X

À La Une

Trump souhaite le déploiement d'une "Force arabe" en Syrie, selon le WSJ

Dans la presse

L'administration américaine aurait demandé à l'Arabie saoudite, au Qatar et aux Emirats de contribuer à l'initiative, d'après le quotidien. 

OLJ
17/04/2018

L'administration américaine du président Donald Trump souhaite déployer une "force arabe" en Syrie, financée par l'Arabie saoudite, les Emirats et le Qatar, qui remplacerait les troupes américaines et aurait notamment pour mission de stabiliser le nord-est du pays, après la défaite de l'organisation Etat islamique, a affirmé lundi le Wall Street Journal.

La volonté de créer une telle force arabe, confirmée par des responsables américains, a été annoncée par l'influent quotidien quelques jours après les raids, menés dans la nuit de vendredi à samedi dernier, par les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni contre le régime de Bachar el-Assad, en riposte à l'attaque chimique du 7 avril à Douma imputée à Damas.

Selon le WSJ, le nouveau conseiller à la sécurité nationale du président Trump, John Bolton, aurait contacté le chef des services de renseignement égyptiens Abbas Kamal afin de convaincre les autorités égyptiennes de participer à cette initiative.


(Lire aussi : Quels sont les plans d’action de Damas et des Occidentaux après les frappes ?)


Contributions arabes

Outre l'Egypte, l'Arabie saoudite, les Emirats et le Qatar auraient été sollicités par l'administration américaine, notamment afin de financer "la stabilisation" de la Syrie. "L'Arabie, le Qatar et les Emirats ont tous été approchés concernant une éventuelle contribution, financière ou autre", à cette force, souligne un responsable américain au WSJ. Par ailleurs, Donald Trump aurait demandé à Riyad de "contribuer à hauteur de 4 milliards de dollars à la reconstruction de la Syrie", selon un responsable. 

Mardi, l'Arabie saoudite a réaffirmé mardi sa disposition à envoyer des troupes en Syrie, "avec d'autres pays", afin d'y stabiliser la situation.   "Nous sommes en discussion avec les Etats-Unis et l'avons été depuis le début de la crise syrienne" en 2011, a dit le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Jubeir lors d'une conférence de presse conjointe avec le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres à Riyad. "Nous avions fait une proposition à l'administration Obama (qui stipulait) que si les Etats-Unis envoyaient des forces (...), alors l'Arabie saoudite envisagerait, avec d'autres pays, d'envoyer des forces dans le cadre de ce contingent", a-t-il dit.  

Le déploiement d'une force conjointe en Syrie permettrait aux Etats-Unis de se retirer de Syrie, une décision sur laquelle le président Trump avait entretenu l'ambigüité début avril, avec des déclarations contradictoires.  "Nous avons largement réussi face à l'EI et il est temps de rentrer à la maison", avait déclaré M. Trump, avant de renoncer à fixer un calendrier de retrait.


(Lire aussi : Macron : "Nous sommes intervenus en Syrie pour l'honneur de la communauté internationale")


Blackwater intéressé
Selon le WSJ, ce plan de remplacer les forces américaines en Syrie par une "Force arabe" a été particulièrement bien accueilli par le fondateur de la société militaire privée Blackwater, Erik Prince, une entreprise qui a entre autres contribué à l'établissement de forces de sécurité privées en Somalie et aux Emirats. M. Prince aurait confié au WSJ qu'il a été contacté à ce sujet par des responsables de pays arabes, à qui il aurait répondu qu'il "attend de voir ce que M. Trump va faire". 

Cette force arabe viendrait contrebalancer la présence, sur le territoire syrien, de la société militaire privée russe, appelée le "Groupe Wagner", qui combat aux côtés des forces officielles russes et du régime syrien. 


Lire aussi 
Assad sort-il vraiment affaibli de la « punition » occidentale ?    

La logique de Munich, l'édito de Michel TOUMA

Les frappes occidentales et leur impact mitigé, le décryptage de Scarlett HADDAD

Macron se lance dans une mission diplomatique quasi impossible

Israël à l'origine de la frappe du 9 avril en Syrie, qui visait des Iraniens, révèle le NYT

Quels sont les plans d’action de Damas et des Occidentaux après les frappes ?

Ankara et Washington répondent aux déclarations de Macron sur la Syrie

"S'il y avait des armes chimiques, nous ne serions pas ici"

Après les frappes en Syrie, la France veut relancer la diplomatie à l'ONU

May face à une forte opposition politique aux frappes en Syrie

Frappes en Syrie : les Occidentaux ont privilégié l’option la plus modérée 

Aoun : Ce qui s'est passé en Syrie n'aide pas à trouver une solution politique

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

yalla mettez les tous dans le meme bain ... c'est parfait n'oublions pas les israéliens qu'ils se cassent la gueule en syrie et on en parle plus une bonne foi

Sarkis Serge Tateossian

Moi je pense que ce type soit est un génie ... Soit un clown, amuse galerie... J'aime trop l'Amérique pour parler ainsi de son président mais là il s'agit d'une tentative de mettre le feu ? ? ? au proche et moyen orient... Et moi je ne tiens pas à une telle abjection.

Mais après tout on peut le considérer un génie!... Wy not ? Et lui renvoyer la pièce de sa monnaie et lui proposer ainsi qu'à WSJ l'envoie des troupes iraniennes, russes et d'autres bonnes volontés démocratiques (aussi démocratiques que l'Arabie, le Qatar etc...) en Palestine, au Yemen...et d'autres lieux chaud en orient!


Ahhhh decidemment, plus Trump est mis à mal en Amerique, plus il amusera la galerie sur le plan international.

Sorry Donald, mais ton idée était trop genialo-comique pour qu'elle passe inaperçue.

AIGLEPERçANT

Poutine a sûrement du lui foutre la petoche.

Il prend ses jambes à son coup le poltron.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Liban invité à Astana : une reconnaissance de la priorité du dossier des réfugiés syriens

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants