X

Liban

Diab : Je représente la contestation

Exécutif

Le nouveau Premier ministre reconnaît, lors de la première réunion de son gouvernement au palais de Baabda, que le Liban fait face à une « catastrophe » économique et souligne les « immenses défis » qui attendent son équipe.


OLJ
23/01/2020

Le nouveau gouvernement de Hassane Diab a tenu hier sa première réunion au palais de Baabda, sous la présidence du chef de l’État Michel Aoun, à l’issue de laquelle le Premier ministre a reconnu que le pays faisait face à « une impasse financière, économique et sociale », assurant par ailleurs représenter le mouvement de la contestation au sein du cabinet.

« Nous sommes face à une catastrophe et nous devons alléger l’impact et les répercussions de cette catastrophe sur les Libanais », a dit M. Diab, dans une déclaration lue par le secrétaire général de la présidence du Conseil, Mahmoud Makkiyé. « Nous devons assurer une stabilité qui préserve le pays, a-t-il encore dit. D’énormes défis nous attendent (...). Les Libanais ont le droit de clamer et d’exiger d’arrêter cette dégringolade. Nous devons atténuer la catastrophe. » M. Diab a également exprimé le souhait que ses ministres « présenteront une image différente du travail gouvernemental. Nous devons travailler jour et nuit pour atteindre nos objectifs, nous ne sommes pas un gouvernement politique et notre équipe devra être exceptionnelle dans la performance de ses ministres », a-t-il déclaré. Depuis le Grand Sérail où il s’est rendu à l’issue du Conseil des ministres, le nouveau Premier ministre a assuré « représenter le “hirak” », le mouvement de contestation, au sein du gouvernement « tout comme plusieurs ministres, dont la ministre de la Justice et la ministre de la Jeunesse et des Sports ». « Je suis en contact constant avec le hirak, et comme on dit, il y a 107 groupes différents, a-t-il ajouté. Entre quatre et six ministres représentent le mouvement de protestation au sein du gouvernement, mais l’ensemble du gouvernement, avec son approche, représente le mouvement. » M. Diab se targue d’avoir formé une équipe d’experts, mais un grand nombre des ministres ont été nommés par les partis de la mouvance du 8 Mars ou en sont proches. La ministre de la Justice, Marie-Claude Najm, est proche du Courant patriotique libre, alors que celle de la Jeunesse et des Sports, Varty Ohanian, est proche du parti Tachnag.

« Avec ma voix, les femmes ont le tiers de blocage que j’appelle le tiers de garantie », a également dit M. Diab en référence au fait que six femmes font partie de son gouvernement. Le chef du CPL et ministre sortant des Affaires étrangères, Gebran Bassil, n’a pas pu obtenir, comme il le souhaitait, le tiers de blocage, du fait de l’élargissement du gouvernement, dont une première mouture comportait 18 membres.


(Lire aussi : Un gouvernement, quelques bonnes têtes, et après... ? Le commentaire d'Elie Fayad)




« Gagner la confiance »

Le chef de l’État Michel Aoun avait déclaré, au début du Conseil des ministres, que le nouveau gouvernement devait « gagner la confiance des Libanais et travailler pour atteindre les objectifs auxquels ils aspirent, que ce soit en ce qui concerne leurs conditions de vie ou la situation économique ». « Il est nécessaire d’œuvrer pour restaurer la confiance de la communauté internationale dans les institutions libanaises et rassurer les Libanais au sujet de leur avenir, a ajouté le chef de l’État. Nous avions préparé par le passé un plan économique et des réformes financières que le gouvernement devra mettre en œuvre ou modifier si nécessaire. »

Lors de cette réunion, le comité de rédaction de la déclaration ministérielle a été formé et doit tenir sa première réunion vendredi. Ce comité, dont la tâche est délicate, est présidé par le Premier ministre et composé des ministres des Finances, des Affaires étrangères, de la Justice, de l’Économie, de l’Environnement, du Développement administratif, de l’Information, de la Jeunesse et des Sports, des Télécommunications, de l’Industrie et des Affaires sociales, ainsi que du vice-Premier ministre.

« Il y aura des séances successives pour la rédaction de la déclaration ministérielle afin qu’elle soit prête le plus rapidement possible, mais je ne fixerai pas de délai », a précisé Hassane Diab.

Alors qu’on lui demandait si la déclaration ministérielle mentionnerait le triptyque « armée, peuple, résistance » prôné par le Hezbollah, le Premier ministre a répondu : « La réunion de vendredi évoquera de nombreuses questions, dont cette équation, mais laissez-nous le temps de réfléchir à la meilleure formule en ces circonstances. »


(Lire aussi : Le ciel et le fromage, le billet de Fifi Abou Dib)



Pas de révocation du gouverneur de la Banque du Liban

Évoquant le volet économique, M. Diab a assuré que « l’approche financière et économique du gouvernement sera complètement différente de celle des gouvernements précédents ». Il a dans ce cadre indiqué que « la révocation du gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé est actuellement hors de question ».

M. Diab a déclaré que son cabinet allait s’atteler à achever la déclaration ministérielle, afin de pouvoir obtenir la confiance (du Parlement) pour que le gouvernement commence à appliquer les réformes nécessaires.


(Lire aussi : Mission accomplie pour Hassane Diab, mais tout reste encore à faire, le décryptage de Scarlett Haddad)



Il a par ailleurs indiqué qu’il avait rencontré « loin des médias » un certain nombre d’ambassadeurs, dont l’ambassadeur de France, « et tous ont exprimé leur soutien au Liban et se sont déclarés prêts à aider le pays, dans le domaine financier et autre ». Il a aussi assuré qu’il se rendra prochainement à Dar el-Fatwa, qui ne l’a pas encore reçu depuis sa désignation depuis plus d’un mois, pour s’entretenir avec le mufti de la République.

Par ailleurs, les cérémonies de passation des pouvoirs ont commencé hier avec le ministère de la Défense, où la nouvelle ministre, Zeina Acar, également vice-présidente du Conseil des ministres, a demandé au peuple libanais de « surveiller » son action et de la juger sur cette base. « Je suis là pour agir et pour tenter d’accomplir quelque chose », a déclaré Mme Acar lors de la cérémonie de passation des pouvoirs avec son prédécesseur Élias Bou Saab. Ce dernier a salué « les sacrifices de l’armée » et s’est excusé « auprès de tous les citoyens estimant avoir été traités avec cruauté » lors de la répression de la contestation.


Lire aussi

Au secours, un ministère génétiquement modifié ! Le billet de Maya Ghandour Hert

Abbas Mortada à la Culture et l’Agriculture : le grand écart, inévitablement

« Provocation », « partage du gâteau », « farce »... La société civile fustige le cabinet Diab

Mohammad Fahmi face au défi de son legs politique

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sissi zayyat

La contestation ne sent pas représentée par Diab puisqu'il a failli à toutes se promesses et qu'il a montré qu'il était avant tout carriéristes et intéressé par le titre pompeux plutôt que par les soucis des citoyens.

Citoyen libanais

Mr Diab votre cabinet est fondé sur le mensonge et la tromperie c'est pour cela que nous n'avons pas à attendre que vous agissiez pour avoir la certitude que vous n'êtes pas légitime et que messieurs Aoun et Berri ne le sont plus.
En conséquence c'est un devoir pour tout citoyen libanais de ne pas vous obéir vous 3.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PRETENTION QUI FAIT RIRE VU LES MARCHANDAGES DES PARTIS DU 8 MARS ENTRE EUX POUR NOMMER LES MINISTRES. PM DIAB, VOUS REPRESENTEZ LES ABRUTIS CORROMPUS, VOLEURS ET INCOMPETENTS QUI SE CACHENT SANS PUDEUR DERRIERE VOTRE SIMULACRE DE GOUVERNEMENT.

Wlek Sanferlou

« Nous sommes face à une catastrophe et nous devons alléger l’impact et les répercussions de cette catastrophe sur les Libanais », a dit M. Diab"

C'est vrai car il se regarde dans un miroir! Ce cabinet est la catastrophe. Il contribuera à laisser filer ceux-là même qui sont responsables du déclin du pays et des ségrégations qu'ils nous imposent.

Yves Prevost

"Je représente la contestation". Eh bien ça promet! Quand on commence par un aussi gros mensonge...
Ou bien il na rien compris,ou bien i fait semblant. Et comme il est intelligent, je penche plutôt pour le second terme de l'alternative.
S'il avait un tout petit peu tenu compte des revendications populaires, il n'aurait pas été demander à chaque chef de parti combien il voulait de ministres.
L'ancien gouvernement était aux trois quarts dominé par le trio Amal-Hezbollah-CPL, celui-ci l'est à 100%. Autrement dit, on prétend vouloir redresser le pays avec ceux-là même qui l'ont mené à la ruine! Quelle (mauvaise) blague!
Qui va demander des comptes aux politiciens corrompus puisque le pouvoir est remis à leur hommes de main?
Merci Mr Diab!

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants