X

À La Une

Fabius : Le Qatar ne finance pas le terrorisme

Diplomatie

Mardi, le le richissime émirat gazier avait déjà réfuté tout soutien à des organisations terroristes.

OLJ/AFP
21/01/2015

Il n'est "pas exact" que le Qatar finance le terrorisme, a estimé mercredi le chef de la diplomatie française Laurent Fabius, s'appuyant sur des enquêtes des services de renseignements français. "Nous avons fait faire par nos services des enquêtes précises qui ont montré que cela n'était pas exact", a déclaré sur la radio RTL M. Fabius, interrogé sur les accusations récurrentes à l'encontre du Qatar, suspecté de soutien ou de financement de groupes terroristes au Proche Orient ou en Afrique. "S'il était avéré que les choses changent, nous changerions nos modes de relations. Mais il n'est pas question, n'y d'accuser injustement, ni si peu que ce soit d'être complaisant avec le terrorisme qui est notre adversaire", a poursuivi M. Fabius.


Mardi, le Qatar avait déjà  réfuté mardi tout soutien à des organisations terroristes.
"L'idée selon laquelle le Qatar financerait ou soutiendrait d'une quelconque manière des terroristes et le terrorisme semble être devenue un présupposé communément admis au sein du débat sur l'extrémisme en Europe", s'est indigné l'ambassadeur à Paris, Meshal Hamad Al Thani, dans une déclaration écrite. L'Etat du Qatar a "pris des mesures drastiques pour qu'aucun citoyen qatari ne puisse financer ces groupes à titre privé". Il a "adopté des lois qui s'opposent au blanchiment d'argent et à la promotion du terrorisme sur Internet", selon la déclaration de l'ambassadeur. "Il faut être clair, le Qatar ne finance ni ne soutient aucune organisation terroriste", a-t-il insisté.

 

(Dans la presse : Vers la création d'un groupe d'amitié entre l'Hexagone et Qatar au Sénat français ?)

 

Réexamen des liens avec le Qatar
Régulièrement accusé d'aider les jihadistes du Sahel, le richissime émirat gazier, grand allié de Paris, est également soupçonné de soutenir au Proche-Orient des groupes extrémistes proches des Frères musulmans. Plusieurs responsables politiques français, notamment de l'opposition de droite, ont pointé du doigt la diplomatie du Qatar au lendemain des attaques jihadistes contre l'hebdomadaire Charlie Hebdo, un supermarché casher et une policière ayant fait 17 morts à Paris du 7 au 9 janvier.

Bruno Le Maire, membre du parti (UMP) de l'ex-président de droite Nicolas Sarkozy, a, par exemple, demandé un réexamen des liens avec le Qatar mais aussi l'Arabie saoudite et le Yémen "pour ne plus avoir pour alliés ou partenaires des Etats qui soutiendraient, parraineraient, financeraient ou subventionneraient des filières ou des discours terroristes".

 

De manière plus anecdotique, le 10 janvier dernier, les supporteurs de l'équipe de Bastia (Corse) avait exhibé, pendant une dizaine de minutes avant le coup d'envoi d'un match de foot contre le PSG, une grande banderole sur laquelle on pouvait lire "Le Qatar finance le PSG... et le terrorisme". La banderole a notamment été tendue dans les tribunes pendant la minute de silence dédiée aux victimes des attentats perpétrés à Paris.

Deux jours plus tard, sans aborder directement la question de la banderole, le président de l'UMP Nicolas Sarkozy s'était fait le défenseur du Qatar. "Vous croyez que M. Mitterrand, M. Chirac, moi-même hier, M. Hollande aujourd'hui on aurait cette politique d'amitié avec le Qatar si nous pensions que le Qatar c'était uniquement le financeur du terrorisme ?", a-t-il déclaré, avant de se corriger et de dire : "C'était le financeur du terrorisme?". Alors que le journaliste de RTL insistait lui demandant s'il l'est ou pas, M. Sarkozy a répondu : "Je n'en ai aucune preuve", a répondu le responsable d'opposition. Comme on lui opposait des affirmations américaines en ce sens, il a rétorqué : "vous savez, moi, je suis partisan de l'indépendance de la France". "Si j'en avais des preuves, je vous garantis qu'à ce moment-là, on reverrait complètement les choses, en tout cas quand j'étais en fonction", a insisté M. Sarkozy.

 

Epinglé par le Trésor US

En novembre dernier, David Cohen, sous-secrétaire du Trésor américain, avait affirmé que deux hommes d'affaires qatari, Khalifa Muhammad Turki al-Subaiy et Abd Al Rahman bin Umayr al-Nuaymi, finançaient, en millions de dollars, le groupe Etat islamique et el-Qaëda. Ces deux hommes d'affaires réputés proches de l'élite qatarie sont sur une liste noire américaine des personnes finançant le terrorisme. David Cohen avait également pointé du doigt des "juridictions permissives pour le financement du terrorisme" au Qatar et au Koweït.

 

Sujet polémique

Interrogé par France Tv info à la mi janvier, Nabil Ennasri, directeur de l'observatoire du Qatar, réputé proche de l'émirat, rejetait les accusations portées contre le Qatar en matière de financement du terrorisme. "Depuis plusieurs années, le Qatar est l'un des sujets les plus polémiques en France. C'est parce qu'il est au croisement de deux malaises : la France a un problème avec l'argent et elle a un problème avec l'islam", déclarait-il. Pour le chercheur, le Qatar est victime d'un amalgame parce qu'il soutient les Frères musulmans.

Mais pour Naoufel Brahimi El-Mili, professeur à Sciences-Po Paris, les choses sont plus compliquées. "En 2011-2012 (quand la guerre en Syrie a début, ndlr), ils ont fait beaucoup de choses", indiquait-il à France TV Info. Et d'ajouter que, selon lui, "les autorités qataries agissent toujours en deuxième rideau", mais elles auraient laissé de riches hommes d'affaires financer les jihadistes et puis "ça a dérapé".

 

Lire aussi

Les expatriés au Qatar dans le collimateur d'une microcampagne de modestie

Le Qatar envisage de sanctionner les entreprises qui ne paient pas à temps les migrants

Les réserves du Qatar atteignent un record de 46,5 milliards de dollars

 

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

AIGLEPERçANT

Ah le malin ce délégué MAE d'un autre pays , nous dire ça c'est aussi disculpé un pays par rapport à un autre ! mais lequel ??? la binsaoudie , pardi !! malin va !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

EH BIEN... NON ! PUISQUE FABIUS LE DIT : C'EST PLUTÔT "PAPA NOËL" QUI LE FINANCE ! OU LA "MAMA" ???

Ali Farhat

J'y suis! Fabius pense d'avoir un talent comique pour faire ce genre de déclaration. Faut voir comment le trio qu'il forme avec valls et hollande font marrer les français. C'est à se rouler par terre... comme du reste leur cote de popularité.

AIGLEPERçANT

Le Qatar n'achete pas d'entreprise en France a part avoir 5 a 10 % dans Total , mais ses achats sont les immeubles prestigieux , des hotels et le psg , club de foot des juifs du sentier . Et il est exonere d'impots . Faut le faire en France , quand meme .Mais faut charger hollandouille pour ca , c'est sarko qui a commence , mais bon on sait qui est a la vraie manoeuvre .

AIGLEPERçANT

Et comment il les finance ? par les impôts qu'il ne paye pas à la France !

Sabbagha Antoine

Triste de voir que le chef de la diplomatie française Laurent Fabius croit toujours à l'innocence du Qatar.

Joseph Zoghbi

La fin justifie les moyens ... L'argent n'a pas d'odeur...et Il rend aveugle ...
Ce monsieur croit que les gens sont idiots, ne lisent pas ne s'informent pas ...
c'est triste que la France se suicide pour des pétrodollars...très triste...

IMB a SPO

Vendu Va! Le Qatar a achete la moitie des grandes entreprises Francaise donc, la marge de manauvre est bien limitee...

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants