X

À La Une

Ankara et Washington répondent aux déclarations de Macron sur la Syrie

Conflit

Les deux pays affirment que leurs positionnements respectifs sur la crise syrienne n'avaient pas évolué, contrairement à ce que disait le président français.

OLJ/AFP
16/04/2018

Etats-Unis et Turquie ont contredit lundi des déclarations d'Emmanuel Macron sur la crise syrienne, affirmant que leurs positionnements respectifs n'avaient pas évolué, contrairement à ce que disait le président français.

Etats-Unis 
Développant la position française après les frappes américaines, françaises et britanniques de samedi, Emmanuel Macron a déclaré dimanche avoir "convaincu" Donald Trump de ne pas se retirer de Syrie comme il menaçait de le faire. "Il y a dix jours, le président Trump disait +les États-Unis d'Amérique ont vocation à se désengager de la Syrie+", or "nous l'avons convaincu qu'il fallait rester dans la durée", a-t-il déclaré.

Mais la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders, a écarté tout changement de ligne politique américaine, contraignant M. Macron à revenir sur le sujet lundi matin. "La mission américaine n'a pas changé. Le président a dit clairement qu'il veut que les forces américaines rentrent dès que possible", a-t-elle déclaré.


(Lire aussi : Quels sont les plans d’action de Damas et des Occidentaux après les frappes ?)


Le président français a expliqué lundi ce qu'il avait voulu dire, assurant que Paris et Washington étaient en phase. "Nous avons un objectif militaire et un seul : la guerre contre Isis" (acronyme anglais du groupe Etat islamique, ou Daech), a-t-il déclaré. "La Maison Blanche a raison de rappeler que l'engagement militaire est contre Daech et se terminera le jour où la guerre contre Daech sera parachevée. La France a la même position", a-t-il dit.

En revanche, il a estimé que la décision américaine de frapper Damas signifie que les Etats-Unis acceptent la responsabilité d'accompagner la Syrie vers une solution politique, au-delà de la victoire contre Daech. "J'ai raison de dire que les Etats-Unis, parce qu'ils ont décidé avec nous cette intervention, ont pleinement réalisé que notre responsabilité allait au-delà de la lutte contre Daech et que c'était une responsabilité aussi humanitaire sur le terrain et une responsabilité dans la durée pour construire la paix", a-t-il dit.


(Lire aussi : La fessée est un plaisir qui se partage à deux, l'édito de Ziyad Makhoul)


Turquie 
Concernant la Turquie, le président français avait estimé que les commentaires plutôt positifs d'Ankara après les frappes signifiaient que ce pays n'était plus aligné sur ce dossier avec la Russie, beaucoup plus critique de l'action militaire occidentale. "Par ces frappes et cette intervention, nous avons séparé sur ce sujet les Russes des Turcs (...) les Turcs ont condamné les frappes chimiques et ont soutenu l'opération", a déclaré M. Macron.

"Nous pouvons penser différemment (entre Ankara et Moscou, ndlr) mais nos relations avec la Russie ne sont pas faibles à tel point que le président français puisse les rompre", a répondu le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu, ajoutant s'attendre de la part de M. Macron à "des déclarations dignes d'un chef d'Etat".

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a lui aussi assuré que les frappes "n'ont pas divisé" Moscou et Ankara ."Ce n'est pas un secret que les positions d'Ankara et de Moscou divergent sur tout un nombre de questions", a-t-il déclaré lundi. "Néanmoins, cela ne nous empêche pas d'échanger, de continuer les discussions sur ces divergences".


Lire aussi
Les enquêteurs de l'OIAC n'ont toujours pas eu accès à Douma

Frappes en Syrie : un coup d’épée dans l’eau ?

Frappes occidentales en Syrie : le conflit généralisé évité

Les évacués de Douma sans illusion après les frappes occidentales en Syrie

"S'il y avait des armes chimiques, nous ne serions pas ici"

Après les frappes en Syrie, la France veut relancer la diplomatie à l'ONU

May face à une forte opposition politique aux frappes en Syrie

Frappes en Syrie : les Occidentaux ont privilégié l’option la plus modérée 

Aoun : Ce qui s'est passé en Syrie n'aide pas à trouver une solution politique

Frappes occidentales en Syrie : les principales réactions

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

En lisant l'Erdogan et d'autres ministres sous-fifres turcs .... On constate que ni plus, et ni moins leurs propos ne sont que des insultes (une fois de plus) envers le président français (idem quand il s'agit des dirigeants européens de manière générale)je

Mais qu'est ce qu'ils ont les Européens pour supporter de tels fêlés...sans leur donner une bonne leçon à la hauteur de leur insolence.

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

L’arnaque à la libanaise

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!