Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Migrations

En Tunisie, des migrants survivent dans des champs d'oliviers en lorgnant l'Europe

Ces dernières semaines, la police a détruit des abris dans plusieurs campements, officiellement suite à des signalements de riverains excédés.

Un campement de migrants d'Afrique subsaharienneen Tunisie, le 24 avril 2024. Photo FETHI BELAID/AFP

Des bâches en guise d'abri, des poulets décharnés comme nourriture, des milliers de migrants d'Afrique subsaharienne vivotent dans des champs d'oliviers en Tunisie, s'accrochant à l'espoir de traverser la Méditerranée vers l'Europe.

Ils sont environ 20.000 dans des campements de fortune près des localités rurales d'El Amra et Jebeniana, à entre 30 et 40 km au nord de la métropole de Sfax (centre), selon des sources humanitaires. Ils ont construit de premiers abris à la mi-septembre après avoir été évacués du centre de Sfax. Des milliers d'autres les ont depuis rejoints dans des plantations d'oliviers, où ils guettent l'occasion d'embarquer clandestinement vers l'Italie, à partir de plages situées à une quinzaine de kms.

Pour mémoire

Tunisie : des ONG appellent à héberger d'urgence les migrants chassés de Sfax

C'est le cas d'Ibrahim (nom d'emprunt), parti de Guinée Conakry il y a plus d'un an pour émigrer en Europe et « subvenir aux besoins de sa mère malade et son petit frère ». Il est arrivé sous les oliviers il y a trois mois en plein hiver, après avoir marché 20 jours depuis la frontière algérienne. « C'est vraiment difficile ici, même pour des courses, on y va en cachette. On peut sortir chercher du travail mais quand ils doivent te payer, ils appellent la police », explique à l'AFP, l'air épuisé, cet étudiant qui dit avoir 17 ans.

Depuis environ un an et un discours aux accents xénophobes du président tunisien Kais Saied contre l'immigration clandestine d'Afrique subsaharienne, des milliers de migrants employés informellement ont perdu leurs travail et logement.En 2023, des dizaines de milliers ont pris la mer au péril de leur vie depuis la région de Sfax, épicentre des départs en Tunisie. « Nous sommes à quelques kilomètres de l'Europe », explique Ibrahim, en référence aux 150 kms qui le sépare des côtes italiennes.

« Solidarité » 

Près d'El Amra, sous des bâches arrimées à des poteaux avec des tubes d'irrigation, ils dorment souvent à 5 ou 10. En majorité des hommes mais aussi des femmes et enfants, venant de Guinée, Cameroun, Sénégal, Soudan, Sierra Leone ou Nigeria, regroupés par langue. Des femmes cuisinent une sorte de ragoût, un homme montre de maigres poules blanches, impropres à la consommation mais principale nourriture des migrants.

Cet hiver, « il a fait très froid mais on arrive à survivre grâce à la solidarité entre frères africains », note Ibrahim. « Si quelqu'un a de la nourriture et toi non, il t'en donne, les bâches on les a achetées avec notre argent (envoyé par certaines familles, ndlr) ou la mendicité ». Les migrants se souviennent d'une distribution alimentaire début avril par des ONG. Beaucoup réclament plus d'aide de l'Europe. Mais selon Romdhane Ben Amor de l'ONG FTDES, la Tunisie « se transforme de facto en centre de rétention justement à cause d'accords de contrôle des frontières avec l'Union européenne ».

Sur le plan sanitaire, Ibrahim est inquiet: « il y a beaucoup de naissances, des gens malades ». « On a une naissance (de bébé migrant) par jour à l'hôpital de Jebeniana, beaucoup de femmes enceintes, pas de suivi », confirme une source humanitaire à Sfax. « Je suis ici pour traverser (la mer, ndlr) avec ma fille de 4 mois, y a pas d'eau, pas de couches, on met du plastique sous ses fesses », explique Salima, 17 ans, décidée malgré tout à « patienter le temps qu'ils (les passeurs, ndlr) ouvrent » les départs, retardés par une mauvaise météo.

« A la nage » 

Ces dernières semaines, la police a détruit des abris dans plusieurs campements, officiellement suite à des signalements de riverains excédés. Près de Jebeniana, des journalistes de l'AFP ont vu des cartouches de gaz lacrymogènes et des bâches arrachées mais aussi des cabanes en phase de reconstruction. « La police nous fatigue beaucoup, hier j'ai été chassé au niveau des boutiques (à El Amra) », raconte Sokoto (un surnom), 22 ans, parti de Guinée il y a trois ans, entré en janvier en Tunisie par la frontière algérienne.

Mohamad Bekri fait partie des habitants d'El Amra qui apportent un peu d'eau et de nourriture aux migrants. « C'est une démarche humanitaire, il y a des bébés de trois ou six mois », dit ce commerçant quinquagénaire. « Enlever les tentes n'est pas la solution, il faut que l'Etat trouve une vraie solution. Ce n'était déjà pas une solution de les amener à El Amra où habitent 32.000 personnes », ajoute-t-il.

Malgré les tensions et la grande précarité, aucun des migrants rencontrés ne veut retourner au pays. Pour Sokoto, « la marche arrière s'est cassée ». « Je suis sorti pour aider ma famille, j'ai beaucoup souffert pour arriver ici, je ne rentre pas en Guinée même si je dois traverser à la nage ».

Des bâches en guise d'abri, des poulets décharnés comme nourriture, des milliers de migrants d'Afrique subsaharienne vivotent dans des champs d'oliviers en Tunisie, s'accrochant à l'espoir de traverser la Méditerranée vers l'Europe.Ils sont environ 20.000 dans des campements de fortune près des localités rurales d'El Amra et Jebeniana, à entre 30 et 40 km au nord de...
commentaires (1)

Pourtant, le Sud global c'est l'avenir, dit-on.

F. Oscar

10 h 02, le 28 avril 2024

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Pourtant, le Sud global c'est l'avenir, dit-on.

    F. Oscar

    10 h 02, le 28 avril 2024

Retour en haut