X

Liban

Raï « obtient » de rencontrer Saad Hariri à Riyad

Bkerké

Le chef de l'Église maronite s'engage à ce que ses efforts soient « complémentaires » de ceux du chef de l'État.

OLJ
10/11/2017

Le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, a confirmé hier qu'il se rendra en Arabie saoudite en réponse à l'invitation officielle qui lui avait été adressée la semaine dernière. Il a annoncé avoir obtenu une « réponse positive » des autorités saoudiennes pour y rencontrer le Premier ministre, Saad Hariri, a annoncé hier le porte-parole du patriarcat, Walid Ghayyad, dans une déclaration rapportée par l'agence Reuters.

Le porte-parole, dont la déclaration suivait une visite effectuée par le patriarche Raï au palais présidentiel, a précisé que « du moment que l'ordre du jour de la visite comprend une rencontre avec Saad Hariri, le patriarche et le président de la République sont convenus que les efforts du patriarche au sujet de la démission du Premier ministre soient complémentaires de ceux du chef de l'État, par souci d'unité nationale comme par souci d'épargner un surcroît de crise au pays ». On ignore de quelle source émane la « réponse positive » apportée à la demande du patriarcat maronite, et M. Ghayyad n'a pas nié que le projet de visite ait « ses partisans et ses adversaires ».

Dans les milieux du patriarcat maronite, on n'en souligne pas moins le « caractère historique » de la visite envisagée, « la première d'un chef religieux chrétien » dans ce royaume conservateur qui se prévaut d'être le gardien des Lieux saints musulmans. Le patriarche prendra l'avion lundi, croit-on savoir, et ne passera pas la nuit à Riyad.

Le chef de l'Église maronite transmettra aux responsables saoudiens le message selon lequel « le Liban ne doit pas être un terrain de conflit », a poursuivi M. Ghayyad, une remarque qui, dans l'esprit du patriarche, plaide en faveur de la politique de « distanciation » prônée par Beyrouth.

 

(Lire aussi : Le Liban, unanime, réclame le retour de Hariri à Beyrouth)

 

Le dossier des résidents
Toujours selon le porte-parole de Bkerké, la visite du patriarche sera axée sur plusieurs questions, notamment celle du dialogue, du rejet du terrorisme et de l'extrémisme ainsi que sur la situation des Libanais résidents ou travaillant en Arabie saoudite. Ils seraient au nombre de 300 000 environ, selon une source du ministère des Affaires étrangères. « Le dossier des réfugiés syriens sera également à l'ordre du jour, comme il l'est partout où se rend le patriarche Raï », a précisé M. Ghayyad.

Hier, le patriarche maronite a été reçu à 16 heures au palais présidentiel où, selon un communiqué, « il a assuré au chef de l'État qu'il se tient à ses côtés en ces circonstances délicates et appuie les efforts qu'il déploie pour les dépasser, en particulier après la démission du Premier ministre Saad Hariri, se félicitant de l'union sacrée qui s'est formée autour de ces efforts ».

On sait cependant qu'officiellement, le chef de l'État n'a pas accepté la démission du Premier ministre, en attendant de pouvoir s'entretenir de vive voix avec M. Hariri, à son retour au Liban, sachant que M. Aoun n'a reçu aucun appel téléphonique de son Premier ministre depuis samedi dernier.

« Bkerké appelle à l'union nationale et à garder le Liban à l'écart des conflits et axes régionaux ; le Liban doit tenter d'être cette oasis de paix, de stabilité et de dialogue où différentes cultures et religions font l'expérience du vivre-ensemble et d'interactions civilisées », a ajouté le communiqué.

À son retour du palais présidentiel, le patriarche a appelé le président de la Chambre Nabih Berry, le leader des Forces libanaises, Samir Geagea, et la députée Bahia Hariri, pour leur faire part de ses intentions et écouter leurs recommandations.

Il convient de noter qu'après Riyad, le patriarche maronite se rendra au Vatican où il effectuera un séjour d'une semaine au cours de laquelle il rencontrera le pape. Il rentera ensuite au Liban, quoiqu'il y ait quelques chances qu'il se rende avant cela en France où, ultérieurement, il doit effectuer une visite officielle.

 

 

Lire aussi

Tête-bêche, le billet de Gaby Nasr

Le Liban uni pour réclamer le retour de Hariri à Beyrouth, le décryptage de Scarlett Haddad

Sleiman à « L’OLJ » : Il est grand temps d’appliquer la déclaration de Baabda

Gouvernement : quels choix avant la bataille ?

Tout le monde attend Saad Hariri...

Au Liban, une crise institutionnelle en vue?

La rue sunnite oscille entre sympathie, colère et... lassitude

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Cadige William

Une etrange initiative que cette visite officielle quand le Premier Ministre de votre pays est retenu en ‘ Residence Surveillee ‘ par ces memes officiels qui vous avaient lance cette invitation !

Gebran Eid

IL N'A PAS L'AIR HUMILIER RAÎ. QU'EST CE QUI LES EMPÊCHE LES SAOUDIENS DE LE GARDER CHEZ EUX À CÔTÉ DE HARIRI ? IL FAUT QUE VOTRE PREMIER MINISTRE RENTRE AU PAYS D'ABORD ET QUE LE PREMIER DIRIGENT SAOUDIEN VOUS PRÉSENTE DES EXCUSES VALABLES. PUIS VOUS CONSULTER CE QU'IL FAUT CONSULTER ET SUITE À CA VOUS DÉCIDEZ DE PRENDRE L'AVION VIA.....OU PAS. RESTEZ CHEZ VOUS POUR LE MOMENT SVP.

gaby sioufi

pourvu que le patriarche puisse poursuivre son voyage !

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Je te/nous hais !

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué