X

Liban

Diab opposera-t-il son « réalisme » aux exigences internationales ?

Déclaration ministérielle

La formule litigieuse relative au « rôle de la résistance » pourrait être reprise telle quelle, assurent des sources proches du Hezbollah.

25/01/2020

C’est hier que le nouveau gouvernement a entamé la rédaction de la déclaration ministérielle qui va constituer sa feuille de route et préciser les choix pour lesquels optera le nouvel exécutif dans les différents secteurs, y compris en politique étrangère.

D’emblée, le chef du gouvernement, Hassane Diab, qui a présidé la première réunion du comité de rédaction formé de onze ministres, a donné le ton en évoquant la nécessité de faire preuve de « réalisme » dans les objectifs et de ne promettre aux Libanais que ce qui peut être réalisable dans les circonstances actuelles.

« Nous devons regagner la confiance au niveau interne et international », a déclaré, à l’issue d’une première séance matinale, suivie d’une autre dans l’après-midi, la ministre de l’Information, Manal Abdel Samad. Elle répercutait l’aspiration du nouveau cabinet à rassurer aussi bien le mouvement populaire en ébullition, qui refuse toujours de donner un quitus à la nouvelle équipe, que la communauté internationale, sollicitée pour aider le Liban à sortir de sa crise financière et économique.

« La déclaration ministérielle doit être réaliste, répondre aux revendications des gens le plus rapidement possible et ne pas prétendre que la situation actuelle est bonne », a déclaré Mme Abdel Samad.


(Lire aussi : Sabre au clairl'édito de Issa GORAIEB)


Le Groupe international de soutien au Liban a exhorté jeudi soir le nouveau gouvernement à mettre en œuvre des réformes « qui répondent aux revendications du peuple », conditionnant tout soutien international à l’application de ces mesures. Le GIS a exhorté le nouveau cabinet à adopter rapidement la déclaration ministérielle qui devrait comprendre « des mesures substantielles, crédibles et complètes » accompagnées de réformes. C’est une condition similaire qu’ont placé tour à tour la France et les États-Unis, évoquant l’urgence de réformes structurelles et profondes pour rétablir la confiance des investisseurs notamment, se disant prêts, à cette condition seulement, de soutenir le Liban au cours de cette épreuve et à débloquer l’aide internationale au Liban.

Ni la France ni les États-Unis n’ont cependant évoqué la question de l’orientation politique du nouvel exécutif, évitant soigneusement de lui coller, pour le moment, le label d’un gouvernement monochrome, préférant vraisemblablement voir d’abord l’équipe à l’œuvre et juger sur les actes.

Une omission à laquelle le GIS a cependant paré, en invitant « toutes les formations politiques libanaises à appliquer concrètement une politique de distanciation de tous les conflits externes et rappelé l’engagement du Liban, notamment via des résolutions de l’ONU, à désarmer tous les groupes armés afin qu’il n’y ait plus d’armes ni d’autorité au Liban qui se trouvent hors du cadre de l’État ».


(Lire aussi : Quelles orientations pour la contestation après cent jours d’existence ?)


Premier test

La déclaration ministérielle, qui doit notamment répercuter la position du Liban par rapport aux crises régionales et préciser le rôle du Hezbollah et le concept de la résistance, sera ainsi le premier test à passer auprès de la communauté internationale.

Une épreuve dont le Premier ministre est déjà assez conscient. Pris en étau entre le besoin de ne pas provoquer la communauté internationale qu’il a aujourd’hui, plus que jamais, intérêt à séduire, M. Diab devra également compter avec les aspirations de ses parrains politiques, dont le tandem chiite. Toute la question est de savoir jusqu’où le chef du gouvernement est aujourd’hui disposé à jeter du lest et comment il réussira à concilier les attentes des uns et des autres.

Interrogé par la presse mercredi dernier, M. Diab a refusé de se prononcer à ce sujet. « Donnez-nous un temps de réflexion pour trouver la formule idéale et propice aux circonstances actuelles », avait-il dit.


(Lire aussi : Collabos ou résistants ? Le billet de Médéa AZOURI)


Si la solution de cet imbroglio avait été trouvée, par le gouvernement de Saad Hariri, grâce à un exercice de sémantique – le traditionnel triptyque peuple-armée-résistance avait été remplacé, une fois de plus, par la formule masquée du « droit des citoyens libanais à la résistance à l’occupation israélienne » – il n’est pas dit que les artifices de vocabulaire pourront passer aussi facilement cette fois-ci aux yeux de la communauté internationale.

Dans les milieux du Hezbollah, on affirme que c’est quasiment la même formule qui sera probablement adoptée ainsi que celle de la distanciation du Liban par rapport aux conflits extérieurs, l’accent devant être mis principalement sur le plan de réformes à mettre en œuvre par l’exécutif.

« Le Hezbollah fera en sorte de ne pas “en faire trop” et évitera de compliquer la tâche au gouvernement », confie un analyste proche des milieux chiites qui souligne que la question des réformes internes et du redressement économique et financier est devenue pour le parti chiite une « priorité du même ordre que les autres considérations stratégiques de la résistance ».


Lire aussi

Qui sont les jeunes de Tripoli accusés de prendre part aux violences à Beyrouth ?

Murs, portiques ou barbelés : le Parlement se barricade

« Nous sommes du mouvement Amal, chiens ! »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

LA VERITE

LA VÉRITÉ

QUELLE OCCUPATION?
Si C’est les 13 points à la frontière cela peut être réglé en une heure
Si c’est les eaux territoriales cela peut être réglé en deux heures
Si c’est le problème de la Palestine cela demandera peut être encore 75 ans

LES DEUX PREMIERS POINTS C’EST EN. SUIVANT LA JORDANIE ET L ÉGYPTE ET EN FAISANT UN TRAITÉ DE PAIX AVEC ISRAËL COMME VONT LE FAIRE DÉJÀ PLUSIEURS PAYS ARABES DU GOLF BIENTÔT

CI C’EST LE PROBLÈME PALESTINIEN LA VÉRITÉ EST QUE CE N EST PAS NOTRE PROBLÈME MAJEUR AUJOURDH UI

LA VÉRITÉ EST WUE TOUTE CETTE PHRASE DEVRAIT ÊTRE REMPLACÉE PAR

LE GOUVERNEMENT SUIT L’ACCORD DE TAËF ET EXIGE DE HEZBALLAH UN DÉSARMEMENT COMPLET DE CES MILICES OU LEURS FONTE DANS L’ARMER LIBANAISE

A CELA SEULEMENT NOUS AURONS L’AIDE INTERNATIONALE

LA VÉRITÉ QUE L’ENSEMBLE DES LIBANAIS PRÉFÈRE AUJOURDH’UI UNE PAIX PLUTÔT QUE LA POURSUITE DE LA SITUATION ACTUELLE ET PAS D’AIDE INTERNATIONALE

LA VÉRITÉ EST QUE CE GOUVERNEMENT NE FERA PAS CE QUI PEUT SAUVER LE LIBAN MALHEUREUSEMENT ET SUIVRA LES ORDRES DE NASRALLAH QUI LES REÇOIT DE L’IRAN

POUR CE QUI EST DE L’INDÉPENDANCE DE CES SPECISLISTES CE SERAIT UN BEAU TEST D’INDEPENDANCR DE CEUX QUI LES ONT MIS AU POUVOIR

Antoine Sabbagha

Tout le monde a faim . IL faudra éloigner ce fameux slogan peuple et résistance pour au moins attirer diplomatiquement les instances internationales à nous aider .

Yves Prevost

" Nous devons regagner la confiance au niveau interne et international". Il aurait dû y penser lors de la composition de son équipe, car, jusqu'à présent, c'est plutôt raté!
Que l'on cesse de parler de "résistance", mot qui n'a plus de sens depuis la fin des occupations israélienne et syrienne. Inutile de faire ce cadeau au Hezbollah (qui a détourné le terme à son profit), au détriment de la crédibilité internationale. C'est déjà bien assez que d'avoir intégré au gouvernement deux hezbollahis, le ministre de la drogue et celui de la police. Inutile d'en rajouter! Que l'on mentionne la revendication des droits territoriaux, ce qui suppose l'exigence d'un traité frontalier avec la Syrie pour la récupération des fermes de Chebaa.

LeRougeEtLeNoir

Le réalisme va nous entraîner vers la nouvelle réalité: la faillite. Et le boycott de la communauté internationale, pour ne pas dire des sanctions américaines radicales.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SI LA FORMULE LITIGIEUSE CONCERNANT LA PRETENDUE RESISTANCE EST REPRISE ADIEU A LA CEDRE ET AUX AIDES ET INVESTISSEMENTS ARABES ET INTERNATIONAUX. L,EFFONDREMENT ECONOMIQUE ET FINANCIER DU PAYS SERAIT CERTAIN.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le retour des Libanais de l’étranger, entre surenchère politique et souci humanitaire

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants