X

À La Une

"Pas de cessez-le-feu avec les jihadistes" dans les jurds, assure l'armée libanaise

Liban

Hariri en tournée à Ras Baalbeck et à Ersal.

OLJ
23/08/2017

L'armée libanaise effectuait mercredi un redéploiement dans les zones reprises aux jihadistes du groupe Etat islamique dans les jurds (hauteurs) de Qaa et Ras Baalbeck, cinq jours après le début de l'opération "L'aube des jurds". L'institution militaire, qui a annoncé la mort d'un cinquième soldat des suites de ses blessures, a assuré qu'il n'y a pas de cessez-le-feu avec les éléments jihadistes.

"Les unités militaires se sont redéployées, mercredi à l'aube, dans toute la zone libérée de l’organisation terroriste Daech (acronyme arabe de l'EI) durant les derniers jours. Ces unités s'apprêtent à lancer la quatrième phase de l'opération +L'aube des jurds+, alors que les unités du génie balisent de nouveaux passages et déminent le terrain", peut-on lire dans un communiqué publié aujourd'hui par l'armée.

"Des unités militaires poursuivent leurs préparatifs en vue de lancer la quatrième phase de l'opération +L'aube des jurds+", peut-on lire dans ce message.

 

Des unités du génie militaire balisant de nouveaux passages pour la troupe déployée dans les jurds.

 

La direction de l'armée précise qu'il n'y a aucun cessez-le-feu avec les groupes terroristes. (Les combats se poursuivront) jusqu'à l'élimination totale de ces groupes", assure l'institution militaire.

 


 

 

Par ailleurs, l'armée a annoncé ce matin la mort d'un soldat des suites de ses blessures, le cinquième depuis le début de l'opération, samedi dernier. Le sergent-chef Walid Mahmoud Freij, 31 ans, avait été blessé le 19 août lorsqu'il tentait de désamorcer une mine dans le jurd de Ras Baalbeck, explique l'armée sur son site. Le soldat Freij, originaire de Taalbaya, dans le caza de Zahlé, était marié et père d'un enfant.

 

 

Dans l'après-midi, la ville de Tyr, au Liban-Sud, a fait ses adieux au caporal Abbas Kamal Jaafar, tué mardi lors de l'explosion d'une charge que les artificiers tentaient de désamorcer dans le secteur de Wadi Khechen, dans le jurd voisin de Ersal. Quatre de ses camarades avaient également été blessés.

 

"Une bataille nationale par excellence"
En début d'après-midi, le commandant en chef de la troupe, le général Joseph Aoun, et le Premier ministre, Saad Hariri, se sont rendus à la caserne de Ras Baableck pour inspecter la salle d'opérations.

"Nous avons perdu des martyrs pour protéger ce pays, pour que les Libanais vivent en liberté et en sécurité", a dit le chef du gouvernement, lors d'un point de presse sur place. "Ce gouvernement va investir dans l'armée. Nous voulons que l'Etat soit le seul à effectuer les opérations sécuritaires", a martelé M. Hariri.

 

 

Interrogé par les journalistes sur la bataille que mènent simultanément le Hezbollah et l'armée syrienne contre les jihadistes, à partir du territoire syrien, le Premier ministre est resté évasif. "Nous ne pouvons pas commenter la bataille que le Hezbollah mène de l'autre côté de notre frontière. Nous sommes responsables des opérations de l'armée en territoire libanais. Et je peux vous assurer que l'armée mène seule les opérations actuelles".

Quant aux neufs militaires otages de l'EI depuis août 2014, Saad Hariri a répété que cette question "est une priorité". "Dès que nous aurons une information à propos de ces militaires, nous la rendrons publique", a-t-il assuré.

 


Le Premier ministre Saad Hariri reçu mercredi à la caserne de Ras Baalbeck. Photo Wissam Ismail

 

M. Hariri s'est ensuite félicité du soutien matériel international accordé à l'armée. "Ce soutien a permis à l'armée de faire ce qu'elle fait aujourd'hui et nous avons encore besoin de plus de soutien", a-t-il insisté, avant de dire qu'il n'est "pas étonné du succès foudroyant" de l'armée face aux jihadistes. "L'exploit que nos militaires ont réalisé montre que nous sommes dignes de l'aide internationale qui nous est accordée".

Quant à la bataille du jurd voisin de Ersal, que le Hezbollah a mené avec le soutien de l'aviation syrienne afin de déloger les jihadistes du Front Fateh el-Cham et des Brigades Ahl el-Cham, M. Hariri a fait savoir que l'armée n'était "pas incapable de mener cette bataille".  "Mais nous avions des calculs politiques", a-t-il affirmé, sans en dire davantage. L'armée s'est depuis déployée dans ce secteur-là.

"La victoire est proche, et c'est l'armée qui décide quand l'annoncer car elle seule sait quand l'opération touchera à sa fin", a conclu le chef du gouvernement.

Il s'est ensuite dirigé en compagnie du général Aoun, à bord d'un véhicule militaire, vers les jurds de Qaa et Ras Baalbeck afin d'inspecter la troupe déployée dans le secteur.

 

 

Mardi, l'armée avait annoncé qu'une surface de 100 km², sur un total de 120 km², a été libérée dans les jurds. Elle s'apprête donc à reprendre les 20 km2 qui restent, de manière à libérer totalement cette zone aride de toute présence jihadiste.

(Diaporama : "L'aube des jurds", la bataille de l'armée libanaise contre l'EI, en images)

 

Hariri à Ersal
Le chef du gouvernement s'est ensuite rendu dans l'après-midi à Ersal, où il a été accueilli par des habitants agitant des drapeaux libanais et du courant du Futur.

"Il était de mon devoir de venir à Ersal qui a payé cher en raison de tout ce qui s'est passé ces dernières années", a déclaré M. Hariri lors d'un point presse dans les locaux de la municipalité d'Ersal. "La localité a souffert comme aucune autre localité", a-t-il affirmé, rappelant que les habitants d'Ersal avaient "ouvert leurs portes aux Syriens fuyant la guerre".

Le Premier ministre s'est ensuite exprimé sur l'opération "L'aube des jurds". "Nous allons en finir avec le terrorisme et l'armée libanaise, seule responsable de la protection du territoire libanais, qui se déploiera dans le jurd, aux frontières et sur l'ensemble du territoire", a-t-il souligné, réaffirmant son soutien à la troupe "qui regroupe l'ensemble des composantes de la société libanaise".

"Je suis venu pour affirmer que le gouvernement soutient Ersal", a ajouté M. Hariri, appelant les habitants de la localité à revenir chez eux. "De nombreux projets de développement seront mis en oeuvre", a-t-il promis, indiquant qu'un Conseil des ministres pourrait avoir lieu dans la localité.

Dans l'après-midi, le président libanais Michel Aoun a déclaré devant ses visiteurs que "l'étape qui suivra la libération (des jurds de Ras Baalbeck et de Qaa) sera celle du développement de ces régions et de l'élimination des retombées de la situation anomale qui a sévi ces dernières années". Le chef de l'Etat a indiqué que "des crédits s'élevant à 30 millions de dollars seront consacrés à des projets urgents dans ces régions afin de permettre à leurs habitants de rester sur place".

 

 

Lire aussi

L'armée progresse rapidement : plus que 20 km2 à reconquérir

Aoun : Ensemble face à un ennemi commun

Appui unanime des membres du GIS à l'armée, « défenseure du Liban »

L'armée récupère les deux tiers du territoire occupé par l'EI

Un double jeu du Hezbollah ?

La lourde attente des familles des militaires otages de Daech

« Pas de lien entre Aïn el-Héloué et la bataille du jurd

 

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Marionet

Bravo à l'armée et bravo aussi au PM qui fait le job: il défend le programme de son gouvernement, se déplace au chevet des militaires blessés et sur le champ de bataille. Et malgré les tiraillements insupportables au sein de son gouvernement, il garde le cap solidairement avec le président. Ce serait de la mauvaise foi de ne pas le reconnaître.

Antoine Sabbagha

Courage et toujours courage pour l'armée libanaise qui doit finir avec les terroristes .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ON NE PEUT PAS DENIER AU HEZBOLLAH SON NETTOYAGE DE LA NOSRA MAIS IL EST TEMPS QU,IL LIVRE SON ARSENAL ETRANGER A L,ARMEE LIBANAISE SEULE FORCE A DEFENDRE LE PAYS CONTRE TOUS LES ENNEMIS ET TOUTES LES SORTES DE TARES ! ET RESPECTE TOUTES LES AUTRES COMMUNAUTES DU PAYS...

Le Faucon Pèlerin

En évoquant les "Les troupes spéciales", on ne peut pas ne pas nommer ses premiers chefs les généraux Fouad Chéhab (Armée) et Suleiman Naufal (Gendarmerie) deux "officiers de valeur*" sortis de l'Ecole militaire de Homs.

* Cités ainsi par le général de Gaulle dans ses Mémoires de Guerre.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

VIVE LE LIBAN ! VIVE SON ARMEE ! VIVE SON PEUPLE !
SEUL TRYPTIQUE DE LA VICTOIRE !!! CONTRE TOUTES LES SORTES DE TARES...

ACE-AN-NAS

A CHACUN SON MÉTIER ET LES VACHES SERONT BIEN GARDÉES.

Tant que l'usurpateur predateur est tenu à bonne distance .

ACE-AN-NAS

Gloire à cette armée du Liban nouveau , libre et indépendant des chaînes de l'ancienne politique qui avait fait quelle était incapable de répondre à une occupation de 20 ans de notre territoire .

EN LUI SOUHAITANT DE POUVOIR RÉPONDRE À TOUTE INVASION DE TOUS CÔTÉS.

EN AURA-T-ELLE LES MOYENS MILITAIRES ET POLITIQUES .

PRIONS POUR ÇA.

Le Faucon Pèlerin

Aux heureux temps du mandat français, l'armée libanaise appelée à l'époque "Les troupes spéciales" ou "Les chasseurs libanais," n'avait pas vocation à combattre hors du territoire national. L'armée libanaise est destinée à préserver l'intégralité des terres de la patrie. C'est pourquoi l'héroïsme et la bravoure sont ses qualités premières. Nos vaillants soldats combattent et meurent uniquement pour leur patrie et méritent toute sa reconnaissance.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : on tourne en rond !

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué