Rechercher
Rechercher

Liban - Interview

Sleiman à « L’OLJ » : Il est grand temps d’appliquer la déclaration de Baabda

L'ancien chef d'État exhorte Michel Aoun à conduire un dialogue national qui plancherait essentiellement sur la stratégie de défense.

Michel Sleiman. Photo d’archives

La démission annoncée du chef du gouvernement, Saad Hariri, ne peut être dissociée de l'épreuve de force entre les deux puissances régionales que sont l'Arabie saoudite et l'Iran. Nombreux sont ceux, au Liban, qui plaident pour une neutralité effective de ce pays face aux conflits des axes, qui ne font que s'amplifier.

Michel Sleiman, ancien président de la République et parrain de la politique dite de « distanciation », exhorte tous les protagonistes à appliquer la déclaration de Baabda. Ce texte, adopté le 11 juin 2012 par les participants à la table de dialogue organisée sous le mandat Sleiman, prévoit la tenue du Liban « à l'écart de la politique des axes et des conflits régionaux et internationaux ».

« Il est grand temps d'appliquer la déclaration de Baabda et d'écarter le pays des guerres des autres », insiste l'ancien chef d'État dans un entretien accordé à L'Orient-Le Jour. « Si certains protagonistes ont honte de revenir à la déclaration, qu'ils optent pour la neutralité du Liban », lance Michel Sleiman, dans ce qui sonne comme une réponse implicite au Hezbollah, devenu farouche opposant à la déclaration de Baabda après y avoir souscrit dans un premier temps, au fur et à mesure que sa participation à la guerre en Syrie prenait de l'ampleur. Mais pour M. Sleiman, « il ne suffit pas d'opter pour la neutralité, il faut surtout élaborer une stratégie de défense pour assurer le monopole (étatique) du port des armes ».

À partir de ce point, M. Sleiman dresse une sorte de feuille de route qu'il juge nécessaire pour régler la crise survenue à la suite de la démission-surprise de Saad Hariri. « Le président de la République devrait tenir une table de dialogue national. Et les participants devraient réaffirmer leur attachement à la déclaration de Baabda, et plancher sur une nouvelle stratégie de défense, ainsi que sur la question des armes du Hezbollah », souligne l'ancien chef d'État, insistant sur la nécessité d'évoquer aussi la question du retour des réfugiés syriens et de préparer les législatives.

Concernant le nouveau cabinet, Michel Sleiman estime qu'il devrait être neutre et présidé par Saad Hariri.

 

 

Lire aussi

Tête-bêche, le billet de Gaby Nasr

Le Liban uni pour réclamer le retour de Hariri à Beyrouth, le décryptage de Scarlett Haddad

Raï « obtient » de rencontrer Saad Hariri à Riyad

Gouvernement : quels choix avant la bataille ?

Tout le monde attend Saad Hariri...

Au Liban, une crise institutionnelle en vue?

La rue sunnite oscille entre sympathie, colère et... lassitude


La démission annoncée du chef du gouvernement, Saad Hariri, ne peut être dissociée de l'épreuve de force entre les deux puissances régionales que sont l'Arabie saoudite et l'Iran. Nombreux sont ceux, au Liban, qui plaident pour une neutralité effective de ce pays face aux conflits des axes, qui ne font que s'amplifier.
Michel Sleiman, ancien président de la République et parrain de la...

commentaires (7)

la declaration de Baabda a etait respecter par le heab que pour qlq jours et non des mois .. car juste qlq jours apres le hezb l'a renier et est partie en iran et a son retour il a declarer etre present en syrie

Bery tus

22 h 32, le 10 novembre 2017

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • la declaration de Baabda a etait respecter par le heab que pour qlq jours et non des mois .. car juste qlq jours apres le hezb l'a renier et est partie en iran et a son retour il a declarer etre present en syrie

    Bery tus

    22 h 32, le 10 novembre 2017

  • LE HEZBOLLAH AVAIT ACCEPTE ET SIGNE LA DECLARATION DE BAABDA QU,IL A RENIE PAR LA SUITE SUR ORDRE DE TEHERAN...

    CENSURE + CARENCE + BOURDES = FUITE DES ABONNES.

    21 h 44, le 10 novembre 2017

  • Neutralité? Ok mais à qu'elle condition? Que l'occident comme l'a demander le SG du HESB assure au SUD Liban une protection contre Israël, nous debarasse des réfugiés palestiniens et une nouvelle donne que l'occident cesse d'armer Daesh et consort.Et le Hezbollah n'aura plus sa raison d’être.

    wayzani jamal

    14 h 45, le 10 novembre 2017

  • Difficile choix au Hezbollah d'appliquer scrupuleusement toute la feuille de route de la déclaration de baabda. Il était clair que la signature par le hesb était assujettie à certaines promesses concernant la situation dans la sous région. 5 ans plus tard le contexte régional et surtout la puissance et la présence des soit disant islamistes aux portes du Liban, changent complètement la donne.Et comble de malheur cette organisation de bandits et de mercenaires est totalement à la solde de l'occident et des pays du golf pour le but unique de détruire tout pays arabe émergent ou hostile à l’état d’Israël. Le Hezbollah s'arme pour la survie et la liberté des chiites au sud Liban. Le Hezbollah fait une guerre préventive en Syrie. Ne pas le dire c'est cautionné un génocide au Sud Liban. Ne pas rappeler que le combat du Hezbollah en Syrie et en Irak contre ces groupes terroristes armés par les pays cités plus haut fait l'affaire de tout le monde. Ne pas le rappeler c'est faire du ponspilatisme. Donc respecter scrupuleusement les termes de Baadba c'est faire du sud un nouveau sabra et chatila ou encore un second Karbala. Non s'il faut mourir, mourrons les armes à la main.

    wayzani jamal

    14 h 22, le 10 novembre 2017

  • Le Liban n'est pas le "Speaker's Corner" de Hyde Park, un espace de libre expression où tout un chacun peut prendre la parole et dire n'importe quoi pour ou contre n'importe qui. Depuis 1948, on nous rabâche Palestine/Israél, puis le Pacte de Baghdad auquel le Liban n'avait jamais adhéré, puis l'Accord du Caire, puis la tentative guerrière des Palestiniens en 1975 et l'occupation syrienne, puis DAECH et aujourd'hui l'Arabie. Le résultat est l'exode de l'élément chrétien et la mainmise du Hezbollah sur notre patrie pour le compte du nouvel Empire Perse. Où sont les Nations Unies, où est le Conseil de Sécurité, Où le Tribunal international devant ce triste sort réservé à notre pays ?

    Honneur et Patrie

    14 h 10, le 10 novembre 2017

  • Michel Sleiman, le dernier grand President d'un Liban qui se veut independant!

    IMB a SPO

    13 h 06, le 10 novembre 2017

  • LA DECLARATION DE BAABDA EST LE SEUL REMEDE A LA SITUATION... MAIS LA COMPOSITION DE TOUT NOUVEAU GOUVERNEMENT NE POURRAIT POINT ETRE LA MEME QU,AVANT !

    CENSURE + CARENCE + BOURDES = FUITE DES ABONNES.

    08 h 58, le 10 novembre 2017

Retour en haut