X

À La Une

Coronavirus : quand les Libanais se lâchent sur les réseaux sociaux

Liban

"Puisqu'on a la corruption, la pauvreté, la famine, la pollution, le vol, un Etat failli et maintenant le corona, passons tout de suite au Jugement dernier".

OLJ
21/02/2020

Les Libanais ont rivalisé d'ironie et de sarcasme sur les réseaux sociaux après l'annonce, vendredi, du premier cas de coronavirus Covid-19 au Liban, qui constitue pour la plupart des internautes la dernière des mauvaises nouvelles du pays qui traverse sa plus grave crise économique depuis 30 ans.

Le hashtag #كورونا - #corona en arabe - est depuis cette annonce le mot-clé le plus utilisé sur Twitter.

"Puisqu'on a la corruption, la pauvreté, la famine, la pollution, le vol, un Etat failli et maintenant le corona, passons tout de suite au Jugement dernier", écrit cet utilisateur de Twitter.


Un mouvement inédit de contestation contre la classe dirigeante, accusée d'incompétence et de corruption, secoue le Liban depuis plus de quatre mois, sur fond de difficultés économiques qui se sont traduites par une forte inflation et des licenciements en masse, ainsi que des fermetures définitives de nombreux commerces. Ce mouvement vise particulièrement le mandat du président Michel Aoun.

"Un nouveau complot contre le mandat", s'amuse Rafic Harara, ponctuant son message du hashtag #corona.


"Aujourd'hui, les prix des masques de protection vont augmenter dans le pays d'Ali Baba et des ses compagnons les voleurs", dénonce cet internaute.


Sur Facebook, le photographe Patrick Baz a également ironisé. "'Il n'y a aucune raison de paniquer'. Comme la livre libanaise se portait bien, notre santé aussi se portera bien", a-t-il écrit sur sa page.



Le président de la Banque du Liban, Riad Salamé, est également l'une des cibles de la contestation contre les politiques monétaires du pays. "Savez-vous que Riad Salamé est plus dangereux que le corona ? On dirait que vous ne le savez pas", écrit cette internaute.


"Ceux qui ont contracté des virus provenant de Bourj Hammoud et de Costa Brava n'ont pas peur du corona", écrit Eddy Nader, en référence aux deux grandes décharges sanitaires à ciel ouvert installés au nord et au sud de Beyrouth qui suscitent la colère des riverains, des écologistes et de la société civile en général.



Pour mémoire

Un étudiant libanais rentré de Chine placé en quarantaine par mesure de précaution

"Nouveau coronavirus : "beaucoup trop tôt" pour prédire la fin de l'épidémie, selon l'OMS"

Le Libanais Adham al-Sayed : Je reste à Wuhan par devoir moral et humanitaire

Le coronavirus fait l’objet d’une campagne de désinformation au Liban

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Antoine Sabbagha

Il nous manquait encore le Corona pour voir plus du noir dans notre vie .

Sissi zayyat

Puisqu’on est dans le folklorique. On devrait invité une délégation du nord de l’Iran qui viendrait faire la bise et un long entretien avec tout ce staff et le miracle tant attendu aura lieu.
Que voulez-vous, il ne nous reste plus beaucoup de choix.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L,EXAGERATION EST UNE MAUVAISE CONSEILLERE.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants