-Nosra), fin juillet. Le chef du parti chiite, Hassan Nasrallah, a fait savoir à plusieurs reprises que sa formation était prête à laisser à l'armée libanaise le terrain reconquis aux jihadistes.

C'est également dans le secteur de Ersal et de son jurd qu'avaient eu lieu, en août 2014, de violents combats entre l'armée libanaise et les jihadistes. Une trentaine de militaires avaient été enlevés par les islamistes. Quatre d'entre eux avaient été assassinés en captivité, seize avaient été libérés par le Front al-Nosra en décembre 2015, et neuf autres sont toujours otages de l'EI, mais le sort de ces derniers est plus que jamais incertain.

 

"Laissez l'armée tranquille"
Par ailleurs, le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, a appelé dans la journée à mettre un terme aux propos qui visent à ternir l'image de l'armée libanaise, au moment où celle-ci combat les jihadistes de l'EI. "A certaines plumes et certaines bouches nous disons : Laissez l'armée tranquille, et arrêtez d'essayer de la dépeindre comme une faction parmi d'autres au service du régime syrien de Bachar el-Assad", s'est emporté le leader chrétien sur sa page Twitter.

 

 

Dans les milieux favorables au régime Assad, on appelle à une coopération entre l'armée libanaise d'une part, et le Hezbollah et l'armée syrienne d'autre part. Ces deux derniers ont lancé samedi, au même moment que l'armée libanaise, l'assaut contre les jihadistes retranchés dans le Qalamoun, à partir du territoire syrien.

L'ambassade américaine à Beyrouth a de son côté répété dans la journée que "l'armée libanaise est la seule qui défend le Liban". La mission diplomatique américaine, qui a récemment livré des véhicules blindés à l'armée libanaise, s'est dite fière de soutenir l'institution, affirmant que celle-ci est un partenaire à Washington dans la lutte contre l'EI.

 

 

Diaporama
"L'aube des jurds", la bataille de l'armée libanaise contre l'EI, en images

 

Lire aussi

L'armée récupère les deux tiers du territoire occupé par l'EI

Un double jeu du Hezbollah ?

La lourde attente des familles des militaires otages de Daech

« Pas de lien entre Aïn el-Héloué et la bataille du jurd »


L'armée libanaise a annoncé lundi, en début d'après-midi, qu'elle s'apprêtait à lancer la dernière phase de la bataille des jurds (hauteurs) de Qaa et Ras Baalbeck, contre les jihadistes du groupe État islamique. Samedi matin, l'armée avait officiellement lancé l'opération "L'aube des jurds", pour déloger les jihadistes implantés depuis 2014 dans cette zone aride à cheval entre le...

commentaires (4)

Paix à LEURS âmes et a TOUTES celles QUI SONT mortes POUR LA partie.

FRIK-A-FRAK

17 h 53, le 21 août 2017

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Paix à LEURS âmes et a TOUTES celles QUI SONT mortes POUR LA partie.

    FRIK-A-FRAK

    17 h 53, le 21 août 2017

  • Courage pour l'armée libanaise notre unique planche de salut .

    Antoine Sabbagha

    17 h 48, le 21 août 2017

  • Toute la gloire aux trois militaires de l'armée libanaise morts au Champ d'Honneur sur le champ de bataille de Ras-Baalbeck et d'el-Qaa. - Osman Mahmoud el-Chedid, de Kwaykhat (Akkar). - Elie Ibrahim Fraïji, de Rîit (Zahlé). - Bassem Moussa Moussa, de Berqayel (Akkar). Tous des héros morts pour défendre notre chère Patrie reconnaissante.

    Honneur et Patrie

    17 h 22, le 21 août 2017

  • L,ARMEE LIBANAISE EST LA FIERTE DU LIBAN ET DE SON PEUPLE ET LA SEULE FORCE LEGALE DANS LE PAYS... VIVE LE LIBAN, SON ARMEE ET SON PEUPLE ! LE SEUL TRYPTIQUE VALABLE DEPUIS ET POUR TOUJOURS...

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    15 h 19, le 21 août 2017

Retour en haut