X

À La Une

"Pas de répit avant la libération de tout le territoire", promet le général Aoun

Liban

Le commandant en chef de l'armée libanaise critique "les promesses non tenues" à l'égard de la troupe, alors que le gouvernement cherche à réduire les dépenses allouées à l'institution.

OLJ
24/05/2019

Le commandant en chef de l'armée libanaise, le général Joseph Aoun, a promis vendredi qu'il n'y aurait pas de répit avant la libération de tout le territoire libanais de l'occupation israélienne, dans une allocution à la veille du 19e anniversaire de la libération du Liban-Sud, après le retrait israélien en mai 2000.

"Le 25 mai 2000, fête de la libération et de la résistance, est un jour radieux dans l'histoire du Liban", a affirmé le général Aoun, dans son ordre du jour à la troupe à Yarzé. "Ce jour a consacré l'aboutissement d'années de lutte et de résistance de la part des Libanais contre l'ennemi israélien, des sacrifices qui ont abouti à la libération de la majeure partie de notre terre (...) et la libération se poursuivra dans les fermes de Chebaa et les hauteurs de Kfarchouba ainsi que la partie nord du village de Ghajar", a ajouté le chef de l'armée. "Aujourd'hui, je vous promets et je promets aux Libanais qu'il n'y aura pas de répit avant la libération de tout notre territoire de l'occupation israélienne et nous n'épargnerons pas de sang ou de sueur pour réaliser cet objectif", a souligné le général Aoun en s'adressant aux soldats.

L'armée israélienne s'était retirée le 24 mai 2000 de la partie du Liban sud qu'elle occupait encore, mais le Liban estime qu'elle doit encore se retirer des fermes de Chebaa, situées sur les pentes occidentales du mont Hermon, occupés par Israël en juin 1967, ainsi que des hauteurs de Kfarchouba et de la partie nord du village de Ghajar pour que la libération soit complète.

Pour sa part, le chef de l'Etat, Michel Aoun, a affirmé que la commémoration du 25 mai "est une preuve vivante que la volonté des peuples l'emporte toujours sur les difficultés, l'injustice et l'occupation (...)".

"L'exploit de la libération n'aurait pas eu lieu sans l'esprit patriotique dont ont fait preuve les Libanais et le martyre qui a été érigé en arme face à l'oppression", a estimé le président de la République. "La résistance est un droit naturel à tout peuple dont le territoire, les eaux et les airs sont violés, et le Liban a offert au monde un exemple de la résistance populaire et de son efficacité face à la puissance militaire de l'ennemi", a ajouté le chef de l'Etat.

Michel Aoun est allié au Hezbollah, seule formation libanaise qui continue de détenir des armes après la fin de la guerre civile en 1990 et qui a confronté militairement Israël à plusieurs reprises, la dernière guerre remontant à juillet 2006. Toutefois, l'arsenal du parti chiite divise la classe politique et la population, entre ceux qui soutiennent qu'il conserve ses armes hors du cadre étatique, et ceux qui y sont opposés.

"Le Liban est attaché à l'application des décisions internationales qui garantissent sa paix et sa souveraineté, notamment la résolution 1701 (du Conseil de sécurité qui mit fin à la guerre de juillet 2006 avec Israël)", a réaffirmé le président Aoun. Il a toutefois accusé Israël de "continuer à violer cette résolution", appelant la communauté internationale à "demander à Israël de respecter cette résolution".

Le directeur de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim, a de son côté mis en garde les agents de la SG contre Israël qui "continue de constituer une grande menace pour notre pays en raison de ses ambitions concernant nos frontières terrestres et maritimes et nos ressources".

"Cela nous intime de rester éveillés et d’œuvrer perpétuellement afin de faire front à Israël et mettre en échec ses plans qui visent à déstabiliser notre stabilité comme il l'a fait durant les années précédentes lorsque nous avons réussi à démanteler des dizaines de cellules d'espionnages à sa solde", a-t-il ajouté.



(Lire aussi : Les militaires à la retraite annoncent la poursuite de l'escalade de leur mouvement de contestation)



"La fidélité est devenue rare"

Le général Aoun a en outre abordé de manière indirecte la question des réductions des dépenses allouées à l'armée dans le cadre de la politique d'austérité budgétaire qu'entend mener le gouvernement du Premier ministre Saad Hariri.

"Dans ces temps où la fidélité est devenue rare et où le sacrifice pour la patrie se transforme en patrie sacrifiée, vous êtes restés fidèles au serment malgré les promesses non tenues à l'égard de l'armée", a regretté le général Aoun en parlant aux militaires. "(...) Les âmes des soldats martyrs ne peuvent être quantifiées avec des sommes d'argent, de même que la dignité des militaires et leurs familles", a conclu le général Aoun.

La question du maintien ou non de la mesure numéro 3 pour les forces armées libanaises fait débat en Conseil des ministres. La loi libanaise prévoit trois niveaux d’alerte, dits "mesures", allant de la plus faible (n° 1) à la plus élevée (n° 3) avec des compensations financières assorties à chaque échelon. Depuis 2006, le Liban est au troisième de ces échelons. L’enjeu est de savoir si ces niveaux d’alerte doivent être tous maintenus en l’état, et s’appliquer de manière uniforme à l’armée – qui dépend du ministère de la Défense – et aux forces de sécurité – qui sont placées sous la tutelle du ministère de l’Intérieur.


(Pour mémoire : « Nous arrivons à peine à boucler le mois », lancent, devant la BDL, les militaires à la retraite)


Par ailleurs, les militaires à la retraite manifestent depuis des semaines pour mettre en garde contre une atteinte à leurs retraites et indemnités dans le cadre du budget étudié. Ils ont annoncé jeudi pour leur part une poursuite de l'escalade de leur contestation face aux responsables "inflexibles".

L'avant-projet de budget d'austérité étudié par le gouvernement depuis deux semaines prévoit notamment une ponction mensuelle de 3 % sur les pensions de retraite des anciens militaires, qui servira à financer leur couverture maladie, et le plafonnement du total des indemnités perçues par les militaires (ainsi que par les autres fonctionnaires) au cours d’une année à l’équivalent de 75 % de leur salaire principal pour la même année.


Lire aussi

Le jour où Damas a « reconnu » la libanité des hameaux de Chebaa

Le tracé des frontières entre le Liban et la Syrie pour arrêter la contrebande et le passage des armes

Entre le PSP et le Hezbollah, c’est à nouveau la paix froide

Bassil continue de défendre l’option d’une baisse plus drastique du déficit

Le bras de fer entre Bassil et Khalil appelé à se dénouer

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Honneur et Patrie

Les fermes de Chebaa sont le sujet principal de tous nos discours politiques. Les fermes de Chebaa est un territoire syrien de 20 km2 (10km de long sur 2km de large) considéré par Israél comme faisant partie du Golan syrien occupé puisqu'un drapeau syrien flottait sur le petit poste de gendarmerie lorsque Israél l'avait envahi en 1973.
Croyez-vous que la Syrie va faire une guerre de 100 ans pour récupérer les 1210 km2 du Golan y compris les 20km2 des fermes de Chebaa annexés par Israél en 1981 ?
Est-ce au Liban de libérer un territoire qui ne lui appartient pas ? Pour l'exemple : La France doit-elle faire la guerre à la Russie pour rendre la Crimée à l'Ukraine ?

Gebran Eid

LES DEUX AOUN ET LA RÉSISTANCE VONT LIBÉRER LE LIBAN. LE GÉNÉRAL NOUS PROMET. ISRAEL TREMBLE. C'EST RASSURANT. JE ME SOUVIENT LA FOIS OÙ MICHEL SLEIMAN A DEMANDÉ À HOLAND DES ARMES POUR LA TROUPE POUR CONTRER ISRAEL. ET C'EST L'ARABIE SAOUDITE QUI DEVAIT PAYER TROIS MILLIARD POUR CETTE LIVRAISON. ON ATTEND TOUJOURS. AVEC QUELLES ARMES LE GÉNÉRAL AOUN VA METTRE ISRAEL À GENOUX ? IL FAUT PAS SE MOQUER DE NOUS À CE POINT. TROP DE MERCENAIRES DANS CE PAYS POUR ESPÉRER QUOI QUE SE SOIT.

Houri Ziad

Commencez mon general par liberer le sud..la bekaa..la dahieh...avant de vous attaquer a Israel...

Yves Prevost

Le 25 mai 2000, la majeure partie du pays était encore sus occupation étrangère. En célébrant ce jour, le général Aoun semble l'oublier.

Irene Said

Pour quand la libération des camps palestiniens, repaires des criminels et autres proscrits de la société en fuite, et où l'Etat libanais ne peut pas rentrer, selon des accords datant d'il y a des années et qu'il n'a pas le courage d'abolir ?

Pour quand la libération du Liban des milliers de "réfugiés syriens" que le Héros de Damas ne veut pas reprendre ?

Pour quand la libération du Liban d'une milice armée et financée par l'Iran pour ses propres intérêts qui ne concernent en rien le Liban ?

Que représentent ces centaines de Km2 occupés par ces trois envahisseurs en comparaison des quelques Km2 des fermes de Chebaa, de Kfarchouba et de Ghajar ?

Irène Saïd


Bery tus

Mon général Pq vous montez sur vos chevaux votre ministre même de la défense affirmait devant un par terre de généraux que l’armée a elle seule n est pa capable et que se sont les armes du Hezbollah qui ont et qui vont permettre avec votre aide et non le contraire de libérer les territoires occupés !!

On comprend plus rien

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET L,AUTRE OCCUPATION PAR PROCURATION... A QUAND LA LIBERATION ?

Bustros Mitri

Il faudrait déjà que la Syrie nous remette , si jamais, les titres de proprietés des fermes de Chebaa. Ceci économisera quelques balles, quelques vies, et quelques destructons!

Remy Martin

Très bien dit, mon Général. Qu'est-ce qu'on attend depuis 19 ans ... ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

D’un automne à l’autre

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants