X

À La Une

Les raisons de l'"attaque chimique" en Syrie divisent les experts

analyse

Pour Salman Shaikh, la culpabilité de Bachar el-Assad est certaine "car il ne s'agit pas d'un acte isolé".

 

OLJ/AFP/Sammy KETZ
08/04/2017

Si pour les Occidentaux la responsabilité du président syrien dans "l'attaque chimique" ne fait aucun doute, les experts sont dubitatifs sur les raisons qui l'auraient poussé à commettre un tel impair au moment où tout lui souriait. Vendredi, 59 missiles de croisière Tomahawk ont été tirés par deux navires américains en Méditerranée vers la base aérienne d'Al-Chaayrate (centre).

Dans une adresse solennelle à la télévision, le président américain Donald Trump a expliqué que Damas est "directement lié" aux évènements "horribles" de mardi à Khan Cheikhoun, où au moins 86 personnes, dont 27 enfants, ont été tués à la suite d'un raid aérien. Les images de victimes agonisantes, dont les symptômes étaient similaires à ceux constatés sur des victimes d'attaques chimiques selon des médecins sur place, ont choqué le monde.

Pour l'expert Salman Shaikh, qui dirige un groupe de consultants portant son nom, la culpabilité de Bachar el-Assad est certaine "car il ne s'agit pas d'un acte isolé, le régime a déjà commis (des attaques chimiques) à plusieurs reprises".
Si d'après ses informations "de hauts responsables militaires du régime comme Maher el-Assad ou Riyad Makhlouf ont paniqué en affirmant à qui voulait les entendre qu'ils ne savaient rien sur cette attaque, nous savons que les fois précédentes (le régime) a multiplié les tests pour voir si (les Occidentaux) allaient réagir", a-t-il expliqué à l'AFP.

Depuis le début du conflit il y a six ans, les Occidentaux ont à plusieurs reprises demandé des sanctions à l'encontre de Damas qui n'ont pas abouti en raison des vétos de la Russie, mais n'ont pas frappé, même après l'attaque chimique dans la banlieue de Damas qui avait causé la mort de plusieurs centaines de personne à l'été 2013.

 

(Lire aussi : Ce qu'il faut comprendre de l'attaque US contre la base syrienne)

 

 

Motivations 'pas claires'
"Ce qui est moins clair, ce sont les motivations stratégiques derrière l'attaque aux armes chimiques attribuée au régime d'Assad, car elle a ouvert la voie à des interventions ultérieures qui peuvent réduire les capacités militaires de la Syrie", s'interroge Reed Foster, analyste militaire à l'institut Jane's.

Pour le directeur de recherche au Royal United Service Institute (RUSI), le professeur Malcolm Chalmers, la stratégie du régime "vise surtout à démoraliser les populations civiles dans les territoires qu'il ne contrôle pas. C'est une tactique que (le régime) a utilisé à maintes reprises (...) car il croit encore pouvoir contrôler la majorité de la Syrie".

Une autre hypothèse pourrait être une opération menée par l'appareil militaire syrien sans l'aval de Bachar el-Assad. "Je pense que ce sont les ultras à Damas qui auraient pris la décision pour se venger des Russes qui négocient sur le dos de la Syrie. Toute la question est de savoir si Assad lui-même est dans le coup", estime pour sa part l'expert de la Syrie au Washington Institute, Fabrice Balanche.
"Si les Russes et le régime restent calmes, il n'y aura pas d'escalade après la frappe de vendredi. Le but est de punir les excès du régime et non d'aller à la confrontation. Poutine a compris le message. Lui aussi est furieux contre Assad mais il est obligé de le soutenir", soutient M. Balanche.

 

(Lire aussi : Quand Trump rencontre le reste du monde...)

 

Les suspects
Autres suspects, les Iraniens qui "voient d'un mauvais oeil les Russes prendre toute la place en Syrie", ajoute l'expert. "Il ne faut pas exclure l'Iran car ce pays ne veut pas voir de rapprochement entre les Etats-Unis et la Syrie", estime lui aussi un chercheur libanais qui souhaite garder l'anonymat car il travaille en Syrie.

Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson avait déclaré lors d'une visite en Turquie fin mars que le sort du président Assad devait être décidé par "le peuple syrien". "Il faut choisir ses batailles", avait de son côté affirmé l'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley, jugeant que la priorité de Washington n'était plus de se concentrer sur le départ d'Assad.

Pour Waddah Abded Rabbo, directeur du quotidien al-Watan proche du pouvoir à Damas, "le régime n'avait aucun intérêt à provoquer une attaque chimique surtout après qu'Assad a obtenu ce qu'il attendait depuis six ans: la reconnaissance et la légitimité par les États-Unis. "Pourquoi aurait-il gâché cette opportunité en lançant une attaque chimique dans une localité qui n'a aucune importance stratégique ou militaire?"

Pour lui, ce sont "vraisemblablement les Turcs qui ont mené cette opération car le rapprochement entre le gouvernement syrien et Washington leur est inacceptable". "Toute cette opération les remet en scène et les rapproche de nouveau des Américains avec l'espoir que Washington changera d'avis sur Assad", estime-t-il.

 

Lire aussi

Tsars Academy, l'éditorial de Issa GORAIEB

Donald Trump s’installe aux antipodes de Barack Obama

Ce que les rebelles syriens attendent désormais d’« Abou Ivanka el-Ameriki »

L'attaque chimique, une "ligne rouge" déjà franchie en Syrie

La thèse d'un accident à Khan Cheikhoun est "fantaisiste", estiment des experts

Syrie : pourquoi les Américains ont changé de ton

Khan Cheikhoun bouleversera-t-il tous les plans d'Assad ?

Un Syrien raconte comment il a survécu à l'attaque de Khan Cheikhoun

Assad : Soit la victoire, soit la Syrie sera rayée de la carte

Repères
Guerre en Syrie : trois jours qui ont tout changé

Conflit syrien : de l'attaque chimique présumée aux frappes américaines

Attaque de Khan Cheikhoun en Syrie : ce que l'on sait

Retour sur les utilisations d'armes chimiques dans le conflit syrien

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Alexandre Hage

Dans cette guerre de pipeline et gazoducs tout est possible même les hypothèses les plus tordues. Seuls et utilisé par tous le peuple syrien se meurt s'autodétruit s'entretue comme si l'histoire du Liban se répète chez son voisin sans en tirer une seule leçon ni par le dictateur de la Syrie et surtout pas par les arabes de la région.

aliosha

Pour savoir qui est responsable de quoi il faut vider ses poches: allons y Israel, Etats Unis France , Angleterre etc toujours consideres comme bienfaiteur.Le gaz c'et leur specialite : premiere et deuxieme guerre mondiale. , Vietnam et ainsi de suite , et maintenant ils font des test en Syrie et en Irak

Bery tus

Hehehe oui c'est ça c'est les turcs .. pq pas les mongols ?!? Aya turcs dans une base aussi loin de leur frontières et surtout contrôler par le régime ... je regarderai plutôt plus vers l'est !!! Bien sûr en partenariat avec le régime

M.V.

Enfin , des bonnes questions! mais elles ont moins de succès que les rumeurs ...! d'où l'intérêt pour essayer d'y voir de se poser encore des questions...!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DES SUPPOSITIONS A LA PELLE... LE PENTAGONE A LES MOYENS DE SAVOIR ET SAIT QUI EN EST RESPONSABLE !

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Apprendre à vivre sans les Américains

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants