Rechercher
Rechercher

Politique - Partis

Après Bou Saab, Alain Aoun : la démarche de limogeage mise sur les rails

Le député de Baabda a rejeté une convocation devant le tribunal partisan du Courant patriotique libre. Aucune décision n’a encore été prise à son encontre.

Après Bou Saab, Alain Aoun : la démarche de limogeage mise sur les rails

Alain Aoun, député CPL de Baabda, à son arrivée au Parlement libanais. Mohammad Yassine/Archives « L’Orient-Le Jour »

Pour consolider sa main de fer sur le Courant patriotique libre, Gebran Bassil ne s’interdit rien. Même lesconsidérationsd’ordre familial. Désormais, c’est Alain Aoun, neveu du fondateur du parti Michel Aoun, qui est dans le viseur. Le député de...
Pour consolider sa main de fer sur le Courant patriotique libre, Gebran Bassil ne s’interdit rien. Même lesconsidérationsd’ordre familial. Désormais, c’est Alain Aoun, neveu du fondateur du parti Michel Aoun, qui est dans le viseur. Le député de...
commentaires (8)

What a failed party in every sense of the term. From the worst governance, to nepotism, lack of transparency, a common vision, poor political choices that have cost the country so much, exacerbated by the blockage of institutions for years, through shady self serving alliances with those destroying the very idea of a nation, as imperfect as our republic is.......

Sabri

15 h 28, le 08 mai 2024

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • What a failed party in every sense of the term. From the worst governance, to nepotism, lack of transparency, a common vision, poor political choices that have cost the country so much, exacerbated by the blockage of institutions for years, through shady self serving alliances with those destroying the very idea of a nation, as imperfect as our republic is.......

    Sabri

    15 h 28, le 08 mai 2024

  • Se rapprocher de Berri est une faute immense .

    Chucri Abboud

    14 h 20, le 08 mai 2024

  • L'épuration dans la plus pure tradition stalinienne. Il ne voit partout que d'ennemis, des rivaux. S'en débarrasser, c’est se priver d’une partie de sa base. Un meilleur baromètre à sa popularité : les municipales. Celles-ci sont reportées. Que vaut un chef qui craint les élections ? Le risque de se faire remplacer. Mais il est nommé à vie pour assurer la filiation politique du beau-père. Question : qui va-t-on écarter de son arrondissement électoral comme jadis un Ouèète (on ne peut pas encore qualifier le ""joubranistan"" de fief) pour lui assurer la petite victoire de se faire élire député.

    NABIL

    14 h 14, le 08 mai 2024

  • LE PYGMEE FRAPPE CEUX QUI LE DEPASSENT EN TAILLE... COMPRENDRE INTELLIGENCE.

    LA LIBRE EXPRESSION PARLE AU PEUPLE.

    12 h 14, le 08 mai 2024

  • Il ne faut s’étonner de rien. Ce parti a été conçu sur un mal entendu avec des principes qui vont à l’encontre de l’intérêt de leur pays, alors que ses cadres soient reniés et jetés n’est une surprise pour personne. Ils n’ont que ce qu’ils méritent puisqu’ils n’ont pas su se dresser contre les destructeurs de leur pays en croyant qu’ils seraient récompensés pour leur exploit. Le tour du nabot arrivera,ils sera honni tout comme son protecteur qui est devenu la honte du pays malgré son mandat de « président de pacotilles » sans oublier leurs alliés armés vendus qui ont saccagé notre pays.

    Sissi zayyat

    10 h 06, le 08 mai 2024

  • On comprend pourquoi Michel Aoun prèfère Bassil à tous les autres. C’est parcequ’il lui ressemble en tous points. Et ce n’est pas un compliment !

    Goraieb Nada

    08 h 57, le 08 mai 2024

  • C’est quoi ce courant dont tous les cadres vont à contre courant? Il devrait s’appeler le CCPL…

    Gros Gnon

    08 h 37, le 08 mai 2024

  • la nuit des longs couteaux...n'empeche, alain aoun le merite, il a baisse son froc a la premiere occasion....un vrai aoun quoi...

    Elementaire

    08 h 06, le 08 mai 2024

Retour en haut