Rechercher
Rechercher

À La Une - diplomatie

Tillerson à Moscou avec plus d'atouts après les frappes en Syrie

"Les frappes ne sont pas forcément une mauvaise chose pour la Russie (...) qui a eu toutes les peines du monde à convaincre Assad de s'asseoir à la table de négociations de manière un tant soit peu constructive", avance un chercheur.

Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson, le 6 avril 2017. Joe Raedle/Getty Images/AFP

La visite à Moscou du secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson prévue cette semaine devrait permettre d'y voir plus clair sur la volonté et la capacité de l'administration Trump à élaborer une stratégie pour mettre fin au conflit en Syrie après le bombardement d'une base de l'armée de Bachar el-Assad.

Avant même que Donald Trump n'ordonne les tirs de missiles en représailles à un bombardement chimique présumé qui a tué 90 civils, ce premier voyage du chef de la diplomatie américaine à Moscou s'annonçait délicat en raison de la polémique sur les ingérences russes dans la campagne électorale américaine, de la violation d'un traité de désarmement par Moscou ou encore des conflits en Syrie et en Ukraine.

Rex Tillerson, ancien patron du géant pétrolier Exxon Mobil, sans autre expérience de la diplomatie, doit maintenant éviter une confrontation frontale avec la Russie, qui a menacé dimanche de répondre à de nouvelles frappes américaines en Syrie, tout en cherchant à arracher des concessions à Vladimir Poutine. En tête de celles-ci figurent l'élimination définitive de l'arsenal chimique syrien et l'acceptation par Bachar el-Assad de réelles négociations sur l'avenir de la Syrie.

Soucieux de ménager Moscou, le secrétaire d'Etat a dit ne pas avoir vu de preuve que la Russie était au courant que le régime de Damas allait mener une nouvelle attaque chimique la semaine dernière dans la province d'Idleb, mais il a invité Vladimir Poutine à reconsidérer son soutien à son homologue syrien à la lumière de celle-ci.

"Je pense que nous pouvons avoir des échanges constructifs avec le gouvernement russe, avec le ministre des Affaires étrangères (Sergueï) Lavrov, et obtenir le soutien de la Russie à un processus conduisant à une Syrie stable", a déclaré Rex Tillerson dimanche lors de l'émission "This Week" de la chaîne ABC.

 

(Lire aussi : Syrie : Washington et Moscou font monter les enchères...)

 

Levier supplémentaire
Les tirs de missiles américains sur la base syrienne d'où aurait été lancée l'attaque chimique ont donné à Rex Tillerson plus de poids lors des futures négociations avec les dirigeants russes, estiment certains observateurs et anciens responsables du gouvernement américain.

"La démonstration de la détermination de l'administration à utiliser la force peut être un lever supplémentaire en matière de diplomatie", estime Antony Blinken, qui était l'adjoint du prédécesseur de Rex Tillerson, John Kerry, lequel avait maintes fois réclamé à Barack Obama une telle démonstration de force pour sortir de l'impasse diplomatique.

La frappe américaine et les déclarations des responsables de l'administration Trump sur l'inaction de Moscou face à l'usage d'armes chimiques, par "complicité" ou "incompétence" a dit dimanche Rex Tillerson, ont permis de faire passer très clairement le message à la Russie que Washington la tiendra désormais pour responsable des agissements de Bachar el-Assad, estime-t-il. Le secrétaire d'Etat pourra dire à ses interlocuteurs russes : "Si vous ne mettez pas le holà, nous agirons à nouveau", souligne Antony Blinken.

Les entretiens prévus mercredi avec Sergueï Lavrov et peut-être Vladimir Poutine donneront une idée plus précise de l'habileté de Rex Tillerson en matière de négociations internationales, bien différentes par leur exposition de celles qu'il a été habitué à mener avec les autorités russes à l'époque où il dirigeait Exxon Mobil.

L'efficacité de sa démarche dépendra aussi de la patience dont saura ou non faire preuve Donald Trump, qui a exprimé à de nombreuses occasions son scepticisme à l'égard des institutions multilatérales comme l'Onu, qui pilote les pourparlers de paix en Syrie.

 

(Pour mémoire : Les alliés d'Assad se disent déterminés à lutter contre le "terrorisme" en Syrie)

 

Un atout aussi pour Moscou ?
Le bombardement chimique et la riposte américaine ont en tout cas complètement rebattu les cartes en bouleversant, au moins en apparence, l'approche de l'administration Trump, qui avait jusque-là fait savoir qu'elle ne faisait plus du départ de Bachar el-Assad une priorité pour privilégier une coopération avec Moscou dans la lutte contre les jihadistes du groupe Etat islamique.

La Russie, dont des soldats étaient déployés sur la base syrienne bombardée, mais en avaient été évacués à l'avance, a vivement réagi aux tirs de missiles américains en les qualifiant d'agression illégale et en indiquant qu'elle n'échangerait plus de renseignements militaires avec Washington.

Mais elle n'a pas pour autant fermé tous les canaux de communication et n'a pas davantage annulé la visite de Rex Tillerson, ce qui est significatif en soi, souligne un haut responsable américain. "Ils (les Russes) vont essayer de circonscrire cet incident", estime Alexander Vershbow, qui était ambassadeur à Moscou à l'époque de George W. Bush. "Ils n'ont pas renoncé à travailler avec l'administration Trump."

Aux Etats-Unis, on estime même que Moscou pourrait secrètement se réjouir de ce coup de poing sur la table donné par les Américains. "Les frappes ne sont pas forcément une mauvaise chose pour la Russie", avance Andrew Tabler, chercheur au Washington Institute for Near East Policy. "La Russie a eu toutes les peines du monde à convaincre Bachar el-Assad de s'asseoir à la table de négociations de manière un tant soit peu constructive."

Désormais, dit Andrew Tabler, Moscou pourra toujours brandir face à Damas et son autre allié de poids, Téhéran, le risque de nouvelles frappes américaines comme le prix à payer pour une trop grande intransigeance.

 

 

Lire aussi

Les raisons de l'"attaque chimique" en Syrie divisent les experts

Ce qu'il faut comprendre de l'attaque US contre la base syrienne

Tsars Academy, l'éditorial de Issa GORAIEB

Donald Trump s’installe aux antipodes de Barack Obama

Ce que les rebelles syriens attendent désormais d’« Abou Ivanka el-Ameriki »

L'attaque chimique, une "ligne rouge" déjà franchie en Syrie

La thèse d'un accident à Khan Cheikhoun est "fantaisiste", estiment des experts

Syrie : pourquoi les Américains ont changé de ton

Khan Cheikhoun bouleversera-t-il tous les plans d'Assad ?

Un Syrien raconte comment il a survécu à l'attaque de Khan Cheikhoun

Assad : Soit la victoire, soit la Syrie sera rayée de la carte

 

Repères

Guerre en Syrie : trois jours qui ont tout changé

Conflit syrien : de l'attaque chimique présumée aux frappes américaines

Attaque de Khan Cheikhoun en Syrie : ce que l'on sait

Retour sur les utilisations d'armes chimiques dans le conflit syrien


La visite à Moscou du secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson prévue cette semaine devrait permettre d'y voir plus clair sur la volonté et la capacité de l'administration Trump à élaborer une stratégie pour mettre fin au conflit en Syrie après le bombardement d'une base de l'armée de Bachar el-Assad.
Avant même que Donald Trump n'ordonne les tirs de missiles en représailles à un...

commentaires (3)

Si 5 jours plus tard on a tjrs pas compris que ces frappes ont été faites sans frais pour le héros Bashar, il faudrait qu'on se recycle sérieusement. Le lendemain les pistes de cette aéroport ont été RÉUTILISÉES pour continuer à frapper sur les bactéries wahabites. ET ON CONTINUE À S'EXTASIER SUR UN VOYAGE À MOSCOU CHEZ LE GÉNIE POUTINE.

FRIK-A-FRAK

13 h 13, le 10 avril 2017

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Si 5 jours plus tard on a tjrs pas compris que ces frappes ont été faites sans frais pour le héros Bashar, il faudrait qu'on se recycle sérieusement. Le lendemain les pistes de cette aéroport ont été RÉUTILISÉES pour continuer à frapper sur les bactéries wahabites. ET ON CONTINUE À S'EXTASIER SUR UN VOYAGE À MOSCOU CHEZ LE GÉNIE POUTINE.

    FRIK-A-FRAK

    13 h 13, le 10 avril 2017

  • Qui veut une Syrie stable et est prêt à lâcher des "avantages acquis sur le terrain? Qui au contraire est plus prétentieux et veut profiter d'une situation trouble? Et les Russes pourront ils "modérer les ardeurs" de ce neveu Bachar qui se conduit en enfant "indiscipline et gâté" qui se croit tout permis... Les réponses dans les prochaines semaines

    Chammas frederico

    11 h 58, le 10 avril 2017

  • LES RUSSES AVAIENT EVACUE LEURS MILITAIRES DE L,AERODROME FRAPPE... CELA NE SE FAIT PAS EN QUELQUES MINUTES... DONC MALGRE LES ESCALADES VERBALES ET LES LIGNES ROUGES DE LA RIGOLADE... DE LA PUISSANCE RUSSE QUI EST DESCENDUE SI BAS A EMETTRE DE TELS BONIMENTS CONJOINTEMENT AVEC UNE MILICE ET SON MAITRE... L,ODEUR DE LA CONNIVENCE S,EXHALE MAJESTUEUSEMENT ! S,IL Y A REPETITION CE NE SERA PAS LE RUSSE QUI SERA MIS AU MUR MAIS LES DEUX AUTRES...

    OLJ, FOSSOYEUR DE LA LIBRE EXPRESSION.

    10 h 36, le 10 avril 2017

Retour en haut