Rechercher
Rechercher

Éclairage

Liban : Leçons d’un mercredi qui a failli être noir...

Le député (Hezbollah) Ali Ammar embrassant le président de la municipalité (CPL) de Hadeth, Georges Aoun.

Comment décrypter ce qui se passe en ce moment au Liban, sur le plan politique comme sur d’autres plans ? La rencontre hier, à Hadeth, entre députés du CPL, du mouvement Amal et du Hezbollah est-elle une grotesque comédie des acteurs d’un drame qui a été évité in extremis, ou une sincère repentance des incitateurs de la parade motorisée et armée du mouvement Amal, qui a failli dresser les uns contre les autres chrétiens et chiites ? 

Il est impossible de répondre aussi vite à ces questions cruciales, et il faudra attendre les prochains jours pour en avoir le cœur net. L’entente entre le CPL et le Hezbollah, dont le douzième anniversaire sera commémoré mardi 6 février, donnera le ton de la prochaine étape. Le chef de l’État, pour sa part, s’est montré rassurant hier, devant ses visiteurs. « La leçon des événements a été tirée », a-t-il affirmé.


(Lire aussi : Les dignités personnelles sont sauves, mais l’État laisse des plumes !, le décryptage de Scarlett Haddad) 


D’ores et déjà, cependant, il apparaît clairement que le mouvement Amal a commis une énorme erreur d’appréciation, et que le Hezbollah, en ne réagissant pas assez rapidement aux provocations de son allié, a failli lui-même être emporté par le mouvement. Des coups de téléphone urgents de Hassan Nasrallah à Baabda et Aïn el-Tiné ont sauvé Hadeth d’un bain de sang, dit-on.

Peu crédibles, à cet égard, restent les accusations lancées hier par le député d’Amal, Ali Bazzi, contre Israël, accusé d’avoir fomenté les provocations de mercredi. La ficelle est trop grosse et l’opinion n’est pas dupe. De ce fait, entre le Hezbollah et son allié, une rencontre de franche explication reste à prévoir. Par ailleurs, des mesures devront être prises pour rebâtir la confiance entre le CPL et le Hezbollah, que des observateurs disent en net recul. 


(Lire aussi : Le crépuscule des magiciens, l'édito de Issa Goraieb) 


La Saint-Maron

D’autres rendez-vous donneront également le ton de l’étape à venir, et d’abord, la réunion prévue mardi entre le chef de l’État et le président de la Chambre, que l’urgence du moment a enfin persuadé de la nécessité de se parler de vive voix, plutôt que de dialoguer indirectement par l’intermédiaire de propos rapportés. Les deux hommes s’entendront-ils sur le décret d’avancement de la promotion d’officiers de l’armée de 1994 ? Car c’est bien elle qui a envenimé le climat politique au cours des dernières semaines, et a indirectement conduit à la diatribe exaspérée de Gebran Bassil contre le président de la Chambre. 

Deux autres rendez-vous significatifs sont à prévoir : le Conseil des ministres du jeudi et la fête de saint Maron vendredi. Les séquelles du séisme de mercredi seront-elles dissipées d’ici là ? Le Conseil des ministres examinera-t-il son ordre du jour comme d’habitude ? Nabih Berry assistera-t-il, comme prévu, à l’office religieux traditionnel que célèbre, à la Saint-Maron, l’archevêque de Beyrouth ? Autant de points de passage obligé d’un apaisement politique rendu d’autant plus urgent que la convoitise israélienne sonne aux portes, avec la contestation par Tel-Aviv de la frontière méridionale de la zone économique exclusive du Liban. Un point dont devra discuter le conseil de défense qui se tient au début de la semaine prochaine. 

Une chose est sûre. Qu’il soit conscient que son impertinence publique était une erreur ou non, le ministre des Affaires étrangères était toujours aussi combatif, hier, dans son adresse au congrès de la LDE, même s’il ne s’est pas rendu à Abidjan. « Que personne ne tente de faire prévaloir une nouvelle domination unilatérale ! » a-t-il lancé hier à qui de droit, dans une envolée qui, comme tout ce qui se dit en ce moment, sent aussi très fort les prochaines législatives.


Lire aussi

Coup de théâtre à la LDE : Bassil s’adresse aux participants à Abidjan par écrans interposés

Infantiliser pour mieux manipuler

« Si nous, chrétiens, ne nous défendons pas, nous n’existerons plus »

Après le coup de fil « magique » de Aoun à Berry, une détente en vue

Le congrès LDE à Abidjan devrait bénéficier de la détente interne

Têtes de cultesle billet de Gaby NASR

Dérapages incontrôlés, le billet d'Anne-Marie EL-HAGE

L’Oscar du gâchisl'édito de Issa GORAIEB



Comment décrypter ce qui se passe en ce moment au Liban, sur le plan politique comme sur d’autres plans ? La rencontre hier, à Hadeth, entre députés du CPL, du mouvement Amal et du Hezbollah est-elle une grotesque comédie des acteurs d’un drame qui a été évité in extremis, ou une sincère repentance des incitateurs de la parade motorisée et armée du mouvement Amal, qui a failli...

commentaires (13)

Des libanaiseries en définitive. C'est pas nouveau , c'est prévisible et le rideau est tombé. Suite au prochain numéro , en attendant le raz de marée législatif de Mai 2018.

FRIK-A-FRAK

20 h 38, le 03 février 2018

Tous les commentaires

Commentaires (13)

  • Des libanaiseries en définitive. C'est pas nouveau , c'est prévisible et le rideau est tombé. Suite au prochain numéro , en attendant le raz de marée législatif de Mai 2018.

    FRIK-A-FRAK

    20 h 38, le 03 février 2018

  • Gébran Bassil a enregistré d'avance sa troisième défaite aux prochaines législatives à Batroun.

    Honneur et Patrie

    16 h 55, le 03 février 2018

  • comment faire comprendre a la populace partisane de l'un ou de l'autre que la "reconciliation" n'est qu'une nouvelle preuve qu'elle est menee par le bout du nez, que moutons de panurges n'ont jamais mieux confirme leur noms ! UNE SEULE solution, loin de tte philosophie psycho-sociale, pas besoin d'etudes analytiques, de decryptages de soit-disants experts(es) . METTRE HORS CIRCUIT du domaine public CHAQUE personne physique qui avait participe meme de loin, meme indirectement aux guerres -pseudo-intestines libanaises. TOUS. aucune exception , compte non tenu de la posture populaire grandiose, religieuse ou pas de cette personne. ces personnes manipulatrices seraient remplacees par leurs hommes liges dites-vous? surement mais ceux la ne seraient pas assez aureoles,ni adulees, n'auront pas ce charisme et donc ne pourront plus nuire autant que leur predecesseurs a insuffler cette haine de l'autre sur juste un tweet !

    gaby sioufi

    13 h 22, le 03 février 2018

  • Un gros bisou par ci, une tape dans le dos par là, de grands sourires pour les spectateurs...et on croit du comme fer, à la libanaise, que le problème est réglé ! Ces acteurs, des RESPONSABLES POLITIQUES ! s'imaginent que ce problème national entre diverses communautés religieuses qui dure depuis des années peut être réglé comme une petite querelle de famille, avec des embrassades et des tasses de café ! Nous ne sommes toujours pas sortis de l'auberge libanaise, pauvres de nous, qui subissons toutes ces catastrophes... Irène Saïd

    Irene Said

    13 h 16, le 03 février 2018

  • Périodiquement , le même scénario se reproduit, un sketch, par-ci , une caricature par-là, un mot mal venu... Des pneus sont vite trouvés dans les décharges...Une cinquième colonne est vite accusée...D’une abboulé, on passe au tabboulé , verre à la main on trinque à la paix préservée, au piège évité... Mais a-t-on le choix de ne pas se mentir à soi-même? Tant qu’on en est conscient il reste un lot de consolation.

    LeRougeEtLeNoir

    13 h 15, le 03 février 2018

  • Encore une page de notre folklore tribal libanais , des politiciens à double face . Vraie mascarade.

    Antoine Sabbagha

    10 h 51, le 03 février 2018

  • Regardez-les qui s'embrassent sur la bouche après avoir lâché les chiens. Quels Tartuffe!

    Marionet

    10 h 31, le 03 février 2018

  • Les parades de miliciens armés, les provocations dans des quartiers chrétiens, ces événements des derniers jours rappellent les pires heures de la guerre civile. Du coup, je révise mon jugement optimiste sur le mandat Aoun qui, au final, n'est pas du tout efficace face aux vrais défis.

    Marionet

    09 h 28, le 03 février 2018

  • “La politique m'apparaît comme une sinistre rigolade.” de Simone Weil Extrait de Oeuvres

    FAKHOURI

    08 h 43, le 03 février 2018

  • 1 - CE QUE JE VOIS DANS CETTE PHOTO N,EST QUE DE LA CHIMPANZERIE ! 2 - PRETENDRE QU,ISRAEL EST RESPONSABLE DES PROPOS DEPLACES DE BASSIL ET DES FLUX VENDICATIFS D,AMAL A HADETH EST RISIBLE ! 3 - SI ON AVAIT TIRE LA LECON CA AURAIT DU ETRE MATERIALISE PAR PREMIEREMENT LA DEMISSION IMMEDIATE DE BASSIL PUIS L,ABDICATION DE SON POSTE PERENNE DE BERRY ! LES DEUX SPORES DU MAL... 4 - DES INCAPABLES ET D,IGNORANTS RESPONSABLES PILOTENT LE BATEAU LIBAN DIRECTEMENT DANS L,OEIL DES CYCLONES ! 5 - PANURGES ET MOUTONS RESTENT LES MEMES... LES UNS FANATISENT ET MENENT LEURS TROUPEAUX ET LES AUTRES SUIVENT ET BELENT ! 6 - ALLAH YISTOR OU YIHME HAL BALAD !!!!!!!!!!!!!!

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    07 h 49, le 03 février 2018

  • "toujours aussi combatif:, mais de loin! Trop peur de recevoir des tomates!

    Yves Prevost

    07 h 11, le 03 février 2018

  • tout ceci n'etait qu'un gros complot (justement comme les moumana3sites adorent le dire) pour faire remonter les sondages des uns et des autres ... sauf que comme vous l'avez dit le peuple n'est plus dupe .. ils sauront vers qui se tourner et il n'y a que quelque uns de crédibles et en dessous de la loi .. LES FL

    Bery tus

    01 h 55, le 03 février 2018

  • En voyant cette photo, je suis presque ému !!!!!

    L'ARCHIPEL LIBANAIS

    01 h 30, le 03 février 2018