X

Liban

La polémique autour de la question des otages militaires enfle

Bataille des jurds

Le gouvernement aurait été au courant des négociations entre le Hezbollah et l'EI, insinue-t-on dans les milieux proches d'Achraf Rifi.

30/08/2017

Le climat qui prévaut depuis l'annonce de la victoire de l'armée contre les combattants de l'EI dans le cadre de l'opération de L'aube des jurds, n'a rien d'une atmosphère de célébration. Bien au contraire. Depuis la découverte des corps de huit des neuf militaires otages du groupe État islamique depuis 2014, dont les dépouilles ont été remises à l'État à la suite de médiations vraisemblablement menées par le Hezbollah avec les jihadistes, la scène interne bouillonne de réactions.

Les conditions de la transaction entre le parti chiite et l'EI, plus précisément la clause du transfert des jihadistes vers Deir ez-Zor, en Syrie, ont suscité une grande indignation dans les milieux politiques, mais aussi au sein d'une large partie de l'opinion publique qui, à travers les réseaux sociaux, a dénoncé le fait que les jihadistes aient pu bénéficier d'impunité après les crimes perpétrés contre des soldats libanais.

Dans les milieux hostiles à l'axe irano-syrien, on dénonce tout autant « la tentative de récupération » par le Hezbollah d'une tâche qui devait revenir de droit à l'État, le parti chiite ayant cherché une fois de plus, selon eux, à saper aussi bien le prestige de l'armée que celui du gouvernement. Depuis le wek-end, les interrogations s'enchaînent alors que le flou le plus total continue d'entourer les circonstances dans lesquelles a été négocié le retour des corps des huit soldats, en plus de ceux du Hezbollah.

Dans les milieux de l'ancien ministre Achraf Rifi, on se demande même si le gouvernement était au courant de ce « scandale » qui a consisté à exfiltrer les jihadistes de l'EI dans le cadre d'une transaction concoctée par le Hezbollah. « S'il en est ainsi, pourquoi donc le gouvernement n'a-t-il pris aucune décision en ce sens ? » se demande un proche de l'ancien ministre. Le fait que les terroristes s'en soient tirés à bon compte, sans aucun procès, « est un manque de respect à la mémoire des soldats martyrs », ajoute un proche.

 

(Lire aussi : Quand l'État s'efface devant le Hezbollah)

 

 

Qu'il ait été délibéré ou non, ce manquement officiel présumé a relancé de plus belle la polémique sur le contexte qui avait permis la prise d'otages parmi les militaires, en août 2014, et les débats au sein du gouvernement de l'époque, pour leur libération.

« Nous devons tous pleurer nos martyrs mais nous devons aussi célébrer la victoire », a déclaré le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, à l'issue de la réunion hebdomadaire du bloc du Changement et de la Réforme, invitant les partisans du CPL à prendre part à la célébration prévue par le Hezbollah dans la Békaa. Le chef du parti chiite, Hassan Nasrallah, avait appelé lundi à fêter « la deuxième libération » du Liban demain jeudi à Baalbeck, « que le gouvernement le veuille ou non ».

Revenant aux circonstances de la prise des militaires en otages, M. Bassil a pointé un doigt accusateur en direction de l'ancien commandant en chef de l'armée, le général Jean Kahwagi, sans pourtant le nommer explicitement. « Les otages militaires ne sont pas morts aujourd'hui, mais lorsque leur commandement a failli à ses obligations au moment de leur enlèvement », a-t-il dit.

Prenant le relais, un député du bloc du Changement et de la Réforme, Nabil Nicolas, a estimé que « l'on ne parviendra pas à une véritable nation tant qu'on n'aura pas demandé des comptes à tous ceux qui ont comploté (...) et cherché à noyer la vérité ». Les allusions faites par le CPL et la veille par le chef du Hezbollah à la responsabilité de l'ancien gouvernement, en la personne de son chef, Tammam Salam, ont été réfutées en bloc par le Premier ministre, Saad Hariri. Dans un tweet, ce dernier a volé au secours de son prédécesseur, fustigeant « ceux qui s'en prennent à Tammam Bey ». Et de souligner que ses pourfendeurs, qui pourtant faisaient partie du même gouvernement, « n'aient jamais envisagé de démissionner pour contester les faits qu'ils allèguent ». « C'en est trop », a commenté M. Hariri. Le chef du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt, a été dans le même sens en affirmant, dans un tweet, qu'il est « honteux de faire assumer la responsabilité (de la prise d'otages) à Tammam Salam ». Le leader druze a appelé par la même occasion les responsables politiques à cesser de « manipuler les sentiments des familles des soldats et de faire de la surenchère ».

Pour sa part, le chef des Kataëb, Samy Gemayel, a appelé, lors d'une cérémonie organisée à Saïfi, à « ouvrir une enquête pour faire la lumière non seulement sur ce qui s'est passé en 2014 mais également ces derniers jours », comprendre au cours de l'opération d'épuration des jurds.
Selon un général à la retraite, « quand bien même l'ancien gouvernement aurait fait preuve de laxisme, cela ne justifie aucunement l'apathie de l'équipe actuelle qui a permis aux terroristes de quitter le territoire libanais sans être embêtés et sans être jugés ».

 

Reportage

Martbaya est tombée, il reste à nettoyer la zone »

 

Lire aussi 

Les huit corps sont ceux des militaires libanais capturés par l'EI en 2014, assure Abbas Ibrahim

Les Irakiens s’estiment lésés par l’accord pour sécuriser la frontière libanaise

Geagea : Les véritables motifs du marché conclu avec l’EI sont différents de ceux annoncés

Pour le Futur, « le vrai visage du Hezbollah est apparu ces derniers jours »

Nasrallah célèbre la « seconde libération » du Liban, « que le gouvernement la reconnaisse ou pas »...

Les parents des militaires assassinés exigent une commission d'enquête « pour (commencer à) guérir la plaie »...

Pour Aoun, après la bataille du jurd, une page «lumineuse» est en train de s'écrire, le décryptage de Scarlett Haddad

Des bilans et des trousl'édito de Issa Goraieb

 

 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

LE SEUL TRIPTYQUE : ARMEE , PEUPLE , ÉTAT ET POINT À LA LIGNE

j'espère être publier !!

Talaat Dominique

c'est les mêmes qui se plaignent
mais qui ont laissés filés certains salafistes à Tripoli et à Saide

Bery tus

Les traitres sont ceux qui ont laisser s'échapper les jihadiste avec le sourire et leur téléphone

Georges MELKI

Il faut se rendre à l'évidence: Nasrallah est devenu de facto le "Guide Suprême" de la République Libanaise...en attendant la réalisation du plan qu'il a annoncé en 1982:intégrer le Liban dans le grand Etat Islamique sous l'égide de "Saheb az Zaman"(Le Mahdi attendu) et son député légal l'Imam(Khomeini à l'époque) Khamenei...

Le Faucon Pèlerin

Gébran Bassil, nommé ministre par qui vous savez sans avoir jamais affronté le suffrage universel, invite ceux qui n'ont jamais voté pour lui à ramper à Baalbeck...

RE-MARK-ABLE

TOUTE LA LUMIÈRE DOIT OBLIGATOIREMENT ÊTRE FAITE POUR DÉMASQUER LES BACTERIES ET LEURS COMPLICES LIBANAIS DE L'INTÉRIEUR, TOUS CEUX QUI ONT PERMIS CE GUET APENS OÚ NOS SOLDATS , NOS FRÈRES NOS ENFANTS ONT ÉTÉ JETÉS EN PÂTURE À CES BARBARES QUI LES ONT ÉGORGÉ.

PAS DE QUARTIER NI DE COMPLAISANCE , LES RÉSISTANTS LIBANAIS , PAS SEULEMENT DU HEZB , MAIS DE TOUTES LES FORCES QUI S'Y JOIGNENT , COMME LE PHARE AOUN ET SON PARTI COMME LES DRUZES ACQUIS À LA RÉSISTANCE, COMME LES SUNNITES RÉVOLTÉS DE CE QUE FAIT SUBIR AU PEUPLE PALESTINIEN USURPÉ JUSQUE DANS SON IDENTITÉ LES USURPATEURS DE TERRE ISRAELIENS, TOUS CEUX QUI DIRONT NON à la collaboration avec l'ennemi clairement défini selon les normes edictees par la resistance libanaise du hezb .

QU'ON NE CHERCHE PAS À NOYER LE POISSON AVEC CES NÉGOCIATIONS D'APRÈS ÉRADICATION DE CES BACTERIES , CE SERAIT TROP LÂCHE COMME PROCÉDÉ.

Justice MUST BE DONE .

Irene Said

Certains "patriotes" purs et sans taches s'imaginent qu'en attaquant et salissant aujourd'hui les autres, ils peuvent masquer leurs propres comportements douteux depuis 2014.

La honte et l'honneur...connaissent pas !
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TREVE DE POLEMIQUE ! PLEURONS TOUS ENSEMBLE LES MARTYRS DE L,ARMEE ET DU HEZBOLLAH... FETONS TOUS ENSEMBLE LA VICTOIRE SUR LES TARES... AGENTS DE QUI QU,ILS SOIENT... ET COMMENCONS LE DIALOGUE ENTRE NOUS ... UN DIALOGUE FRANC ET SERIEUX POUR TIRER NOTRE PAYS DE L,ABYSSE OU TOUS NOUS L,AVONS POUSSE !!! NOTRE PATRIE NE VAUT-ELLE PAS CE SACRIFICE ?

Pass tonport

Les mêmes politiciens indignes qui traitaient Daech de révolutionnaires à l'époque sont les mêmes qui critiquent la résistance aujourd'hui. Tout le monde sait que l'armée libanaise n'agit que sur ordres et couvertures politiques comme toute armée classique au monde. Tout le monde sait donc qui a donné l'ordre à l'armée libanaise de ne pas libérer ses soldats voir pire, de quitter des positions stratégiques.
Comment se fait t-il que ces mêmes gens qui nous parlaient hier de nécessité que l'Etat libanais soit neutre, viennent nous dire à présent qu'il faut que ce même État négocie quoique ce soit.
La vérité c'est que vous avez été battu dans ce complot planétaire contre la Syrie auquel vous avez participé. Fin de la partie les gars.
Nasrallah n'a pas le temps de polémiquer avec vous. Après avoir libéré la terre et l'homme, il se prépare pour la bataille grandiose : sauver l'humanité. Et lorsqu'il le fera, le monde ne permettra plus jamais que des gens comme vous soient premiers ministres pas seulement au Liban mais partout ailleurs. Vous comprendrez donc que son combat vous dépasse.
Armée-Resistance-Peuple----->Vive l'Équation en or.
Citoyen libanais.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué