X

À La Une

Les sanctions US contre l'Iran "font mal" au Hezbollah, selon le Washington Post

Dans la presse

Combattants mis en congé, équipes d'al-Manar au chômage technique, campagne de don...Le journal américain liste les mesures d'austérité prises par le parti chiite qui "a enregistré une forte baisse de ses revenus et est forcé d'effectuer des coupes draconiennes de ses dépenses".

OLJ
20/05/2019

Les sanctions américaines contre l'Iran ont drastiquement réduit le financement de Téhéran au Hezbollah, considéré comme terroriste par Washington, a rapporté le quotidien américain The Washington Post dans un article publié samedi, citant des responsables, des membres et des partisans du parti chiite.

"Depuis que le président Trump a introduit de nouvelles restrictions commerciales contre l'Iran l'année dernière, augmentant les tensions avec Téhéran qui ont atteint un paroxysme ces derniers jours, la capacité de l'Iran à financer ses alliés comme le Hezbollah a été réduite", écrit la cheffe du bureau de Beyrouth du Post, Liz Sly. "Le Hezbollah, le mieux financé et le plus important des satellites de Téhéran, a enregistré une forte baisse de ses revenus et est forcé d'effectuer des coupes draconiennes de ses dépenses", poursuit l'article.

Selon le journal US, "des combattants sont mis en congé ou considérés comme réservistes, ils reçoivent de plus bas salaires ou ne sont pas du tout payés", selon un membre des unités administratives du parti chiite, ajoutant que "plusieurs d'entre eux sont retirés de Syrie", où le Hezbollah joue un rôle essentiel aux côtés du régime de Bachar el-Assad. Néanmoins, selon le quotidien, les cadres du Hezbollah et les combattants à plein temps continuent de recevoir leur salaire, mais certains de leurs privilèges comme les repas ou les transports, sont supprimés. Les familles des martyrs continuent également de recevoir des pensions.

Toujours selon le Washington Post, "des programmes de la chaîne du Hezbollah, al-Manar, ont été annulés et des équipes mises au chômage technique". "Les programmes coûteux qui ont renforcé le soutien au Hezbollah au sein de la communauté chiite, historiquement pauvre, ont été réduits, comme la fourniture de médicaments gratuits et de vivres aux combattants, aux employés du Hezbollah et leurs familles", indique également le quotidien américain.

"Les mesures d'austérité adoptées par le Hezbollah constituent une indication de l'ampleur de l'impact des sanctions US, non seulement sur l'économie iranienne, mais également sur sa capacité à soutenir ses satellites régionaux", écrit Mme Sly. Un responsable du Hezbollah, cité de manière anonyme par le journal, reconnaît que le financement venant d'Iran s'est tari, obligeant le parti chiite à tailler dans ses dépenses. "Il n'y a aucun doute sur le fait que ces sanctions ont eu un impact négatif, mais en fin de compte, les sanctions sont une composante de la guerre, et nous allons les affronter dans cette optique", a déclaré cette source au Washington Post.   

"L Hezbollah a d'autres sources de revenus et prévoit d'en tirer plus grâce à des plans agressifs", affirme encore ce responsable, espérant "transformer cette menace en une opportunité" pour développer d'autres sources de revenus.

Le Hezbollah a lancé une grande campagne pour compenser le tarissement du financement iranien en sollicitant des dons. Il s'agit, selon le Post, de mobiliser les partisans mais aussi d'attirer leur attention sur les difficultés financières du parti. Et depuis qu'en mars, le leader du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait appelé ses partisans à contribuer à un "jihad financier", les urnes de don prolifèrent dans les rues des zones contrôlées par le parti, sur lesquelles on peut notamment lire 'la charité prévient la catastrophe', note le Washington Post. "Des camions équipés de haut-parleurs circulent dans les rues de la banlieue sud de Beyrouth avec des boîtes en plastique sur leur capot, où les gens sont encouragés à déposer de l'argent liquide. Des panneaux ont été érigés le long de la route de l'aéroport, appelant les citoyens à donner aux œuvres de charité affiliées au Hezbollah, et des vidéos sont postés sur les réseaux sociaux du parti chiite rappelant aux gens à leur devoir religieux envers les personnes nécessiteuses.

En novembre 2018, les Etats-Unis ont renforcé leurs sanctions à l'encontre de la formation chiite après la signature, par Donald Trump, de la loi "Hezbollah International Financing Prevention Amendments Act (HIFPAA) of 2018", une version amendée (S.1595) d'une loi précédente, votée par le Sénat le 5 octobre 2017. La S.1595 impose notamment des sanctions à toute personne, entité ou Etat étrangers aidant directement ou indirectement le parti pro-iranien. Washington a dans ce contexte pris ces derniers mois des sanctions contre plusieurs personnes et entités liées au Hezbollah.


Lire aussi

Nouvelles mesures US contre le Hezbollah

Kassem Chams, visé par des sanctions US : Je n'ai aucun lien financier avec le Hezbollah

Sanctions US contre un réseau libanais de blanchiment d'argent au profit du Hezbollah

Nasrallah : Nous riposterons lorsqu’une mesure prise par les États-Unis le méritera

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Antoine Sabbagha

On ne sent pas que les sanctions US contre l'Iran "font mal" au Hezbollah car à jour tout le monde vit bien sauf si les manifestations actuelles au centre ville cachent l'imprévisible .

Tina Chamoun

Wishful thinking et pas seulement de la part du Washington Post. Et vogue la galère des esprits torturés...

Irene Said

Un "parti réellement religieux" comme le Hezbollah peut très bien vivre d'air et d'eau fraîche et de prières du matin au soir...n'est-ce pas ?
Et le paradis n'est pas loin...
Irène Saïd

Pierre Hadjigeorgiou

En effet ce n'est pas si dramatique que çà... En fait c'est même pire que cela... L'Iran, comme le Hezbollah, peuvent clamer et prétendre ce qu'ils veulent, ils ne tiendront pas le coup. S'ils comptent sur la perte des prochaines élections Américaines par Trump ils se fourrent le doigt dans l’œil jusqu’à la garde. Ce monsieur a rendu aux USA son économie, a rendu aux Américains leurs boulots et surtout leur fierté. De plus, il n'a peut être pas eu tout ce qu'il réclamait de tous ceux qui en veulent, a tort ou a raison aux USA, mais au moins il n'a pas cédé juste pour faire croire qu'il a obtenu quelque chose. En Iran, les gens, pour la première fois depuis l’avènement de la République Islamique, rejette toute la responsabilité de ce qui arrive au régime et non pas aux USA. Les mollahs sont devant une nouvelle vague de dénigrement comme jamais avant. Idem pour le Hezbollah. Il suffit de prendre comme exemple nos élections. Ils ont rêvé d'un député a Jbeil pour montrer leur force et ont échoué. Leur plus fervent détracteur, les FL, ont fait de même a Baalbeck et ont réussi. Faite vos déductions et voyez vers ou le peuple Libanais penche et ce qu'il recherche. Ça se résume en deux mots: La Paix! Plus personne ne veut la guerre sauf le Hezbollah! Personne n'a cure de la cause Palestinienne sauf le Hezbollah! Tout le monde veut la démocratie sauf le Hezbollah! Les des sont jetés et le compte a rebours arrive a sa fin...

Chady

Le Hezbollah est un parti religieux. Partant de là l’argent ne peut être le motif ses adhérants, partisans et sympathisants.

S’ils existent de ces personnes là, alors ils quitteront le navire, et se sera tant mieux pour le Hezbollah.

Quant à la drogue... allez c’est pas grave pas la peine de répondre.

HABIBI FRANCAIS

Le Hezbollah va appuyer sur l accelerateur du trafic de drogue....c est ce que fait son allie Maduro au Venezuela ....!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

JE NE CROIS PAS QUE C,EST SI DRAMATIQUE QUE CA. LE SOUHAIT DES TRUMPIENS Y EST. LES FAITS SONT TOUT AUTRES.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Liban invité à Astana : une reconnaissance de la priorité du dossier des réfugiés syriens

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants