X

Liban

Quelles répercussions de la crise du Golfe sur les Libanais ?

Conflit

Les tensions entre le Qatar et ses voisins auraient des retombées sur les sociétés et sur les professionnels libanais qui travaillent entre Doha et d'autres pays du Golfe.

06/06/2017

Dès qu'une crise secoue les pays du Golfe, le premier souci des Libanais concerne les possibles retombées du conflit sur les intérêts économiques de milliers de leurs compatriotes qui travaillent dans cette zone. Une crise majeure comme celle de la rupture des liens diplomatiques de plusieurs pays, à leur tête l'Arabie saoudite, avec le Qatar représente un risque majeur, comme nous l'explique un Libanais qui se rend très souvent dans ce pays pour du travail. Il nous livre ses impressions sous couvert d'anonymat.

Selon cette personne, « les tensions entre les pays du Golfe, d'une part, et le Qatar, d'autre part, ne sont pas nouvelles, et ce n'est pas la première fois qu'il y a retrait des ambassadeurs ». « Toutefois, ce qui se passe actuellement est plus sérieux parce que le blocus imposé au pays devrait considérablement ralentir l'économie, poursuit cette source. Les licenciements allaient déjà bon train dans certaines sociétés, et avec cette crise, la situation devrait empirer. »

Les Libanais qui risquent de souffrir le plus sont ceux qui circulent et travaillent dans plusieurs pays, au Qatar, mais aussi en Arabie ou aux Émirats arabes unis, poursuit-il. Beaucoup d'autres sont propriétaires ou directeurs de société, et l'État du Qatar est leur principal client : qu'adviendra-t-il si celui-ci est en difficulté ?
D'autant que les Libanais ne sont pas les seuls menacés : il y a près de 200 000 Égyptiens qui travaillent au Qatar, beaucoup dans des sociétés libanaises. Avec les prises de position du président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, contre le Qatar pour son appui aux Frères musulmans, quel sera leur sort ?

Ces questions restaient hier en suspens, mais la difficulté d'obtenir le témoignage de Libanais du Qatar sur cette crise en dit long sur l'incertitude qui plane sur ce pays, désormais isolé de son entourage...

 

(Lire aussi : Quand le funambule qatari vacillel'édito d'Emilie Sueur )

 

« Éviter les clashs au Liban »
Sur les causes profondes de cette crise et les risques potentiels sur l'intérieur libanais, nous avons interrogé un chercheur spécialiste de la question, qui s'est lui aussi exprimé sous couvert d'anonymat. Selon lui, le Qatar paye le prix d'une ambiguïté certaine dans sa politique étrangère. En effet, cela fait des années que, tout en ayant sur son sol une base américaine, le Qatar héberge aussi une chaîne d'information continue, al-Jazeera, qui relaie des opinions antiaméricaines. Le pays héberge aussi des personnalités hautement controversées, comme la tête pensante des attentats du 11-Septembre aux États-Unis ou encore de grands responsables des Frères musulmans. Le chercheur estime que ce pays cherchait ainsi à préserver ses intérêts avec toutes les parties dans un contexte régional instable, mais il en paie le prix aujourd'hui.

Pour sa part, Salem Zahran, journaliste proche du 8 Mars, souligne que le Qatar paie le prix de son pari sur l'ancienne administration américaine de Barack Obama, et que ce pays est la première victime du nouvel accord passé entre l'Arabie saoudite et la nouvelle administration de Donald Trump. « Le projet des Frères musulmans est tombé, et le rôle régional du Qatar avec », affirme-t-il. Toute cette affaire serait donc « une volonté de ramener le Qatar à sa dimension initiale et de limiter son rôle régional », selon lui.

Y aura-t-il des répercussions sur le Liban ? Le chercheur interrogé pense qu'elles se concentreront surtout sur les intérêts économiques des Libanais dans le Golfe. Mais ce n'est pas l'avis de Salem Zahran. « Nous ne sommes pas à l'abri d'un clash entre des pro-Qatar et des pro-Arabie saoudite au Liban même, souligne le journaliste. Je recommande fortement aux autorités, notamment au Premier ministre Saad Hariri, de garder le Liban en dehors de ce conflit régional qui nous dépasse largement. »

Cette crise risque-t-elle de durer, ce qui aggraverait les risques encourus par les Libanais au Golfe ? Selon les diverses sources interrogées, les pressions économiques risquent de peser lourdement sur le Qatar, un petit pays qui compte sur l'importation, notamment par le port de Dubaï. D'autant plus que le Qatar ne peut pas s'isoler de son milieu aussi facilement. Prenant tous les facteurs en compte, il pourrait chercher à raccourcir cet état de blocus qui lui est imposé. Selon une source, « le fait que le Koweït et Oman aient été capables de ne pas se joindre à ce mouvement de blocus est une bonne nouvelle, étant donné que ces pays jouent généralement le rôle de médiateurs ».

 

 

 

Lire aussi

Pourquoi l’axe Riyad/Abou Dhabi/Le Caire tord le bras du Qatar

À Riyad, l’heure n’est plus aux compromis

Si le Liban était notifié d’une demande saoudienne à l’encontre du Qatar, il opterait pour la distanciation

La mise au ban du Qatar pourrait lui coûter très cher

A Bahreïn, sévérité accrue contre les opposants depuis le voyage de Trump

Trump peut-il couper les tentacules de la « pieuvre iranienne » ?

L’Iran dénonce le « show » de Riyad et rejette les accusations de Trump

À Riyad, Trump et Salmane attaquent violemment l’Iran

 

Pour mémoire 

Le Qatar se dit victime d'une campagne l'accusant de soutien au "terrorisme"

Fabius : Le Qatar ne finance pas le terrorisme

Le Qatar réfute tout soutien à des organisations "terroristes"

Repères

Crise dans le Golfe : les mesures prises contre le Qatar

Rupture avec le Qatar : ce qu’il faut savoir

 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

NULLE... SI ON N,IMPORTE PAS LA CRISE CHEZ NOUS...

Bery tus

Quand on vous dis que "la nouvelle puissances régionales" jouent avec les arabes ce n'est pas les USA qui lui ont promis de devenir la puissance régionale !!

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants