X

À La Une

Nasrallah : Le danger de l'implantation des réfugiés palestiniens se rapproche fortement

Liban

La lutte contre la corruption "est plus difficile que celle pour la libération du Liban-Sud", affirme le secrétaire général du Hezbollah, lors d'un discours télévisé retransmis en direct pour marquer les 19 ans du retrait des troupes israéliennes qui occupaient le sud du pays.

OLJ
25/05/2019

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a affirmé samedi, à l'occasion du 19e anniversaire de la libération du Liban de l'occupation israélienne, le 25 mai 2000, que le danger de l'implantation des réfugiés palestiniens présents au pays du Cèdre "se rapproche fortement", au moment où le plan pour la paix au Proche-Orient que doit présenter sous peu Washington refuse tout retour des Palestiniens réfugiés dans les pays de la région, selon certaines informations ayant fuité dans la presse.

A en croire les fuites concernant la teneur de ce plan de paix préparé par le gendre du président américain Donald Trump, Jared Kushner, ce document ne prévoit aucune opportunité pour les Palestiniens de rentrer chez eux et propose donc leur implantation dans les pays d'accueil. La Constitution libanaise rejette toutefois, dans son préambule, toute implantation au Liban.

Les Etats-Unis doivent dévoiler les 25 et 26 juin lors d'une conférence à Bahreïn le volet économique de ce plan de paix israélo-palestinien, dont le contenu politique n'a toujours pas été annoncé. L'Autorité palestinienne a annoncé qu'elle n'y participerait pas, les Palestiniens y voyant une contrepartie financière en échange de l'acceptation de l'occupation israélienne.

"Les Libanais, ainsi que les Palestiniens, refusent l’implantation des réfugiés et restent attachés à leur droit de retour. Cette question fait l’objet d’un consensus. Mais cela ne suffit pas. Le danger de l’implantation se rapproche fortement", a mis en garde le leader chiite, lors d'un discours télévisé retransmis en direct. "Nous (...) devons tous assumer la responsabilité historique de faire face à ce plan maudit visant à anéantir la cause palestinienne", a-t-il également dit.

Le chef du Hezbollah a ensuite proposé un dialogue libano-palestinien pour répondre au danger de l'implantation. "Nous devons tenir une réunion entre les responsables libanais et palestiniens afin de faire face au danger rampant de l’implantation. Je propose que cette réunion se tienne au niveau de hauts responsables. Les communiqués ne suffisent pas. Il faut un plan commun libano-palestinien".

Le Liban accueille plus de 174.000 Palestiniens, selon un recensement officiel en 2017. Il s'agit essentiellement de Palestiniens chassés de leurs terres ou ayant fui à la création d'Israël en 1948, et de leurs descendants. D'autres pays voisins comme la Jordanie accueillent aussi des réfugiés palestiniens.


(Lire aussi : Geagea : Le plan de paix américain pour le Proche-Orient est mort-né)



Position de force

Hassan Nasrallah avait commencé son discours en affirmant que le Liban est aujourd'hui en position de force contre Israël. "Nous devons oeuvrer à maintenir notre force à travers le triptyque “peuple-armée-résistance”. C’est grâce à lui que nous avons pu libérer notre terre en mai 2000. Nous devons être forts. Voilà la vraie garantie", a-t-il dit sur un ton calme.

L'armée israélienne s'était retirée le 24 mai 2000 de la partie du Liban-Sud qu'elle occupait encore, mais le Liban estime qu'elle doit encore se retirer des fermes de Chebaa, situées sur les pentes occidentales du mont Hermon, occupé par Israël en juin 1967, ainsi que des hauteurs de Kfarchouba et de la partie nord du village de Ghajar pour que la libération soit complète.

"Le Liban n’est pas en position de faiblesse aujourd’hui contre Israël. Ils (les Israéliens) craignent ce qu’il y a au Liban, et comme ils peuvent empêcher le Liban d’exploiter le pétrole et le gaz, le Liban peut faire pareil. Nous devons rester attachés à nos droits, et être optimistes à ce sujet, comme l’a dit le président du Parlement Nabih Berry", a plaidé le leader chiite.

La question de la délimitation des frontières est cruciale au moment où le Liban et Israël s'apprêtent à exploiter les ressources en hydrocarbures récemment découvertes dans la région. Le président Berry a affirmé mercredi que les propositions du Liban concernant le litige sur les frontières terrestres et maritimes avec Israël avaient été acceptées et que l'émissaire américain David Satterfied, qui effectue la navette entre Beyrouth et Tel Aviv, pourrait rapporter une "réponse définitive" la semaine prochaine. 

Le secrétaire général du Hezbollah a ensuite abordé la question des hameaux de Chebaa et des hauteurs de Kfarchouba au Liban-Sud, après la récente polémique pour savoir si ces territoires sont libanais ou syriens. "Nous réaffirmons notre attachement aux hameaux de Chebaa, aux hauteurs de Kfarchouba et à la partie nord du village de Ghajar. Ces terres sont les nôtres, et c'est notre droit naturel d’exercer la résistance pour libérer ce qui reste de notre territoire", a insisté Hassan Nasrallah.

Le 2 mai, le leader chiite s'en était pris sans le nommer au leader druze Walid Joumblatt qui avait déclaré une semaine auparavant que les fermes de Chebaa n'étaient pas libanaises. Le leader chiite avait affirmé que la résistance, ainsi que l’État libanais, avaient la responsabilité de libérer ce territoire. M. Joumblatt avait affirmé dans une interview à Russia Today qu’après la libération du Liban-Sud, en l’an 2000, "des officiers libanais ont entrepris, en collaboration avec la Syrie, de modifier les cartes géographiques pour faire en sorte que les fermes de Chebaa et Wadi el-Aassal (à la frontière avec le Golan) soient intégrés au territoire libanais afin de garder le prétexte d’une terre occupée qu’il fallait libérer à tout prix". "Les fermes de Chebaa ne sont pas libanaises. En théorie, c’est nous qui les occupons", avait-il dit.


(Lire aussi : 25 mai 2000-25 mai 2019 : ce qui reste de la fête de la Libération, le décryptage de Scarlett Haddad)




Le retour des réfugiés syriens

Par ailleurs, le chef du Hezbollah a abordé la question de plus d'un million de réfugiés syriens présents au Liban après avoir fui le conflit qui ravage leur pays depuis 2011. "Tout le monde au Liban est d’accord pour aider au retour des déplacés syriens chez eux. Mais il y a des divergences sur la manière et les moyens d’obtenir ce retour. La vraie raison est politique. Elle a trait à la prochaine présidentielle en Syrie. Le mandat du président Bachar el-Assad se termine en 2020-2021, et des élections se tiendront à la date prévue. Les déplacés syriens, ainsi que les Libanais de toutes les régions et confessions, souffrent des conséquences de cette crise. Pourquoi cette situation perdure? Parce que les Etats occidentaux, les Etats-Unis et les pays du Golfe ne veulent pas du retour de ces déplacés, du moins pas avant la présidentielle syrienne", a affirmé Hassan Nasrallah. "Les propos de certains responsables, notamment libanais, selon lesquels des déplacés syriens qui sont rentrés chez eux ont fait l’objet d’exactions sont infondés. Ces propos visent à dissuader les déplacés à rentrer chez eux. Lors d’une franche discussion avec le président Assad, celui-ci m’a dit avec sincérité qu’il souhaite le retour des déplacés en Syrie. Le gouvernement doit débattre de cette question après avoir achevé l’étude du budget", a plaidé le leader chiite.

Avec une population de quatre millions d'habitants, le Liban accueille 1,5 million de Syriens, dont près d'un million inscrits comme réfugiés auprès de l'ONU. Alors que leur retour en Syrie fait désormais partie du discours de toutes les formations politiques, ces dernières s'écharpent sur la nécessité de coopérer ou pas avec le régime de Bachar el-Assad pour assurer ce retour. La communauté internationale, elle, appelle à un règlement politique du conflit avant d'assurer le retour des réfugiés.


(Lire aussi : "Pas de répit avant la libération de tout le territoire", promet le général Aoun)


Lutte anti-corruption et budget

Hassan Nasrallah a enfin abordé les questions du budget de 2019 et la lutte anti-corruption, qui est désormais au centre de l'agenda politique du parti chiite. "La lutte contre la corruption nécessite des efforts, du temps et les moyens nécessaires", a-t-il expliqué. "J’ai déjà dit que cette lutte est plus difficile que celle pour la libération du Liban-Sud. Nous avons besoin de temps et de la coopération de tout le monde. Nous avons préparé l’année dernière une série de dossiers, certains ont été transmis, d’autres sont encore en cours d’élaboration ou attendent l’adoption du budget de l’année en cours avant d’être transmis à la justice. Nous avons également préparé une série de propositions de lois à travers notre bloc parlementaire afin de mettre un terme à la corruption et la dilapidation des fonds. Nous voulons obtenir des résultats, peu importe qui fait les propositions ou s’attribue le beau rôle. Ce qui compte pour nous, c’est de mettre un terme à la corruption", a insisté le leader chiite.


(Lire aussi : Expulsions sommaires de réfugiés syriens : la SG réfute les accusations d'ONG)



Le chef du Hezbollah a enfin évoqué la question du budget de l'année en cours que le gouvernement s'apprête à approuver avant de l'envoyer au Parlement pour son adoption.

"Le débat autour du budget était pour nous une priorité. Nous considérons le budget de 2019 comme une étape importante dans la lutte contre la corruption. Malheureusement, et contrairement aux promesses faites par les responsables politiques, il y a des mesures prévues dans le budget étudié qui portent sur des taxes et des impôts touchant les classes défavorisées", a regretté Hassan Nasrallah. "Nous n'allons pas bloquer l'approbation du budget au sein du gouvernement. Mais nous ne resterons pas silencieux au Parlement car nous avons des remarques à formuler", a-t-il prévenu.

Le gouvernement a annoncé vendredi être parvenu à "un accord" sur le projet de budget de 2019 qui devra être approuvé lors d’une réunion du Conseil des ministres qui se tiendra lundi au palais présidentiel de Baabda. Le texte sera alors transmis au Parlement, où il sera examiné par la commission des Finances et du Budget, avant de faire l’objet d’un vote en session plénière. Ce budget est censé prévoir des mesures d'austérité sans précédent afin de réduire le déficit public du pays.

Le Hezbollah est la seule formation libanaise qui continue de détenir des armes après la fin de la guerre civile en 1990 et qui a confronté militairement Israël à plusieurs reprises, la dernière guerre remontant à juillet 2006. Toutefois, l'arsenal du parti chiite divise la classe politique et la population, entre ceux qui acceptent qu'il conserve ses armes hors du cadre étatique, et ceux qui y sont opposés.


Lire aussi

Les sanctions US contre l'Iran "font mal" au Hezbollah, selon le Washington Post

Le Pentagone et la CIA ont désormais la haute main sur le dossier libanais

Le Liban à l’abri de l’escalade Iran-USA

Litige frontalier : la proposition libanaise de renaissance du comité tripartite en bonne voie

Le jour où Damas a « reconnu » la libanité des hameaux de Chebaa

Le tracé des frontières entre le Liban et la Syrie pour arrêter la contrebande et le passage des armes


Pour mémoire

Fermes de Chebaa : Nasrallah s'en prend à Joumblatt

Nasrallah : Nous riposterons lorsqu’une mesure prise par les États-Unis le méritera

Nouvelles mesures US contre le Hezbollah

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'Orient-Le Jour

Bonjour,
Les erreurs ont été corrigées.
Merci,

B M

que le gouvernement s'apprête à approuver pas “approuvé”
Aussi, il manque un “nous” dans “le débat autour du budget était pour une priorité”.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CES COMPLOTS CONTRE NOTRE NATION NE NOUS VIENNENT QUE DE PAYS SUPPOSES AMIS COMME DE PAYS AUX REVES HEGEMONIQUES. AVEC DE TELS AMIS ET AUTRES REVEURS ON N,A PAS BESOIN D,ENNEMIS. TOUS, ILS LE SONT !

Tina Chamoun

Il existe donc un libanomètre pour mesurer le pourcentage de libanité des citoyens ? Lol

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L,IRAN EST LE PREMIER PROMOTEUR DU MARCHE DU SIECLE POUR L,AFFAIRE PALESTINIENNE CAR PAR SES PROVOCATIONS
IL A DIVISE ET AFFAIBLI LES ARABES ET PAR SES MENACES GENOCIDAIRES HITLERIENNES CONTRE ISRAEL IL A POUSSE LES AMERICAINS A VOULOIR GARANTIR UNE FOIS POUR TOUTE AU DETRIMENT DES PALESTINIENS ET DES ARABES MEMES L,EXISTENCE D,ISRAEL.

Irene Said

Beaucoup de bla-bla pour répéter les mêmes choses, qui en définitive ne servent à rien, sauf à galvaniser les moutons libanais en manque de sensations fortes ces derniers temps...

Quant à nous, Libanais 100%, nous affirmons:

"peuple libanais - armée libanaise - résistance libanaise"

uniquement, et non armée et financée par l'Iran !
Irène Saïd

HABIBI FRANCAIS

Si les refugies palestiniens ou syriens etaient chiites cela fait longtemps que le hezbollah leur ait donne la naturalisation libanaise.
L on voit bien combien le hezbollah se moque de la cause palestinienne ....les palestiniens vivent moins mal dans l apartheid qu est Israel qu au Liban ....une honte pour le hezb.

Sarkis Serge Tateossian

À bien réfléchir, je me dis s'il y à un pays dans le monde qui cumulent des calvaires insurmontables, insolubles, c'est bien notre Liban.
Gardons espoir car nous n'avons pas d'autres choix.



Wlek Sanferlou

Incroyable la perspicacité de nesrallah pour avoir décortiquer l'énigme du Liban, des palestiniens et de la région!
Bien sûr on savait tout ça mais de le voir confirmer à la télé et en couleur en plus c'est unique et inoubliable! Inoubliable car on aura sûrement plein d'autres occasions de revoir le même discours à d'autres celebrations
Bien sûr il a fallu souffrir les quelque pubs promotionnelles mais bof c'est le entertainment business après tout.
Bien sûr on ne mentionne nullement que l'une des raisons des difficultés du Liban à résoudre les problèmes des réfugiés et des déplacés et maintenant aussi des affamés et des enragés, c'est le fait qu'on est un pays avec un seul corps, mais plusieurs têtes dont bien sûr le hezb.
Ou yallah, aal batikh ya sikiin!

Honneur et Patrie

"C'est grâce au triptyque que le Sud a été libéré..." Pourquoi ce triptyque n'opère pas en Syrie pour libérer les 1210 km2 du Golan syrien y compris les 20 km2 des fermes syriennes de Chebaa ? Les fermes de Chebaa sont syriennes la preuve en est que lorsque l'armée israélienne les avait occupées, le drapeau SYRIEN flottait sur le poste de la gendarmerie syrienne. Je répéterai cette vérité jusqu'à preuve du contraire.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

POUR CE QUI CONCERNE LES REFUGIES PALESTINIENS, LES REFUGIES SYRIENS ET LA CORRUPTION LE SAYED A RAISON. POUR CE QUI CONCERNE LES FRONTIERES MARITIMES ET TERRESTRES ATTENDONS VOIR LES RESULTATS DES NEGOCIATIONS.

Antoine Sabbagha

Palestiniens réfugiés avec les syriens en plus ??Vraiment on ne sait plus comment le Liban pourra tenir le coup .

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

D’un automne à l’autre

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants