X

À La Une

Assad : Soit la victoire, soit la Syrie sera rayée de la carte

conflit

Dans cette interview accordée à un quotidien conservateur croate, le président syrien n'est pas interrogé sur l'attaque chimique de Khan Cheikhoun.

OLJ/Reuters
06/04/2017

Le président syrien Bachar el-Assad a déclaré dans une interview publiée jeudi qu'il n'y avait "pas d'autre choix que la victoire" dans la guerre civile qui ravage la Syrie depuis six ans, expliquant ne rien attendre des pourparlers de paix qui se tiennent par intervalles à Genève et à Astana au Kazakhstan.

Dans cette interview, accordée au quotidien conservateur croate Vecernji List (Journal du soir) et diffusée par l'agence de presse syrienne Sana, M. Assad n'est pas interrogé sur l'attaque chimique de mardi dans la province d'Idleb qui a fait au moins 85 morts. Le président américain, Donald Trump, a accusé Bachar el-Assad d'avoir "dépassé les limites" avec l'attaque de Khan Cheikhoun, attribuée par les pays occidentaux au régime syrien. L'interview semble avoir été accordée avant ces événements.

Le gouvernement syrien a démenti être à l'origine de l'attaque. La Russie, son principal allié, a affirmé que les morts ont été causés par une fuite dans un dépôt d'armes où les rebelles fabriquaient des armes chimiques, après une frappe aérienne syrienne. Les rebelles ont démenti cette version.


(Lire aussi : Attaque en Syrie : les Etats-Unis menacent de passer à l'action)

 

Bachar el-Assad semble inattaquable militairement dans les secteur de l'ouest de la Syrie où il a consolidé son pouvoir avec l'aide décisive de l'armée russe et des milices soutenues par l'Iran chiite.

Dans l'interview diffusée jeudi, il a réaffirmé son objectif d'infliger une défaite totale à l'insurrection. Il a aussi réitéré son rejet de création d'un Etat fédéral réclamé par les groupes kurdes dans le nord de la Syrie.

"Comme je l'ai dit il y a un certain temps, nous avons un grand espoir qui augmente. Et cet espoir est construit sur la confiance, car, sans confiance, il n'y aurait pas d'espoir. Dans tous les cas, nous n'avons d'autre choix que la victoire", a déclaré le président syrien.

 

"Le sens perverti du jihad"
"Si nous ne remportons pas cette guerre, cela voudra dire que la Syrie sera rayée de la carte. Nous n'avons pas d'autre choix que de faire face à cette guerre et c'est la raison pour laquelle nous sommes confiants, nous sommes persévérants et nous sommes déterminés", a-t-il insisté.

 

(Lire aussi : Khan Cheikhoun bouleversera-t-il tous les plans d'Assad ?)

 

Les rebelles ont ces dernières semaines lancé deux grandes offensives contre les forces gouvernementales en attaquant la capitale Damas et au nord de la ville de Hama. L'armée syrienne affirme que ces deux offensives ont été repoussées.

Evoquant ces offensives, M. Assad a déclaré que "l'opposition qui existe est une opposition jihadiste dans le sens perverti du jihad".

Le gouvernement syrien qualifie tous les groupes qui le combattent de "terroristes" et les accusent de prendre leurs ordres à l'étranger, notamment en Turquie, en Arabie saoudite, au Qatar et aux Emirats arabes unis.

"C'est la raison pour laquelle nous ne pouvons pas, dans la pratique, parvenir à un résultat concret avec cette partie de l'opposition (par des discussions)", a ajouté le président syrien. "La preuve en est que, lors des négociations à Astana, ils ont lancé leur attaque contre les villes de Damas et Hama et d'autres parties de la Syrie, répétant le cycle du terrorisme et le meurtre d'innocents."

Les négociations d'Astana ont été lancées sous l'égide de la Russie et de la Turquie, laquelle soutient l'opposition au président Assad. Les deux pays ont mis en place une trêve entre l'armée syrienne et les rebelles qui a été violée depuis. D'autres discussions, sous l'égide de l'ONU, se tiennent régulièrement à Genève mais elles n'ont jusqu'à présent rien donné.

 

Lire aussi
Assad et l’Occident, l'édito de Michel TOUMA

Syrie: la conférence de Bruxelles promet 6 milliards de dollars d'aide

L’arme chimique sème de nouveau la mort en Syrie

Conflit syrien : quand les Occidentaux changent de ton...

La reconstruction, levier de l'UE pour revenir dans le jeu en Syrie

Guerre en Syrie An VI : que reste-t-il de l’État syrien ?

« En Syrie aujourd'hui, tout est détruit, même les gens »

 

Repères

Attaque de Khan Cheikhoun en Syrie : ce que l'on sait

Retour sur les utilisations d'armes chimiques dans le conflit syrien

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

GUERRE REGIONALE PLUTOT AVEC DES PARTICIPATIONS EXTRA REGIONALES...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES 59 CRUISE NE SONT QU,UN AVANT GOUT DE CE QUI VIENT...

Assad Fakhouri

La Syrie n'existe plus depuis longtemps
Ce pays aura du mal a se redresser
Pour il fait semblant d'exister grâce aux milices étrangères, à l'aviation russe et aux forces spéciales russes,
Le reste n'est qu'un bavardage d'un dictateur assassin à la recherche de sa fuite qui ne va pas tarder

Jaber Kamel

Mais mon grand HÉROS BASHAR EL ASSAD TU NE PERDRAS JAMAIS LA GUERRE QUI T'EST FAITE PAR LES COMPLOTEURS BACTERISÉS WAHABITES.

LA SYRIE NE DISPARAÎTRA JAMAIS TOUTE SEULE.
Et ça l'occident à la dérive le sait tout comme leur maître dominateur et sûr de lui.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET LE GLAS SONNE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Bery tus

concernant le convoi humanitaire, les rebelles se sont récuser et ont affirmer s'etre tromper sur la provenance (mais encore je pense que le regime y est pour qlq chose) au moins eux AVOUE S'ETRE TROMPER ...

Bery tus

Assad tu n'es plus rien ... avec la désinformation de vos médias vous n'allez plus convaincre personne ... vos medis avaient affirmer qlq heure seulement après le bombardement qu'aucun avion syrien n'avez ni survoler ni bombarder quoi que se soit .. après on entend des russe qu'en fait oui il y a eu bombardement de vos avions sur un dépôt ou se trouvait les fameux gaz toxique ( mensonge car selon les expert du monde le gaz ne se serait pas répondu comme il l'a fait si s'était vraiment le cas) et après vos propre média affirme Le contraire de ce qu'ils avaient dit plutôt ... donc ma question qui dit vrai tous les médias et expert du monde ou les médias de vos alliés ?!?!? J'opterai bien sûr pour les médias et expert du monde

M.V.

Pourquoi suivre aveuglement le vocabulaire de journaliste , par exemple, du "style attaque chimique" ...et si un bombardement de l'aviation ...avait touché un dépôt d'armement chimique ...? cette attitude des journalistes rappel étrangement "le coup du bombardement du convoi humanitaire " à Alep ...qui après s'est avéré être un acte des djihadistes d'Al Nosra ...

carlos achkar

La Syrie d'avant 2011 n'est plus sur la carte et la défaite du régime des ASSAD est proche.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA REGION SE DIRIGE VERS LES ESCALADES ET VERS UNE DEFLAGRATION MAJEURE... UNE TROISIEME GUERRE MONDIALE SUR LE SOL DU MOYEN ORIENT !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

APRES CES DECLARATIONS LE MONDE SAIT A QUOI S,EN TENIR... LES MASQUES SONT TOMBES... ET QUAND ON DIT LA VICTOIRE ON DIT OU LA DEFAITE AUSSI...

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon OLJ, vous devez au préalable vous identifier.