X

À La Une

Geagea : Le plan de paix américain pour le Proche-Orient est mort-né

Liban

Le Moyen-Orient est "situé sur un volcan qui peut entrer en éruption à tout instant", estime le leader chrétien dans un entretien avec l'agence de presse turque Anadolu.

OLJ
25/05/2019

Le chef des Forces libanaises et leader chrétien maronite Samir Geagea a estimé samedi que le plan pour la paix au Proche-Orient que doit présenter sous peu Washington et qui, selon certaines informations ayant fuité dans la presse, refuse tout retour des Palestiniens réfugiés dans les pays de la région, est "mort-né". M. Geagea a dans ce contexte rejeté catégoriquement tout implantation des réfugiés au Liban.

"Tant que les Libanais continuent de respecter la Constitution, et même si tous les pays du monde acceptent cette idée, personne ne peut implanter les réfugiés", a déclaré Samir Geagea dans un entretien à l'agence de presse turque Anadolu. Il a souligné que "personne ne parvient à comprendre ce qu'est réellement ce 'marché du siècle'". "La preuve : à chaque fois que l'annonce du contenu du plan approche, l'échéance est repoussée, mais les informations qui ont fuité montre que ce plan est mort-né avant même d'avoir été annoncé", a-t-il estimé.

"Toute répercussion du plan sur le Liban doit être discutée", a affirmé le chef des FL. Et d'insister sur le fait que "l'implantation ou n'importe quel autre processus ne pourront pas être mis en place". "Personne ne peut faire pression sur le Liban à cet effet, parce qu'il s'agit d'une question de souveraineté, sur laquelle seul le gouvernement libanais peut trancher", a-t-il ajouté.

Selon les fuites parvenues concernant le contenu du plan de paix pour le Proche-Orient préparé par le gendre de Donald Trump, Jared Kushner, ce document ne prévoit aucune opportunité pour les Palestiniens de rentrer chez eux, et propose donc leur implantation dans les pays d'accueil. La Constitution libanaise rejette toutefois, dans son préambule, toute implantation au Liban.



(Lire aussi : Washington appelle les Palestiniens à participer à une conférence en juin à Manama)



Le Moyen-Orient "sur un volcan" actif
Le leader chrétien a par ailleurs affirmé que "l'escalade" des tensions entre l'Iran et les États-Unis aura "de fortes répercussions dans la région". Ces tensions "commencent à avoir un impact sur les aspects socio-économiques et politiques", a-t-il poursuivi. Les menaces de Washington contre l'Iran sont "très sérieuses étant donné que la volonté de l'administration américaine est de réduire l'influence iranienne" dans la région, a-t-il dit. Le Moyen-Orient est "situé sur un volcan qui peut entrer en éruption à tout instant", a-t-il encore estimé, mettant en garde "toute partie tentant de jeter le Liban dans le cratère du volcan", ce qui constitue "un très grand crime contre le Liban et les Libanais".

Les tensions ont augmenté entre l'Iran et les États-Unis, depuis notamment le sabotage de navires commerciaux au large des Émirats arabes unis, alliés de Washington. Accusant Téhéran d'être à l'origine de ces sabotages, Donald Trump a annoncé vendredi le déploiement de 1.500 soldats américains supplémentaires dans la région.

"Jusqu'à présent, nous ne disposons d'aucun indicateur montrant qu'Israël va lancer une guerre contre le Liban, mais nous attendons de voir ce qui va se passer dans les jours et semaines à venir", a en outre affirmé M. Geagea. Il a souligné que la rapidité avec laquelle peut progresser la situation régionale oblige les Libanais à "vivre au jour le jour".

Concernant le désarmement du Hezbollah, seule milice encore armée au Liban, qui justifie de garder ses armes pour "résister contre Israël", Samir Geagea a affirmé que le parti chiite "n'a aucune intention sérieuse de parvenir à une stratégie de défense" nationale qui impliquerait qu'il doive rendre ses armes.



Lire aussi
Le mariage du siècle, l'éditorial de Issa GORAIEB

Les Palestiniens disent ne pas avoir été consultés sur la conférence de Bahreïn

En politique étrangère, les paris de Donald Trump mal engagés


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Antoine Sabbagha

Les leaders politiques libanais toutes couleurs et tendances confondues doivent d'une seule voix dire non à tout projet pour l'implantation des réfugiés au Liban.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

EN DEUX MOTS CE MARCHE DU SIECLE POUR LA PALESTINE CONSISTE A ACHETER L,ACCORD DES PALESTINIENS SUR L,ABANDON ET DE JERUSALEM EST ET DES ESPACES USURPEES EN CIJORDANIE PALESTINIENNE EN FAVEUR D,ISRAEL PAR ARGENT PAYE COMPTANT PAR LES PAYS DU GOLFE ARABES. ON DEVRAIT L,APPELER - LE COMPLOT DU SIECLE- ! ET CERISE SUR LE GATEAU EMPOISONNE LES PALESTINIEN NE FORMERAIENT PLUS UN ETAT MAIS DES GROUPES EPARPILLES SOUS L,ADMINISTRATION ET LA SUPERVISION ISRAELIENNES.
LE MALHEUR C,EST QUE CERTAINS PAYS ARABES SE PRETENT ET S,APPRETENT A JOUER LES JUDAS !

Bustros Mitri

C’est en effet du beau si le gendre des USA , agent immobilier, dont le seul mérite est d’etre Le gendre du président des États Unis, s’amuse à jouer au Monopoly avec le destin du MO...
Mais aujourd’hui pour un occidental, USA en premier, il n’est pas compréhensible qu’un résident fut-il réfugié , vive sur le sol d’un pays sans avoir droit à acquérir la nationalité de ce pays. Les libanais eux-mêmes ayant vécu à l’étranger en savent quelque chose. Ceci évidemment , est sans tenir compte du pourquoi et comment ces réfugiés se retrouvent ou ils sont.
En somme de manière assez simpliste, puisqu’il faut être de
Son temps , sans Histoire ( les américains en sont champions puisqu’ils sont tous immigrés), le choix serait entre le Grand monde du capital , de la richesse, de la jouissance, face
à la dette vis-à-vis des aïeux, de leurs sacrifices, de
leurs droits. Kushner , avec ses grandes idées inviterait ainsi les palestiniens à jeter à la poubelle , tous les sacrifices de ceux qui les ont précédés, leurs droit spoliés , anéantis, au nom de l’integration au monde du fait accompli. Génial. Quelqu’un devrait lui offir un livre d’histoire.

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

D’un automne à l’autre

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants