X

Liban

Raad crée la surprise et présente au nom du Hezbollah ses excuses

Parlement

Applaudie par de nombreux responsables, la réaction du représentant du parti chiite était principalement destinée à rectifier le tir en faveur du chef de l’État.

16/02/2019

Le Hezbollah a volé hier la vedette à la Chambre lors de la troisième journée de débats au Parlement, à l’issue desquels devait être votée, tard en soirée, la confiance au nouveau gouvernement.

En présentant ses excuses au nom de son bloc après les propos polémiques de son collègue Nawaf Moussaoui, qui avait déclaré mercredi que l’ancien président Bachir Gemayel avait été élu « grâce aux chars israéliens », suscitant l’ire des Kataëb et des Forces libanaises, Mohammad Raad a créé un choc positif parmi ses pairs et à l’extérieur du Parlement.

Qualifiant l’intervention inopinée de M. Moussaoui de « réaction impulsive », et soulignant qu’il avait dépassé « les limites » et « les règles de bienséance » généralement suivies par les représentants du parti, M. Raad a demandé qu’elle soit retirée du procès-verbal.

« Lors de la séance d’avant-hier, un violent échange indésirable a eu lieu entre certains députés au cours duquel des propos inacceptables et impulsifs ont été prononcés par l’un des membres de notre bloc. Nous vous présentons nos excuses et je demande au nom du bloc que ces déclarations soient retirées du procès-verbal », a-t-il dit, suscitant une cascade d’applaudissements dans l’hémicycle.

Cette réaction inédite de la part du représentant du parti chiite n’avait toutefois rien de spontané, ayant été orchestrée en amont des débats entre d’une part le Hezbollah et le CPL, et d’autre part entre ce dernier et les FL et les Kataëb. Une réunion, initialement prévue entre les trois formations chrétiennes exclusivement pour décider d’une position commune à adopter à l’égard des propos de M. Moussaoui sur Bachir Gemayel, a été l’occasion pour le CPL d’initier une médiation pour parvenir à une issue.

Selon un responsable du camp aouniste, c’est Alain Aoun qui a effectué l’intercession entre les députés du Hezbollah et ceux des deux autres partis chrétiens pour juguler la crise. L’affaire a finalement été réglée par le mot d’excuse rédigé avant la séance et dont sont convenues les différentes parties.


(Lire aussi : « Si Bachir Gemayel était encore en vie, nous n’aurions pas vu tout ce beau monde »)

La décision du Hezbollah de remédier à la « bévue » commise par l’un des leurs était vraisemblablement prise d’avance, et « rapidement », selon une source proche de ses milieux. Preuve en est, l’absence remarquée aux débats d’hier de Nawaf Moussaoui, à qui le parti voulait de toute évidence éviter une humiliation. Cette décision a probablement été prise après que le Hezbollah a constaté que les propos de M. Moussaoui ont suscité une levée de boucliers quasi unanime chez les chrétiens, rapprochant le CPL des FL et des Kataëb.

Les regrets formulés par M. Raad ont aussitôt provoqué des réactions de soulagement au sein de la communauté chrétienne que les accusations formulées contre l’un de ses symboles, un ancien chef de l’État de surcroît, ont sérieusement contrariée, la tension s’étant même manifestée dans la rue et sur les réseaux sociaux qui se sont enflammés ces derniers jours.

Premier à réagir aux propos de M. Raad, Nadim Gemayel, qui avait été jusqu’à menacer de « prendre les armes » lors d’un rassemblement, vendredi soir, de partisans des Forces libanaises et Kataëb place Sassine. « Si présenter des excuses est une vertu, reconnaître les martyrs de tout un chacun est signe de patriotisme. Dorénavant, nous ne devons plus être divisés concernant la vérité. Bachir était le rêve d’un peuple et le martyr de la République », a écrit M. Gemayel dans un tweet qui a donné le coup d’envoi à une série de réactions positives de la part de plusieurs parlementaires qui ont qualifié à tour de rôle l’intervention de M. Raad de « responsable » et de « courageuse ».


(Lire aussi : Le vote de confiance... et de la dernière chance)


La flèche contre Aoun

Cependant, ce n’était pas seulement le symbole de Bachir Gemayel que les propos de M. Moussaoui avaient écorné, mais également celui de la présidence actuelle incarnée par Michel Aoun. M. Moussaoui avait, rappelons-le, débuté son intervention en affirmant que M. Aoun était parvenu à Baabda « grâce au fusil du Hezbollah », mettant ainsi dans l’embarras le chef de l’État et la formation dont il est issu. Dans un souci de rectifier le tir et de dédouaner le président d’un label politique qui risquait fort de mettre à mal sa politique actuelle de recentrage et ses efforts en matière de distanciation à l’égard des conflits régionaux, le député CPL Alain Aoun a réagi, recourant à une formule tempérée mais non moins directe.

« Le CPL n’a jamais nié la contribution du Hezbollah en ce qui concerne l’accès de Michel Aoun à la présidence », a-t-il dit, avant d’insister lors de son intervention à la Chambre sur le fait que « le président a toutefois accédé à ce poste par le biais d’un processus politique dans lequel les armes n’ont joué aucun rôle ». Le député a souligné le fait que l’élection de M. Aoun ne peut pas être non plus considérée en dehors de l’assise populaire dont il bénéficie et qu’elle est en définitive le fruit d’un « bras de fer politique » qui s’est concrétisé, deux ans plus tard, par un soutien que lui ont accordé une majorité de députés au Parlement.

Alain Aoun venait ainsi de rappeler, à qui veut l’entendre, que le président, propulsé au pouvoir également à la faveur d’un compromis convenu avec le Premier ministre, Saad Hariri, ne doit pas son élection à un parti exclusif, encore moins à une résistance frappée de sanctions et que la communauté internationale tient à l’œil.


(Lire aussi : Tirs directs de Samy Gemayel contre les armes du Hezbollah)


Des excuses au président

Dans les milieux proches du parti chiite, on souligne que les excuses présentées par M. Raad étaient plutôt destinées au chef de l’État et au camp aouniste que les propos de Nawaf Moussaoui ont extrêmement embarrassés, même s’ils ont servi en même temps à calmer la tension au sein des autres formations chrétiennes.

Jeudi, le CPL avait pris ses distances à l’égard des remarques formulées par le député du Hezbollah, son chef Gebran Bassil estimant qu’il n’était « pas permis de s’en prendre à un martyr », sans toutefois réagir aux propos concernant l’élection du président, laissant la charge à Alain Aoun.

Dans son intervention devant ses pairs, ce dernier a saisi l’occasion pour saluer le « sens des responsabilités » de M. Raad, et a défendu à son tour la mémoire de Bachir Gemayel.

« Toute atteinte à Bachir Gemayel en dehors du champ du débat politique est une atteinte à une composante essentielle du peuple libanais », a-t-il dit, soulignant l’importance de respecter les sujets « sacrés » au sein de chaque communauté.


Lire aussi

La faute, l'édito de Issa GORAIEB

Verbiage gesticulateur, le billet de Gaby NASR

Débat sur la déclaration ministérielle : discours répétitifs, confiance acquise et clash inévitable

Gouvernement : les réformes économiques au cœur de la déclaration ministérielle

Gouvernement Hariri III : les principaux points de la déclaration ministérielle

L’opposition stigmatise « un gouvernement largement déséquilibré en faveur du Hezbollah »

Réformes structurelles, dette... Le nouveau gouvernement attendu au tournant

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Remy Martin

Rien, absolument rien, ne devrait être éffacé du procès verbal d'une assemblée nationale.

C.K

Finalement le Hezbo "civilisé" présente ses excuses, hilarious! Je lui présente mes excuses pour ne pas y voir un gramme de sincerité, not mentioning son mépris de l'interêt du Liban.

C.K

Le Hezbo "civilisé" présente ses excuses, hilarious! Je lui presente mes excuses pour ne pas y voir un gramme de sincerité sans parler de l'interêt du Liban.

IMB a SPO

En fait en demandant déliminer du PV de l'Assemblee cette altercation Raad est aussi en train d'eliminer les propos affirmant que GMA a ete porte a la tete de l'etat par le fusil du Hezb.

Cétait ca le vrais but de ces sois disant excuses!

gaby sioufi

tres tres curieux les excuses plates du hezb.
allez y, fachez vous de mes mots,
il reste que c tres tres curieux.
et pas du tout tranquillisant .
car faisant partie intégrante de la finesse de leurs calculs a hezb.
petits baisers & petites accolades TRES POLIS ,
GROS pied de nez par ailleurs pour des actions impossible a accepter SI SI SI ....

Chucri Abboud

Sursum Corda ! Habemus ad Dominum !
Je lis ces lignes avec un profond apaisement !
La bagarre verbale commençait à sentir le roussi , le feu commençait à couver sous la poudre .
Et je conseillais EN VAIN à tous ceux qui s'enflammaient de se calmer , de ne pas toujours trop accorder d'importance aux mots , aux discussions inutiles, aux défoulements verbaux de nos politiciens qui nous empoisonnent l'existence , de fermer les yeux , de tourner la page , de minimiser ces débordements ! Impossible ! Le libanais est trop impétueux , fouguex à l'extrême , et les vengeurs rôdent au coin des rues !
Finalement Monsieur Raad a su que ces logomachiques ergotages frisent l'hystérie et provoquent une ignition sur une pente dangereuse et n'a pas oublié que la réconciliation sociale est encore à construire dans les esprits .
L'urgence est maintenant de la prendre en considération et d'y travailler ferme .
C'EST LE PROJET LE PLUS URGENT : CRÉER UN MINISTÈRE D'ÉTAT POUR LA RÉCONCILIATION NATIONALE !

Antoine Sabbagha

Bravo pour la décision du Hezbollah de reconnaitre sa faute et présenter au nom du parti ses excuses dans un pays qui vit sous tension confessionnelle.

Tina Chamoun

Finalement le Hezb est plus "civilisé" que certains ne veulent le croire. Certains aussi, feraient mieux de ne plus attiser le feu maintenant que des excuses ont été faites.

AIGLEPERçANT

Tout est bien qui finit bien . Que chacun assume ses propres erreurs.

michel raphael

PRESENTER DES EXCUSES AU LIBAN ??????C' EST UNE GRANDE PREMIERE

Yves Prevost

Mieux vaut ça que tien du tout, mais il aurait été plus logique, et [plus juste que les excuses aient été présentées par l'insulteur lui-même.

Bery tus

« Toute atteinte à Bachir Gemayel en dehors du champ du débat politique est une atteinte à une composante essentielle du peuple libanais »

En dehors du champs politique ?!?! Ça veut dire quoi?

Mais on sait tous que l’intervention ciblait a calmer le jeu dans leur propre camps d’abord ce n’est un secret pour personne

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La délicate position du Liban aux rencontres de La Mecque

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants