X

Liban

Les régions libanaises qui accueillent les pèlerins rentrés d’Iran, entre défi et panique

Coronavirus

Dans certains villages de la Békaa, la tension gagne les habitants, dont beaucoup n’envoient plus leurs enfants à l’école. À Nabatiyé, en revanche, certains revendiquent leur décision de ne pas respecter les règles de la quarantaine.

26/02/2020

La découverte du premier cas de coronavirus au Liban jeudi soir, une patiente qui rentrait de Qom en Iran, a alimenté la tension qui régnait déjà dans un pays en butte à une grave crise socio-économique. Mais la nouvelle a été diversement accueillie dans les villages où sont revenus les voyageurs, dont de nombreux pèlerins, de retour d’Iran ces derniers jours.

La ville de Nabatiyé, d’où sont originaires plusieurs de ces pèlerins, fait face avec une certaine sérénité au risque de contagion. Ainsi, les habitants traitent les pèlerins fraîchement rentrés avec bienveillance, voire, pour certains, avec une désinvolture ostentatoire, teintée de défi : en effet, selon plusieurs témoignages anonymes recueillis par notre correspondante sur place, respecter les directives de l’État, qui appellent notamment ceux qui rentrent d’Iran à rester confinés chez eux pendant la période d’incubation, reviendrait à reconnaître la faiblesse de l’État iranien. Or certains, reprenant la rhétorique de quelques responsables iraniens, estiment que la République islamique est de nouveau la cible d’un complot étranger, qui passe notamment par ce qu’ils estiment être une surmédiatisation de la crise épidémiologique en Iran. Et ces pèlerins, de retour d’Iran, entendent ne pas être les outils inconscients de cette « guerre du microbe ».


(Lire aussi : Des masques, pour quoi faire..., l'éditorial de Issa GORAIEB)


Voilà pourquoi la plupart des passagers de l’avion où se trouvait la patiente infectée (jeudi soir) ont refusé de respecter les règles de la quarantaine à domicile imposée par le ministère de la Santé, et même de subir les tests nécessaires, ne serait-ce que pour se rassurer. Selon les informations de L’Orient-Le Jour, seuls trois passagers de ces avions, parmi ceux originaires de Nabatiyé, ont accepté de subir les tests réglementaires : l’un d’entre eux a été transféré à l’hôpital Rafic Hariri de Beyrouth, et les deux autres se sont volontairement isolés dans leurs domiciles à Kfarremane (caza de Nabatiyé). Des agents de la municipalité ont en outre été postés devant leur maison.

Les autres passagers ont non seulement refusé d’être placés en quarantaine, ils ont également continué d’envoyer leurs enfants à l’école, même si ceux-ci faisaient partie du voyage en Iran. Ainsi, une femme ayant requis l’anonymat a déclaré à L’OLJ : « Attendez quatorze jours, alors vous vous rendrez compte que tout cela n’était qu’un complot contre l’Iran. »

Avec au moins 15 morts, l’Iran figure parmi les pays les plus touchés en dehors de la Chine, foyer de l’épidémie. Hier, plusieurs pays arabes du Golfe ont annoncé des mesures destinées à limiter les déplacements avec l’Iran, après l’annonce de dizaines de cas d’infection au nouveau coronavirus touchant des personnes revenant de la République islamique. Au Liban, la ministre de l’Information, Manal Abdel Samad, a annoncé hier une « décision de limiter le trafic aérien et de stopper les pèlerinages religieux dans les pays touchés par le coronavirus ».

Certaines personnes interrogées ont néanmoins indiqué à nos correspondants se préparer à organiser des pèlerinages vers les villes sacrées d’Iran, et ce malgré la recommandation du Conseil supérieur chiite de ne pas s’y rendre jusqu’à nouvel ordre.



(Lire aussi : Mensonges et pénuries : l’Iran face au coronavirus)



Dans la Békaa, une attitude différente
Dans la Békaa, les pèlerins revenant d’Iran sont rentrés dans plusieurs localités, notamment Taalabaya, Hazerta, Baalbeck et ailleurs. À Baalbeck, un cas jugé suspect a été hospitalisé à l’hôpital Rafic Hariri, mais sa contamination par le coronavirus n’a pas été confirmée. Certes, la question du risque de contamination reste très sensible auprès de l’entourage de ces personnes, qui sont généralement membres du Hezbollah ou proches de ce parti, surtout que les pèlerins de retour d’Iran sont pour la plupart des proches de victimes tuées au combat.

Selon certains témoignages, et contrairement à Nabatiyé, les pèlerins de retour d’Iran n’ont pas toujours été accueillis à bras ouverts par leur entourage dans certaines localités de la Békaa. La passagère de l’un des avions, de retour à son domicile, a suscité une vague de panique parmi ses voisins et même ses proches, dont plusieurs ont hésité à lui rendre visite. Certains se demandaient même pourquoi elle n’était pas restée à Beyrouth pour subir le test de dépistage.


(Lire aussi : Coronavirus : Le gouvernement limite le trafic aérien, mais ne se décide pas encore à fermer les frontières)


D’autres voyageurs sont conscients de leur responsabilité à l’encontre de leur entourage et de leur ville. Certains font preuve d’une importante autodiscipline, comme cette dame, dans un village de la Békaa-Ouest, qui demeure cloîtrée dans sa maison, ainsi que son mari, portant continuellement un masque, stérilisant tout autour d’elle et refusant même de recevoir ses enfants, selon un témoignage recueilli. Une autre voyageuse, rentrée dans son village natal de Lebbaya, respecte les directives du ministère de la Santé à la lettre, prenant sa température plusieurs fois par jour et avisant les autorités du résultat. Deux nouveaux voyageurs du même village, supposés rentrer jeudi, seront probablement placés en quarantaine ailleurs que dans leur domicile, rapporte un habitant, qui tient son information de la municipalité.

Par ailleurs, à Jdita et Machghara, des parents ont refusé d’envoyer leurs enfants à l’école en début de semaine, en attendant des nouvelles plus rassurantes. Même les élèves qui se rendent en classe cette semaine sont munis de gel antiseptique.



Lire aussi
Face aux étals dévalisés à Milan, les Libanais se souviennent des « années de guerre »

Coronavirus : le Liban a les capacités médicales pour gérer une éventuelle épidémie

Coronavirus : quand les Libanais se lâchent sur les réseaux sociaux

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

LA VERITE

Les régions libanaises qui accueillent les pèlerins rentrés d’Iran, entre défi et panique

vous auriez du dire entre stupidite et betise dangeureuse

LA VERITE

On peut vouloir mourrir pour une cause ou un pays
ils sont libre

mais on a pas le droit de tuer pour une cause d'autres gens qui n'ont rien a faire dans ce cauchemar mais se trouve par hazard a cote des gens peut etre infectes

une prison ou seuls les possible infectes ET LEURS PROCHES devraient etre mis comme sur ce bateau pres de Tokyo est la solution pour ceux qui, volontairement , ne pennent pas les mesures necessaires prises dans le monde entier et pas uniquement contre l'Iran

mais nos ministres ne peuvent rien contre cette masse de gens pro hezballah et les laissent faire sans se render compte du danger qu'ils posent a l'ensemble de la population
En Italy le gouvernement n'a pas hesite a mettre en quarantaine une ville de 50000 habitants pour ne pas propager le virus

MAIS CELA C'EST EN ITALY

Je partage mon avis

...et ça s'appelle la sélection naturelle.

Aboumatta

Si cela continue... on se dirigera vers deux Liban, l'un avec les gens 'normaux' et l'autres avec les contaminés qui seront interdit de séjour chez les gens normaux.
je vous laisse deviner qui seront les premiers contaminés.... et de quelle manière notre pays sera découpé
car on peut accepter de vivre avec tout le monde sauf la bêtise profonde
khallis on n en veut plus, notre pays sera deux.

Stes David

Je trouve que du point journalistique on doit moderer un peu le ton, car si on ecrit "outils inconscients de cette « guerre du microbe »" ca va deja loin ... C'est un peu une insinuation qu'il s'agit d'une guerre.

Remy Martin

Le parti assassin ajoute à son palmares.

Bashir Karim

Connaissant notre population, il fallait impérativement mettre tous ces passagers en quarantaine. Un virus n’est ni pro ni contre l’Iran ou les USA. Il passe d’hôte en hôte sans tenir compte des affinités politiques. Par contre? Il est de la responsabilité de l’état de prendre les mesures nécessaires pour préserver sa population. Mais quel état?

Citoyen libanais

L'aveuglement idéologique et l'incommensurable ego collectif des partisans de l'Axe vérolé leur sera fatal un jour où l'autre, d'une façon ou d'une autre. A Dieu seul appartient la vengeance.

DC

Nous avons donc un vice ministre iranien (de la santé, qui plus est !!!) atteint de corona virus et qui a dû très probablement contaminer l’ensemble du gouvernement auprès duquel il siège, et son pays (l’Iran) continue pourtant de minimiser l’étendue de la pandémie sur leur territoire.
Chez nous, comme il faut bien se distinguer et faire preuve d’encore plus de bêtise et d’inconscience qu’ailleurs, non seulement on nie et on regarde ailleurs, mais voilà que des crétins et crétines locaux font maintenant état de la théorie du « complot contre l’Iran » pour justifier leur défiance à l’égard de toute forme de précaution et de responsabilité. Comment ne pas désespérer devant tant d’inconscience criminelle ??

Eddy

Les gens à Milan (Italie) sont restés chez eux. Donc pas de complot rassurez-vous.

Stephane W.

La stupidité en action: qu'est ce que ça a avoir les complots contre la république islamique et un virus hyper contagieux? Selon la même logique, est ce un complot contre l'Italie? La Corée du Sud? Au lieu de mettre en cause la promiscuité des manifestations populaires qu'il s'agisse de dévotions, comme en Corée ou en Iran ou de matchs sportifs, des salles de cinémas , théâtre... On sort l'argument du complot.
Quand les Arabes deviendront-ils des gens raisonnables?

Je partage mon avis

Conforme à la taille de leurs cervelle.

Liberté de Penser

Comme d’habitude, certains libanais vivent au 21 élevé siècle et d’autres au moyen âge

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

RESPONSABLE L,ETAT QUI A LACHE CES REVENUS D,IRAN PARMI LA POPULATION AU LIEU DE LA QUARANTAINE.

Aboumatta

Enfin, le virus s'accroche facilement à l'argent et y reste pour 9 jours
alors surtout, n'oublier pas de remercier l'Iran pour leurs dons en embrassant les billets de dollars bien bien fort !

C'est moi

L'inconscience manIfestée par certains de ces voyageurs — surtout à Nabatiyé — est rien moins que criminelle.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants