Rechercher
Rechercher

Lifestyle - Sélection

Un ticket libanais pour les JO, une tradition tripolitaine aux origines inconnues... : découvrez le Weekender

Cette semaine, nous vous invitons aussi à déguster des glaces libanaises en Italie et à arpenter les rues de Bab el-Tebbané et Jabal Mohsen, désormais éclairées à l'énergie solaire.

Un ticket libanais pour les JO, une tradition tripolitaine aux origines inconnues... : découvrez le Weekender

Illustration Jaimee Haddad / L'Orient-Le Jour

Dans Le Weekender, L'Orient-Le Jour vous propose une sélection d'articles à (re)lire durant le week-end. Pour faire une pause, déconnecter (un peu) d'une actualité souvent trop sombre ou encore découvrir de belles initiatives libanaises.

Des panneaux solaires installés sur des toits à Aramoun, au sud de Beyrouth. Photo João Sousa

Un nouveau fonds au Luxembourg dédié aux investissements « verts » au Liban

En 2015, lors de l'Accord de Paris, le Liban s'engage à augmenter de 15 % son apport énergétique venant de sources renouvelables et de 30 % en cas d’aide au financement. Pour aider le pays à tenir ses engagements, le Programme des Nations unies pour le développement à Beyrouth a créé un nouveau fonds spécifiquement dédié aux investissements « verts » au Liban. Suzanne Baaklini vous explique son fonctionnement.

Laetitia Aoun posant avec son ticket pour les Jeux olympiques de Paris et un drapeau du Liban après sa victoire aux tournoi de qualification olympique, qui s'est tenu à Tai'an, en Chine, du 15 au 17 mars. Photo issue du compte Instagram de Laetitia Aoun.

La Libanaise Laetitia Aoun qualifiée pour les Jeux olympiques en taekwondo

Elle était déjà numéro 1 du classement asiatique dans sa discipline, la voici désormais qualifiée pour les Jeux olympiques de Paris 2024 ! Laetitia Aoun a remporté le tournoi de qualification en catégorie des moins de 57 kg, devenant la troisième athlète libanaise à décrocher son ticket pour la France, à seulement 22 ans. Gabriel Blondel vous raconte le parcours de cette jeune femme originaire de Damour.

Des visages grimés défilent dans les rues de Mina. Photo João Sousa

À Tripoli, le Zambo, une tradition du carême tonitruante et pleine de couleurs

Chaque année, les habitants de Mina, en bord de mer juste à côté de Tripoli, se griment le visage et le corps de noir et d’or, enfilent des jupes en papier et des perruques de clown aux couleurs de l’arc-en-ciel et défilent dans les ruelles en pierre en frappant sur des tambours. Cette tradition annuelle est censée marquer la veille du carême orthodoxe et ressemble un peu au carnaval brésilien et au mardi gras de La Nouvelle-Orléans. Mais si l'on demande aux habitants d'où vient cette tradition, « chacun a une histoire différente », écrit Madeline Edwards, qui s'est rendue sur place...

@lebanonbydan, de la nostalgie, de la joie et de l'élégance. Photo DR/ montage OLJ

Le compte Instagram Lebanon by Dann (Sayegh) décrit un Liban beau et joyeux

Présenter le Liban, celui raconté par ses parents et grands-parents, celui qui existe toujours mais qui est, selon lui, souvent mal représenté dans les médias : voici la mission que s'est donné Danny Sayegh, 29 ans, à travers la création du compte Instagram @lebanonbydann. Dans ses publications, « Dann » a la nostalgie d’un passé qu’il n’a pas connu, celle d’un pays dont il veut donner à voir la beauté. Carla Henoud vous fait la visite.

Si vous avez raté le Weekender de la semaine dernière

Une dauphine libanaise, un Mzaar enneigé, un Vernis Rouge au sommet... découvrez Le Weekender


Julie (g.) et Yasmine Audi dans leur boutique milanaise. Photo David Raffoul

Les Libanaises Yasmine et Julie Audi embarquent les glaces et les Angel Cakes d’OSLO à Milan

Elles avaient l'habitude, en rentrant chaque jour de l'école, de trouver leur maman affairée à brancher des machines à glace dans toute la maison, dès lors comme transformée en un laboratoire de crème glacée. Trente ans plus tard, après avoir repris le flambeau familial avec la création en 1997 de la pâtisserie et glacerie OSLO, les deux soeurs Yasmine et Julie Audi ouvrent une boutique à Milan. Gilles Khoury revient sur une histoire de famille faite de sucre et de douceurs.

Un coin de l’exposition. Photo Mansour Dib

(Dé)chiffrées, les sculptures de Hady Sy redonnent sa place à l’humain

Dans un monde dominé par les chiffres, l'artiste Hady Sy a choisi de pousser le spectateur à se questionner sur la place de l'humain : durant le covid, les patients sont devenus des chiffres ; dans les guerres, on ne compte que les morts. Une déshumanisation que l'exposition « It's a Numbers Game » cherche à montrer à travers des œuvres intégralement composées de chiffres. Zéna Zalzal vous en fait faire le tour.

Un beau bâtiment blanc au cœur de l’île de Saadiyat abrite la Fondation d’art Bassam Freiha. Photo DR

La Fondation d’art Bassam Freiha s’installe au cœur du district culturel de Saadiyat, à Abou Dhabi

Pour abriter sa collection d’art, Bassam Freiha avait initialement prévu de construire un espace dans le jardin de sa villa d'Abou Dhabi. Un jour, il présente les plus d'un architecte à son ami, qui n'est autre que le cheikh Mohammad ben Zayed ben Sultan, président des Émirats arabes unis et gouverneur d'Abou Dhabi. Celui-ci propose alors de lui attribuer un terrain sur l’île de Saadiyat, le district le plus prestigieux des Émirats... May Makarem vous guide dans ce bâtiment qui semble comme flotter au-dessus de l'eau. 

Un panneau solaire récemment installé dans la rue qui sépare les quartiers de Jabal Mohsen et de Bab el-Tebbané à Tripoli, le 21 février 2024. Photo João Sousa

À Bab el-Tebbané et Jabal Mohsen, d'anciennes lignes de front éclairées à l'énergie solaire

Bab el-Tebbané et Jabal Mohsen sont deux quartiers dont les murs sont criblés d'impacts de balles, stigmates de batailles sectaires récurrentes, exacerbées par le déclenchement de la guerre civile en Syrie en 2011. Mais depuis septembre 2023, par l'intermédiaire d'une association, les anciens combattants rivaux travaillent désormais ensemble pour installer des panneaux solaires. Sally Abou AlJoud et Amanda Haydar racontent cette transformation.

Dans Le Weekender, L'Orient-Le Jour vous propose une sélection d'articles à (re)lire durant le week-end. Pour faire une pause, déconnecter (un peu) d'une actualité souvent trop sombre ou encore découvrir de belles initiatives libanaises.Des panneaux solaires installés sur des toits à Aramoun, au sud de Beyrouth. Photo João SousaUn nouveau fonds au Luxembourg dédié aux investissements «...

commentaires (2)

Sally Abou AlJoud et Amanda Haydar raconte cette transformation (Racontent) … au surlendemain de la journée internationale de la Francophonie…..

C…

18 h 22, le 22 mars 2024

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Sally Abou AlJoud et Amanda Haydar raconte cette transformation (Racontent) … au surlendemain de la journée internationale de la Francophonie…..

    C…

    18 h 22, le 22 mars 2024

    • L'erreur a été corrigée, merci !

      L'Orient-Le Jour

      18 h 48, le 22 mars 2024

Retour en haut