X

À La Une

Les huit corps sont ceux des militaires libanais capturés par l'EI en 2014, assure Abbas Ibrahim

sécurité

L'évacuation du groupe jihadiste de la frontière libano-syrienne est terminée.

OLJ/Agences
29/08/2017

Le directeur de la Sûreté générale libanaise, Abbas Ibrahim, a assuré mardi que les huit corps déterrés dimanche dans le jurd (les hauteurs) de Ras Baalbeck appartiennent bien aux militaires qui avaient été enlevés à Ersal (Békaa) en août 2014 par les jihadistes du groupe Etat islamique. Des prélèvements ADN ont été effectués sur les proches des militaires, mais les résultats ne sont attendus que d'ici deux à trois semaines.

"Je peux confirmer que les huit corps qui subissent des tests ADN appartiennent aux otages militaires, et les résultats seront annoncés une fois disponibles", a déclaré le général Ibrahim, lors d'une conférence de presse.

Dimanche, après trois ans d'attente insoutenable, les familles ont reçu la nouvelle qu'ils espéraient ne jamais entendre : huit des neuf dépouilles mortelles (à part celle du soldat Abbas Medlej, décapité par ses ravisseurs le 6 septembre 2014) ont été retrouvées grâce à des informations collectées après la reddition de membres de l'EI. Les recherches pour retrouver la dépouille du soldat Medlej se poursuivaient mardi. Selon des informations rapportées par la chaîne LBC, une dépouille aurait été repérée dans un endroit désigné par l'EI comme celui où le soldat Medlej avait été enterré. La chaîne ajoute que des tests ADN seront effectués. L'armée a confirmé qu'une dépouille a été retrouvée dans la région de Rahwé, dans le jurd de Ersal, sans dire s'il s'agissait de celle du soldat.

Les huit militaires dont le sort était inconnu depuis 2015 auraient vraisemblablement été tués en février de la même année. Un neuvième aurait rejoint les rangs des jihadistes peu après son rapt, selon plusieurs médias. Son sort reste inconnu, mais certaines sources affirment qu'il a été tué au combat en Syrie.

Alors qu'elle s'apprêtait à lancer l'ultime phase de sa bataille contre les jihadistes de l'EI retranchés dans les jurds de Qaa et Ras Baalbeck, l'armée libanaise avait annoncé dimanche matin un cessez-le-feu pour laisser place aux négociations sur le sort des otages militaires. Cet accord a été scellé par le Hezbollah, qui combat l'EI avec l'armée syrienne à partir de la Syrie.

 

(Lire aussi : Quand l'État s'efface devant le Hezbollah)

 

Fin de l'évacuation des jihadistes de l'EI
Sur le terrain, un convoi transportant des jihadistes de l'EI et leurs familles, évacués de la zone frontalière libano-syrienne, est arrivé mardi en début d'après-midi dans l'est de la Syrie, rapporte un organe de propagande du Hezbollah cité par l'agence Reuters.

Le convoi d'autocars et d'ambulances avait quitté lundi le Qalamoun syrien dans le cadre de l'accord de cessez-le-feu qui autorise les jihadistes à rejoindre les territoires encore contrôlés par l'EI en Syrie.

L'accord conclu dimanche a mis fin à une semaine d'offensive menée depuis le 19 août par l'armée libanaise d'une part et par l'armée syrienne et ses alliés du Hezbollah d'autre part en vue de reprendre la dernière enclave aux mains de l'EI le long de la frontière entre les deux pays.

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a déclaré lundi que quelque 300 combattants et autant de civils avaient été transportés par convoi vers la province orientale de Deïr ez-Zor.

L'armée libanaise s'est en outre déployée au niveau du passage de Martbaya et des hauteurs de Halimé, à la frontière syrienne, alors que l'armée syrienne et les combattants du parti chiite se sont déployés de l'autre côté de la frontière. Les militaires libanais ont hissé le drapeau national à la frontière syrienne.

 

 

 

La zone du Qalamoun occidental est truffée de mines qu'il pourrait être difficile de retirer en l'absence d'une carte précisant leur localisation, a indiqué une source proche des services de sécurité. Les opérations de déminage vont débuter immédiatement, dans le but de permettre aux habitants de regagner au plus vite leurs foyers, a ajouté cette source.

 

 "Atermoiements"
Réagissant à ces développements, Hussein Youssef, porte-parole des familles des militaires otages, a dénoncé mardi des atermoiements, en référence à l'accord conclu avec les jihadistes.

"Les familles ont été meurtries par les développements qui ont permis l'évacuation des terroristes", a affirmé M. Youssef dans des déclarations à une radio locale. "Nous ne comprenons pas comment les choses se sont déroulées, mais il est évident qu'il y a des atermoiements", a déploré le père du militaire Mohammad Youssef. "Nous allons réclamer une enquête afin de juger toute personne qui a commis des erreurs", a-t-il ajouté.

Même son de cloche de la part du chef des Forces libanaises, Samir Geagea, qui critique aussi l'accord. "Le Hezbollah aurait pu conclure l'accord après que l'armée aura chassé de manière totale les jihadistes de Daech (acronyme arabe de l'EI)", a déploré le leader chrétien, dans un entretien à l'agence Akhbar al-Yom publié mardi. Le chef des FL s'est ainsi interrogé sur "les secrets de l'accord passé entre le Hezbollah et l'EI".

 

Reportage

Martbaya est tombée, il reste à nettoyer la zone »

 

Lire aussi

Nasrallah célèbre la « seconde libération » du Liban, « que le gouvernement la reconnaisse ou pas »...

Les parents des militaires assassinés exigent une commission d'enquête « pour (commencer à) guérir la plaie »...

Pour Aoun, après la bataille du jurd, une page «lumineuse» est en train de s'écrire, le décryptage de Scarlett Haddad

Des bilans et des trous, l'édito de Issa Goraieb

Gemayel à Ras Baalbeck : « L'heure des comptes viendra »

Abbas Ibrahim : Nous sommes un pays qui ne commet ni meurtres ni actes de représailles

Sleiman fustige « l'accord entre le Hezbollah et le régime syrien »

Ils ont dit.... à propos des militaires otages

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PLEURONS-LES TOUS ENSEMBLE EUX ET CEUX DU HEZBOLLAH TOUT AUSSI MARTYRS POUR LA PATRIE... TOUT EN LAISSANT A COTE LES SURENCHERES ET LES MENACES CAMOUFLEES OU FRANCHEMENT PROFEREES CONTRE LES AUTRES CITOYENS... 3AYB !

Antoine Sabbagha

Crier ou pleurer ! Ne pouvait –on pas venger nos héros ? Paix à leurs âmes .

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Des griefs anciens et nouveaux difficiles à dépasser

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants