Liban

Les Irakiens s’estiment lésés par l’accord pour sécuriser la frontière libanaise

OLJ
30/08/2017

Les Irakiens étaient hier vent debout contre l'accord conclu pour évacuer les jihadistes du groupe État islamique de la frontière libano-syrienne vers la frontière irako-syrienne, les autorités de Bagdad exprimant leur « inquiétude » alors que les réseaux sociaux s'enflammaient pour dénoncer une « injustice ».
Cité par l'AFP, le Premier ministre, Haider el-Abadi, s'est dit « très inquiet » de la présence « inacceptable » de jihadistes à sa frontière. « En Irak, nous affrontons les jihadistes, nous ne les déplaçons pas vers la Syrie », a-t-il martelé.
Depuis la veille, des messages d'indignation et des commentaires amers se répandent sur les réseaux sociaux et occupent les conversations des Irakiens.
Toujours selon l'AFP, de nombreux internautes irakiens estimaient que Beyrouth se comportait selon le principe « après le Liban, le déluge » ou « les Irakiens ne valent rien ».
Stephen Nabil, militant en vue de la société civile, dénonce ainsi dans une vidéo sur Facebook « une injustice ». Des « centaines » de jihadistes seront désormais le long de la frontière « qui n'est pas sécurisée » et proche des trois villes du désert occidental irakien encore entre leurs mains, souligne-t-il.
« Nous savons quels dégâts peut provoquer une seule voiture (piégée) à Bagdad ou un seul kamikaze », dit-il encore, alors qu'un nouvel attentat à la voiture piégée a fait lundi 11 morts dans la capitale.
De son côté, le commentateur politique irakien Hicham al-Hachemi qualifie également d' « injuste » l'accord conclu après une semaine de combats entre jihadistes et armée libanaise d'un côté de la frontière, et jihadistes, Hezbollah et armée syrienne de l'autre.
Ce plan « renvoie le danger du Liban vers l'Irak alors même que les Irakiens ont accepté de voir la deuxième ville de leur pays (Mossoul) entièrement détruite pour ne laisser aucune chance aux jihadistes de s'enfuir et de menacer les pays voisins », affirme-t-il encore dans un texte posté sur Facebook.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Pierre Hadjigeorgiou

Les Irakiens récoltent ce qu'ils ont semé pendant des années. La Syrie itou. Qu'ils nous fichent la paix avec leur soit disant courroux. Des décennies durant, ils nous ont envoyé leur merde et maintenant que le paquet retourne a l'envoyeur ils s'irritent! Cependant, il est juste que l’armée, malgré l'accord entre le Hezbollah et l'EI, aurait du refuser et continuer a les bombarder sans arrêt surtout que nous savions tous que les militaires prisonniers étaient le plus probablement condamnés a être massacré quoi qu'aurait été le résultat. Je continue a croire que le Hezbollah les a fait fuir pour éviter justement qu'ils ne tombe entre les mains de l’armée et qu'ils parlent, non pas des soldats mais du .... Hezbollah et sa fourberie!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà du ton violent, Nasrallah et Hariri maintiennent entrouverte la porte des négociations...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué