X

Liban

Tollé après l’insulte du président de la CGTL à la mémoire de Sfeir

Polémique

Des poursuites seront intentées contre Béchara Asmar, appelé à "démissionner au plus vite".

OLJ
18/05/2019

Une insulte du président de la Confédération générale des travailleurs du Liban (CGTL), Béchara Asmar, à la mémoire du patriarche Nasrallah Sfeir, enregistrée lors de sa conférence de presse vendredi, a provoqué un tollé dans les milieux politiques chrétiens.

« Ils en ont fait un saint », s’est moqué le président de la CGTL, provoquant des éclats de rire à gorges déployées des autres intervenants assis auprès de lui, avant de proférer de mauvaises plaisanteries insultantes sur la propension du patriarche défunt « à effectuer des miracles » désormais. L’Orient-Le Jour refuse de reprendre ces propos infâmants dans son édition.

Ce que Béchara Asmar ne savait pas, c’est que ses propos avant la conférence de presse ont été filmés et diffusés sur certains sites web. L’un des intervenants lui fait d’ailleurs remarquer sur le coup que le micro devant lequel il s’exprime est peut-être branché et qu’il pourrait même être filmé… après quoi le président de la CGTL prend conscience de la situation et reprend contenance. Mais trop tard.

M. Asmar, qui a d’abord essayé de démentir l’information dans un communiqué avant de se raviser, (l’enregistrement vidéo de l’insulte étant devenu viral), et de présenter ses excuses, s’est immédiatement attiré les foudres de plusieurs personnalités et formations politiques. « Ce que j’ai dit était un dérapage et j’ai le courage de présenter mes excuses, que je mets entre les mains du patriarche maronite, Mgr Béchara Raï », a-t-il dit, après avoir souligné qu’ « il respectait la mémoire du défunt patriarche Sfeir, le patriarche Raï et tous les dignitaires religieux ».

Mais l’ensemble des personnalités qui ont réagi ont estimé que ces excuses restent insuffisantes face à ce qui a été dit.


(Lire aussi : Macron à Aoun : L’esprit et l’héritage de Sfeir continueront d’inspirer le Liban)



Le député Simon Abiramia (Courant patriotique libre) a ainsi appelé à « la démission immédiate » de M. Asmar, estimant que ses propos « sont dégoûtants et représentent une chute au niveau des valeurs morales par lesquelles notre société se caractérise ».

Le député Chawki Daccache (Forces libanaises) a évoqué « des atteintes inacceptables au patriarche Sfeir, l’icône de l’Eglise » et « au respect dû aux morts ». Il a à son tour appelé le président de la CGTL à démissionner immédiatement. « Un responsable ne peut pas tomber plus bas et nul ne saurait lui faire confiance pour représenter de larges fractions des Libanais », a-t-il dit, appelant « la justice à prendre les mesures nécessaires à son encontre ».

Le député Farid Haykal el-Khazen a qualifié M. Asmar de « personne impolie et immorale ». « Quant à ceux qui sont autour de lui, ils sont pire que lui. J’appelle la justice pénale à les poursuivre pour cette atteinte contre le patriarche Sfeir », a-t-il indiqué.

La Ligue maronite a condamné elle aussi les propos de Béchara Asmar qui « portent atteinte à tous les Libanais en prenant pour cible un symbole national et spirituel qu’ils ont tous respecté et aimé ». « Les avocats de la Ligue étudient la possibilité de poursuivre M. Asmar en justice devant les autorités judiciaires compétentes », a indiqué la formation dans un communiqué, qualifiant l’incartade du responsable syndical de « péché impardonnable ».

La Fondation maronite dans le monde a saisi le Parquet, appelant à « l’arrestation immédiate du président de la CGTL pour qu’il soit incarcéré et jugé pour une série de crimes, dont la diffamation et l’atteinte aux Libanais à travers une attaque contre leur icône sacrée ». La Fondation a précisé qu’elle se portera partie civile contre l’agresseur, appelant les autorités judiciaires et le ministère de la Justice à intervenir immédiatement pour mettre fin à cette affaire au plus vite. Elle a enfin appelé la CGTL à se démarquer de M. Asmar et à le démettre de ses fonctions « pour qu’il aille de la prison à la poubelle de l’histoire ».

Le Mouvement de la Terre, lui, a appelé à l’excommunication de M. Asmar.


(Lire aussi : « Le mufti Khaled travaillait avec le patriarche Sfeir et l’imam Chamseddine », assure Siniora)



Le courant du Futur a condamné dans un communiqué les propos du président de la CGTL, qui a tenu « des propos infâmants pour tous les Libanais, des propos qui ne peuvent être ni tolérés, ni justifiés comme un dérapage ». « Nous lui renvoyons ses propos à lui et à ceux qui ont ri avec lui. Cela est indigne de l’histoire de la CGTL », a indiqué le courant du Futur dans un communiqué.

Le ministre de la Justice, Albert Serhane, a condamné l’atteinte à la mémoire du patriarche Sfeir, « d’autant plus qu’il n’est plus de ce monde », précisant que le procureur général près la Cour de cassation s’était saisi de l’affaire.

La ministre d’Etat au Développement administratif, May Chidiac, a estimé que les propos de M. Asmar « sont impardonnables » et que sa présence à un poste public « constitue une atteinte à la communauté maronite ». « Certains dérapage verbaux sont plus graves que des péchés et ne sauraient rester impunis », a-t-elle ajouté.

Ont également vivement stigmatisé les propos injurieux de Béchara Asmar, les députés Mario Aoun (CPL), qui a réclamé « la destitution immédiate de M. Asmar », Anis Nassar (FL), Imad Wakim (FL), Georges Okeiss (FL), le ministre FL Richard Kouyoumjian, l’ancien député FL Fady Karam. Le département des affaires syndicales des FL a pour sa part demandé à Asmar de présenter ses excuses et de démissionner, de même qu’il a demandé la démission des autres membres du directoire de la CGTL qui étaient assis aux côtés de Béchara Asmar, en l’occurence Akram Arabi, Hassan Faqih, Antoun Antoun, Boutros Saadé et Ali Moussaoui, et qui ont ri à la suite des propos du chef de la CGTL.


Lire aussi

Hariri : Sfeir était le gardien de la souveraineté et du vivre-ensemble

« C’est Mgr Sfeir qui nous a donné courage, qui bravait le joug de l’occupant, qui est devenu notre seul recours... »

Sfeir-Chamseddine, une même vision libaniste du pays...

Un dernier adieu solennel et majestueux au père de la seconde indépendance

« Je serais venu à pied de Zahlé pour faire mes adieux à Mgr Sfeir »

Casseur de silence(s), l'édito de Issa GORAIEB

Le Grand Liban(ais), l'édito de Ziyad Makhoul

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

salamé riad

Bonjour Beyrouth

"Tollé ...je reprends le titre".
Je ne connais pas ce Monsieur Asmar et tant mieux ayant tenu des propos relevant de la bêtise humaine infinie (A.Einstein )
De la à en faire une affaire d'Etat ,cela devient ubuesque !
"Police criminelle ,justice qui s'en mêle .."
Je ne puis m’empêcher de penser que tout cela cache le "besoin de ne pas heurter une communauté"mettant en porte à faux ce qui me semble le plus important..la liberté d'expression avec ses limites .l'essence même de la démocratie
N'existe t'il pas d'autres juridictions pour faire payer a ce monsieur des propos injurieux?
Que L'OLJ ne reprenne pas ces propos débiles me semble judicieux mais Il y a d'autres priorités
RIP à Monseigneur Sfeir
Pour Un Liban démocratique et Laïque ..pour se tourner vers l'avenir
Bon dimanche.

de Tinguy Corinne

Que voulez-vous ? M. Béchara Asmar est bien le patron de la CGTL, donc communiste. Il préfère croire aux "miracles" du communisme et de Staline, qui était tout sauf un saint !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

HASSAD AW DI2ET 3EYN ? DE L,HEBETUDE PLUTOT !

Honneur et Patrie

"Va-t-en, chétif insecte, excrément de la terre".
Jean de la Fontaine "Le lion et le moucheron".

de Tinguy Corinne

Le Cardinal Sfeir est un saint homme qui a joué un rôle historique éminent au Liban, contrairement à M. Béchara Asmar. Cela dit, les réactions face à ses propos sont exagérées: en effet, d'une part, M. Béchara a le droit de ne pas croire aux miracles et même d'en rire, tant qu'il n'agresse personne. Accepter l'opinion de l'autre, même si cela n'est pas notre propre opinion, c'est de la tolérance, c'est le point fort de la démocratie.
Et d'autre part, le pardon est une valeur chrétienne et vouloir licencier et porter plainte contre cet homme pour une opinion que l'on ne partage pas est excessif !

La Parole

Si le Cardinal Sfeir était présent sur terre il aurait dit "c'est qui Mr. Asmar?" et la polémique serait tombé aussi vite que le moment d'égarement de ce Monsieur.

Le pardon n'est pas une rhétorique de façade dans les prières mais un fondement de l'église. Pardonnez-lui son offense.....au lieu de bouleverser sa vie et celle de sa famille.

Les insultes n'atteignent pas les grands !

Irene Said

C'est vraiment désolant et mauvais pour la réputation de notre société libanaise, ces querelles incessantes provoquées par des paroles lancées en public sans retenue ni maîtrise de soi...
surtout venant de responsables !

Au lieu de distiller de l'apaisement et de l'espoir, en cette période si difficile que vit le peuple libanais...de par la faute de ses dirigeants incapables !

Ne devraient-ils pas plutôt pouvoir...ou vouloir, employer leur temps pour résoudre les vrais problèmes si urgents qui gâchent notre vie quotidienne ?

Irène Saïd



Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants