Ministère

Abbas Mortada à la Culture et l’Agriculture : le grand écart, inévitablement

Sur les réseaux sociaux, on manie l’ironie et la plaisanterie pour dénoncer une aberration.

Le nouveau ministre de la Culture et de l’Agriculture, Abbas Mortada. Photo AFP

« J’ai planté une fleur dans ma maison, elle m’a donné une histoire. » Cette phrase pleine d’humour de l’internaute Ali Awada légende la photo d’une plante qui, en fleurissant, donne des feuilles… en papier, et ces feuilles racontent une histoire. À lui seul, le trait d’esprit publié sur Facebook résume l’une des aberrations majeures dans la formation du nouveau gouvernement présidé par Hassane Diab : celle d’avoir accordé au ministre Abbas Mortada les deux portefeuilles de l’Agriculture et de la Culture. Deux ministères qui n’ont absolument rien à voir l’un avec l’autre, sauf dans leur étymologie. Tous les deux sont formés du mot culture, du mot latin cultura, qui veut dire cultiver et célébrer. Et cette aberration, les internautes ne se privent pas de la dénoncer, qui avec humour, qui avec colère, qui par des points d’interrogation pour montrer leur incompréhension et leur profond désaccord. « Abbas Mortada, membre d’Amal, est ministre de l’Agriculture et… de la Culture ? » demande ainsi Nadim el-Kak sur Twitter, comme pour se demander s’il n’y avait pas erreur.


(Lire aussi : Au secours, un ministère génétiquement modifié ! Le billet de Maya Ghandour Hert)



« Faire de son jardin une bibliothèque »

De son côté, Tania A. rappelle que « la culture version Liban 2020, c’est faire de son jardin une bibliothèque ». Alors qu’Anis Tabet explique tout bonnement qu’« on ne peut épeler le mot agriculture sans le mot culture ». Quant au militant des droits de l’homme Wadih al-Asmar, cofondateur de la campagne « Vous puez ! » et membre actif de la révolte populaire, il relève une « justification logique dans la fusion des deux ministères de la Culture et de l’Agriculture » dans un savant jeu de mots qui démontre qu’au final, il est difficile d’établir un rapport « entre la distribution de mazout (profession de membres de la famille du ministre) et la lecture ».

Car outre le cumul de ces deux ministères qui n’ont rien à voir l’un avec l’autre, la question se pose sur la capacité du nouveau ministre de 38 ans, époux de Roula Hamiyé et père de deux enfants, à assumer avec succès deux portefeuilles particulièrement chargés. À développer une agriculture locale moribonde de manière à améliorer la production et l’exportation. À faire rayonner la culture libanaise en manque de soutien à l’échelle locale, régionale et internationale. Un défi de taille pour cet hôtelier et directeur général d’une société immobilière, qui n’en est pas moins détenteur d’une licence en droit et poursuit un doctorat en histoire à la Beirut Arab University. « Un grand écart », pour certains, qui font part de leur profond scepticisme sur le bien-fondé d’une telle entreprise. Originaire de Baalbeck, de confession chiite, l’homme est aussi connu pour être proche du président du Parlement, Nabih Berry, et pour être membre de son mouvement Amal. Ce qui devrait lui laisser « peu ou pas de liberté » dans l’exercice de ses fonctions.

Il n’en reste pas moins que les avis des professionnels restent partagés. Entre ceux qui espèrent le voir développer leur secteur et les autres, sceptiques, qui n’en attendent absolument rien. Contactée par L’Orient-Le Jour, la présidente du Festival de Baalbeck, Nayla de Freige, insiste sur l’importance d’« une vision culturelle » pour le pays du Cèdre. « Je souhaite que la culture ne soit pas reléguée au deuxième ou troisième plan, malgré les difficultés que traverse le pays », souligne-t-elle. Constatant la participation au cabinet Diab de deux ministres originaires de Baalbeck, elle espère « que le festival obtiendra le soutien du gouvernement pour mener à bien sa mission ».


(Lire aussi : Un gouvernement, quelques bonnes têtes, et après... ?, le commentaire d'Elie Fayad)



« Du même parti que ceux qui ont détruit le secteur »

Commentant de son côté la nomination de M. Mortada, une source bien informée dans le milieu culturel « regrette que le ministère de la Culture ne soit pas considéré à sa juste valeur ». Car « il ne s’agit pas d’un petit ministère, mais d’un secteur d’importance, qui attend de voir appliquer la stratégie déjà mise en place et qui a besoin de financement ». Outre la gestion et la restauration des sites archéologiques (notamment les cinq sites qui figurent sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco), la gestion des musées, du conservatoire, du palais de l’Unesco et de la bibliothèque nationale, le ministère de la Culture soutient aussi nombre d’associations artistiques.

Du côté des agriculteurs, les réponses sont tout aussi partagées. C’est un niet tonitruant que le président de l’Association des agriculteurs, Antoine Hoyek, oppose au nouveau ministre Mortada. D’abord « pour ces deux portefeuilles qu’il a obtenus », et parce qu’ « il n’a rien à voir avec l’agriculture ». Mais surtout parce qu’« il vient du même parti (Amal) que ceux qui ont détruit le secteur agricole ». « Sa performance ne différera donc pas de celle de ses prédécesseurs qui ont échoué à esquisser ne serait-ce qu’une stratégie de protection et de développement du secteur, malgré les revendications des agriculteurs », affirme à L’OLJ M. Hoyek, qui revendique son appartenance à la révolte populaire et dénonce l’incompétence et la corruption de la classe politique.


(Lire aussi : Le ciel et le fromage, le billet de Fifi Abou Dib)



Plus mesuré, le président du Regroupement des agriculteurs de la Békaa, Ibrahim Tarchichi, « attend de voir les performances » du nouveau ministre avant de le juger. Pour l’avoir côtoyé, il salue « son niveau d’éducation et sa grande capacité de travail ». « L’essentiel est qu’il se penche sur le secteur agricole », insiste-t-il. Parmi les défis agricoles qui attendent Abbas Mortada, l’octroi de crédits aux agriculteurs pour l’achat de graines, d’engrais, d’insecticides et d’équipements, la protection de la production locale qui souffre de la concurrence étrangère et de la contrebande, le versement des subventions et indemnisations dues aux agriculteurs, la conclusion d’accords avec la Syrie pour le transit des produits agricoles à meilleur prix, l’amélioration des relations commerciales avec les pays arabes… « Je lui souhaite de réussir », conclut M. Tarchichi, tout en sachant pertinemment bien que le ministre devra jouer à l’équilibriste entre la culture et l’agriculture.


Lire aussi

Mission accomplie pour Hassane Diab, mais tout reste encore à faire, le décryptage de Scarlett Haddad

Diab : Je représente la contestation

« Provocation », « partage du gâteau », « farce »... La société civile fustige le cabinet Diab

Mohammad Fahmi face au défi de son legs politique


« J’ai planté une fleur dans ma maison, elle m’a donné une histoire. » Cette phrase pleine d’humour de l’internaute Ali Awada légende la photo d’une plante qui, en fleurissant, donne des feuilles… en papier, et ces feuilles racontent une histoire. À lui seul, le trait d’esprit publié sur Facebook résume l’une des aberrations majeures dans la formation du...

commentaires (11)

Ceux qui l'ont nommé à ces deux postes sont très "culturés". Il fallait lui ajouter le ministère des sports pendant qu'ils y sont puisque qu'il ya la culture physique. Quand aux ministres qui détiennent deux ministères qui necessite chacun un travail à plein temps, ils ne sont pas en reste. Mais nous avons un gouvernement de bric et brocs certes mais un gouvernement qui leur ressemble. Bande d'illettrés.

Sissi zayyat

14 h 17, le 26 janvier 2020

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • Ceux qui l'ont nommé à ces deux postes sont très "culturés". Il fallait lui ajouter le ministère des sports pendant qu'ils y sont puisque qu'il ya la culture physique. Quand aux ministres qui détiennent deux ministères qui necessite chacun un travail à plein temps, ils ne sont pas en reste. Mais nous avons un gouvernement de bric et brocs certes mais un gouvernement qui leur ressemble. Bande d'illettrés.

    Sissi zayyat

    14 h 17, le 26 janvier 2020

  • Une grande partie d'agriculteurs sont sous un fardeau de peine de rembourser des prets des banques, alors , faites quelques choses pour les aider. Sinon, les banques auront leur terrains.

    Eddy

    15 h 57, le 23 janvier 2020

  • Le temps de jadis. Pierre Gemayel, pharmacien, fut nommé ministre des Travaux publics... Cheikh Elias el-Khazen, expert en accidents de voitures, fut nommé ministre des Finances...Cheikh Clovis el-Khazen, fut nommé ministre de l'Education nationale et des Beaux-Arts, il confondait les paraphes avec les signatures ... Mais à part ça, tout allait bien, Madame la Marquise !

    Honneur et Patrie

    13 h 25, le 23 janvier 2020

  • Il n’y a que sur les réseaux sociaux qu’on ""manie l’ironie et la plaisanterie pour dénoncer une aberration"". Même le sérieux ""Le Monde"" dans son édition d’aujourd’hui : ""Cela s’accompagne de fusions improbables : parmi celles-ci, les portefeuilles de la culture et de l’agriculture ont été placés sous la houlette d’un même ministre."" Car entre culture générale, et agriculture, comme travail et télétravail, (celui-ci très à la mode pour préparer des dossiers à domicile), l’ironie mène au sarcasme pour évoquer le divertissement, car dit-on, dans télétravail, il y a plus de télé que de travail… et au Liban, dans agriculture, il y a un secteur excédent pour l’exportation, la culture d’un produit à usage médicinal genre très florissant dans la région du ministre. Souhaitons donc bonne chance à notre ministre, et qu’il nous assure par exemple le maintien du Salon du livre à Beyrouth, quand celui-ci n’est pas fermé pour cause d’activité sportive, (le marathon), l’est pour cause de révolution........ C. F.

    CHARLES FAYAD

    13 h 25, le 23 janvier 2020

  • CES DEUX MINISTERES N,ONT QUE LE MOT CULTURE EN COMMUN ET RIEN D,AUTRE CAR DIAMETRALEMENT OPPOSES.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 23, le 23 janvier 2020

  • Une autre aberration à relever dans la nomination du ministre Mortada à la Culture et pas de la moindre importance c’est que pour la troisième fois consécutive les ministres de la culture qui se sont succédés (G. Khoury, M. Daoud et maintenant Mourtada ) ne parlent aucun mot de français sachant que ce ministère est en charge de la Francophonie et représente le Liban auprès des instances Francophones (OIF ,UNESCO)et autres . Seul point positif c’est que peut-être le ministre Mortada pensera à unifier le salon de l’agriculture avec le salon de la lecture ...... Le Liban sans sa culture et sans la Francophonie n’est pas le Liban que tout le monde connaît et aime.

    Chadarev

    09 h 49, le 23 janvier 2020

  • Entre Culture et Agriculture je retiens Cul. A vous de tirer les conclusions.

    Tabet Karim

    09 h 45, le 23 janvier 2020

  • "Contactée par L’Orient-Le Jour, la présidente du Festival de Baalbeck, Nayla de Freige": pourquoi cette phrase schizophrène? Il aurait pourtant suffi d'écrire quelque chose comme: Nayla de Freige, présidente du festival de Baalbeck (et par ailleurs administratrice déléguée de l'Orient-Le Jour), insiste sur...

    Marionet

    08 h 32, le 23 janvier 2020

  • Why does the Amal party have to select an incompetent member to lead two key ministries in which he has no expertise whatsoever. They could have appointed Dr. Inaya Ezzeddine for the culture portfolio.

    Mireille Kang

    08 h 20, le 23 janvier 2020

  • Qu'il est décevant Monsieur Berri. Après une trentaine d'années à la tête du Législatif,il n'a pas appris ce que signifie la vraie démocratie. Il fait sortir ses ministrables en dernière minute,croyant faire des nominations dans le cadre de sa milice. Et tous les autres ne doivent pas en discuter. Belle démocratie.

    Chahine

    07 h 45, le 23 janvier 2020

  • C’est ce qu’on appelle avoir le c.. entre deux chaises. Ce qui est très pratique pour faire caca. Mais à part ça, je ne vois pas le rapport ni l’intérêt...

    Gros Gnon

    01 h 05, le 23 janvier 2020