Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Hariri : Le Hezbollah n'est pas un problème libanais, mais un problème régional

"Nous sommes convaincus que maintenir la parité de la livre libanaise à 1.500 LL pour 1 dollar est le seul moyen de procéder aux réformes du gouvernement", affirme le Premier ministre libanais lors d'un entretien accordé à la chaîne CNBC.

Le Premier ministre libanais Saad Hariri lors d'une réunion au Grand Sérail, le 3 septembre. Photo Dalati et Nohra.

Le Premier ministre libanais, Saad Hariri, a affirmé mardi soir lors d'un entretien à la chaîne américaine CNBC que le Hezbollah n'était "pas un problème libanais, mais un problème régional", deux jours après des échanges de tirs à la frontière avec Israël, qui ont fait craindre une flambée de violences.

Ennemi juré d'Israël, classé organisation "terroriste" par l’État hébreu et les États-Unis, le parti chiite armé est un poids lourd de la vie politique au Liban, où il est représenté au gouvernement et au Parlement. Le Hezbollah est en outre militairement impliqué aux côtés du régime de Bachar el-Assad dans le conflit qui déchire la Syrie, où ses positions et ses convois d'armes sont régulièrement pris pour cible par des raids de l’État hébreu.

"Nous ne sommes pas d'accord avec les actions du Hezbollah, a affirmé le Premier ministre. Ce n'est pas mon problème ni ma faute si le Hezbollah est devenu aussi fort". Et de poursuivre : "Mais dire que le Hezbollah dirige le gouvernement est faux. Nous dirigeons le pays, je dirige, le président dirige avec moi en tant que président, ainsi que le président du Parlement". "Le Hezbollah est un parti politique, il fait partie du gouvernement et du Parlement, mais ne dirige pas le pays. Ce qu'il contrôle, c'est l'éventualité d'une guerre qui pourrait avoir lieu pour des raisons régionales sans que le Liban ait son mot à dire", a ajouté M. Hariri.

Dimanche, le Hezbollah a annoncé avoir détruit un véhicule militaire près d'une caserne israélienne se trouvant dans la région frontalière, en riposte aux bombardements d'une position en Syrie qui avait fait deux morts parmi les combattants du parti. L'armée israélienne a répliqué en lançant des dizaines de grenades incendiaires et de missiles sur "la source des tirs" du Hezbollah, provoquant uniquement des incendies dans des secteurs boisés.



(Lire aussi : Selon l'armée israélienne, le Hezbollah aurait une usine de missiles de précision dans la Békaa)



Déficit à 7%
Abordant par ailleurs la situation économique, Saad Hariri a affirmé avoir conscience "que nous avons un problème et que nous devons le régler". "Nous avons commencé à le faire avec le budget de 2019. De nombreuses institutions financières sont en train de nous donner des recommandations. Notre stratégie est de stabiliser le problème que nous avons et d'empêcher que la situation se détériore d'avantage", a-t-il ajouté.

Il a dans ce cadre indiqué que le gouvernement voulait ramener le déficit budgétaire à 7% du PIB en 2020. En effet, le budget approuvé en mai par le gouvernement libanais, après près vingt réunions réparties sur un mois, mise sur un ratio déficit/PIB de 7,59%. "Nous sommes en train de ramener notre déficit budgétaire à 7,6% du PIB cette année. Pour l'année prochaine nous visons un déficit de 7%, voire peut-être un peu moins. Je sais que nous avons un problème, mais Je suis confiant que nous pouvons en sortir", a-t-il ajouté.

Tout en assurant que "les réformes que le Liban s'apprête à mener sont les mêmes que le Fonds monétaire international nous conseille de faire", M. Hariri a affirmé que le FMI a "des critères que nous n’avons pas, en particulier en ce qui concerne la livre libanaise, chose extrêmement délicate pour nous". "Nous sommes convaincus que maintenir la parité de la livre libanaise à 1.500 LL pour 1 dollar est le seul moyen de procéder aux réformes du gouvernement (...) C'est le seul différend que nous avons avec le FMI", a-t-il expliqué.


Lire aussi

Courts de navigation, l'éditorial de Issa GORAIEB

« La CEDRE tient toujours », assure Pierre Duquesne à Beyrouth

Réformes : la Banque mondiale reste confiante dans le potentiel du Liban

« L’état d’urgence économique » réunit enfin les forces politiques du Liban

Le processus d’adoption du budget 2020 sur les rails

Nasrallah : Le Hezbollah "a brisé les lignes rouges" dans sa confrontation avec Israël

Après les échanges de tirs, le Hezbollah et Israël engagés dans une guerre psychologique

"Nasrallah est une marionnette iranienne", affirme le ministre israélien des AE



Le Premier ministre libanais, Saad Hariri, a affirmé mardi soir lors d'un entretien à la chaîne américaine CNBC que le Hezbollah n'était "pas un problème libanais, mais un problème régional", deux jours après des échanges de tirs à la frontière avec Israël, qui ont fait craindre une flambée de violences.Ennemi juré d'Israël, classé organisation "terroriste" par l’État hébreu...

commentaires (15)

Souveraineté La souveraineté d’un état se mesure par l’indépendance de ses institutions juridiques, la force et la neutralité de ses armées , la protection de ses frontières , la probité et l’efficacité de sa police, la puissance de sa diplomatie . Il ne peux y avoir de souveraineté dans un état ou des pans entiers de territoire sont transformées en zone de non droit livrés à la merci de chefs de guerre régnant par la terreur et l’arbitraire . Au Liban cela est valable pour la banlieue sud et autres territoires régentés par le Hezb ; et, les cités palestiniennes gérés par une mosaïque de seigneurie aux multiples visages . Dans les deux cas Israël est cet épouvantail qui inspire de vaines terreurs et sert de prétexte au maintien d’un arsenal parfois supérieur à celui de l’armée libanaise. Il est notoire qu’Israël n’a aucune velléité territoriale sur le Liban et que son existence n’est plus menacée par le Hezb ou les Palestiniens ; Les seuls qui en sont Menacés sont les Libanais ; Aoun et Hariri doivent aboutir à un consensus qui pourrait rendre à l’armée le droit exclusif de disposer des armes. Toutes les nations qui se veulent souveraines on adopté ce principe d’exclusivité.

ANDRE HALLAK

22 h 25, le 05 septembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (15)

  • Souveraineté La souveraineté d’un état se mesure par l’indépendance de ses institutions juridiques, la force et la neutralité de ses armées , la protection de ses frontières , la probité et l’efficacité de sa police, la puissance de sa diplomatie . Il ne peux y avoir de souveraineté dans un état ou des pans entiers de territoire sont transformées en zone de non droit livrés à la merci de chefs de guerre régnant par la terreur et l’arbitraire . Au Liban cela est valable pour la banlieue sud et autres territoires régentés par le Hezb ; et, les cités palestiniennes gérés par une mosaïque de seigneurie aux multiples visages . Dans les deux cas Israël est cet épouvantail qui inspire de vaines terreurs et sert de prétexte au maintien d’un arsenal parfois supérieur à celui de l’armée libanaise. Il est notoire qu’Israël n’a aucune velléité territoriale sur le Liban et que son existence n’est plus menacée par le Hezb ou les Palestiniens ; Les seuls qui en sont Menacés sont les Libanais ; Aoun et Hariri doivent aboutir à un consensus qui pourrait rendre à l’armée le droit exclusif de disposer des armes. Toutes les nations qui se veulent souveraines on adopté ce principe d’exclusivité.

    ANDRE HALLAK

    22 h 25, le 05 septembre 2019

  • Dire que HB est un probleme international C'EST DIRE QUE JE NE PEUX RIEN FAIRE MOI PREMIER MINISTRE DU LIBAN ET EN FAIT MOI PRESIDENT AOUN OU MOI PRESIDENT BERRY Quel aveu d'impuissance venant des plus hauts sommets de l'Etat Libanais NON MESSIEURS meme si vous ne pouvez rien faire c'est de votre devoir d'essayer avant que l'apocalypse ne tombe sur le Liban un jour prochain LA NEGATION NE RESOUE RIEN , ELLE RETARDE UNIQUEMENT L'INELUCTABLE. CELA N'EST PAS LE ROLE DES 3 DIRIGEANTS, LEUR ROLE EST DE TRAVAILLER A RESOUDRE LES PROBLEMES. C'EST POUR CELA QU'ILS SONT ELUS ET C'EST POUR CELA QU'ILS ENCAISSENT LEURS SALAIRES FAITES VOTRE DEVOIR MESSIEURS

    LA VERITE

    16 h 33, le 05 septembre 2019

  • Ils seront bientôt balayés en vertu des predictions de Nostradamus, s'informer un peu dans les médias specialisés....

    Je partage mon avis

    08 h 16, le 05 septembre 2019

  • Quo vadis, Saad Hariri

    FAKHOURI

    01 h 29, le 05 septembre 2019

  • Ainsi parlait Nostradamus aux ignoranTES.

    FRIK-A-FRAK

    20 h 56, le 04 septembre 2019

  • Le Hezbollah DIRIGE le pays n'en deplaise a notre premier ministre. PERSONNE N'OSE SE DRESSER OU S'OPPOSER AU HEZB. On en a des preuves dans notre vie de tous les jours. Pas besoin de faire l'autruche.

    sancrainte

    18 h 50, le 04 septembre 2019

  • En 1967 la guerre qui a atteint la Syrie, la Jordanie et l'Egypte n'a pas touché le Liban, de même que celle de 1973. La vrai guerre contre le liban, a démarrée en 1968 avec la destruction d'une grande partie de notre aviation civile et qui continue depuis, ne fût pas militaire malgré ce que le hezb veut nous faire croire en parlant de 2000, de 2006 et la roquette de dimanche! Elle a commencé par un effritement conçu et exécuter de façon magistrale et qui alterne des simili-puissances sectaires et confessionnelles au liban erodant ainsi le seul état democratique de la région. Le hezb est ainsi un problème libanais car il contribu activement à cet effritememt tout en se donnant l'illusion d'être un acteur positif. Inchallah que mon analyse soit erronée et stupide mais depuis 68 tout concorde...

    Wlek Sanferlou

    18 h 22, le 04 septembre 2019

  • Comment qualifier le fait d'utiliser le Liban comme base militaire d'une milice armée et entretenue par l'Iran, pour aller guerroyer en Syrie, en Irak, au Yémen etc. ? Pourquoi le Hezbollah, sous les ordres de l'Iran, se s'établit-il pas...en Iran ? En quoi le Liban est-il concerné par le conflit Iran-Israël ? Mis à part le sempiternel et faux prétexte de la "résistance", quel est la véritable raison de l'occupation du Liban par le Hezbollah ? Certainement pas le salut et l'indépendance de notre pays ! Irène Saïd

    Irene Said

    17 h 39, le 04 septembre 2019

  • aie aie aie et dire que cela meme veulent une economie viable et qui ne ressemble pas a l'iran !! pourtant ceux la meme qui soi-disant cherche le bien du peuple et des opprimes veulent engager le petit liban dans des guerre qui le depasse pauvre peuple libanais TOUT CELA JUSTE POUR DIRE QU'ON A COMBATTUT ET QU'ON A SAUVER LA FACE !! c'est debile et futile et c'est faire preuve d'une vision limite tout le monde sait que si l'on laisser Israel tranquil elle meme se disputera a l'interieur et ceux qui n'y croient pas il suffit de revoir l'histoire et s'Ils sont croyant comme ils le disent il croiraient profondément les causes de la separation il y a quelque milliers d'annees du peuple d'israel en 12 tribut .. A VOTRE AVIS PQ DIEU A FAIT EN SORTE DE LES SEPARER !?!? L'IGNORANCE ENGENDRE LA PEUR ET LA PEUR ENGENDRE LA HAINE CA VOUS LE SAVEZ TRES BIEN

    Bery tus

    17 h 00, le 04 septembre 2019

  • Content de lire que Saad sait ce que résister à L'INJUSTE veut dire . Il n'est pas le seul , mais il a eu le courage de le dire haut et fort , parce que tout tourne autour d'un pays belliqueux et dont la constitution est basée sur l'usurpation des terres d'autrui , très fort en propagande pour vous voler vos biens . Cette entité l'a fait aux palestiniens et a tenté de le faire au Liban, l'occupation et le vol de nos ressources et de nos terres arables n'est pas une vue de l'esprit mais les prisons où on torturait à Khiam au sud LIBAN existent encore. Maintenant que le Liban possède une force capable de faire entendre raison à ces voleurs de terre , on se ligue pour nous en déposséder. Seulement depuis 2000 , 2006 et le 1er Septembre, il ne sera plus question de se Laisser faire grâce à cette RÉSISTANCE LIBANAISE. Il ne pourra plus y avoir de chemin de retour ( NO WAY OUT ), ou le Liban sera respecté dans sa dignité ou bien TOUT LE MONDE , JE RÉPÈTE TOUTE LA RÉGION VA EN DÉGUSTER. Surtout les usurpateurs . Que cela soit bien dit et bien entendu , salut .

    FRIK-A-FRAK

    14 h 55, le 04 septembre 2019

  • Le Hezbollah est un poids lourd de la vie politique Libanaise et fait partie du gouvernement et du parlement. Sans l'ombre d'un doute, mais uniquement grâce à ses armes et rien d'autre !

    Remy Martin

    14 h 15, le 04 septembre 2019

  • Il existe bien un président de la république un parlement et un gouvernement qui dirigent théoriquement le pays, mais eux-mêmes doivent sans cesse s'incliner devant le Hezbollah (comme le montre l'absence de réaction devant la dernier tir vers Israël). On peut donc bien dire que c'est le Hezbollah qui dirige le pays.

    Yves Prevost

    14 h 03, le 04 septembre 2019

  • Le problème du Liban n'est ni HZB ni Israël ni aucune autre force étrangère. Le vrai problème Libanais sont les Libanais eux mêmes qui, divisés et aveuglés, sont animés par des propagandes hystériques pour certains et pour les autres, par la peur et la terreur que ce parti diabolique a propagé dans notre pays en tuant quiconque qui oserait se mettre sur sa route pour réaliser son but qui est de détruire ce pays en commençant par semer la zizanie entre les mêmes membres d'une même famille, Je demande à tous ceux qui sont derrière HN: qu'esperez- vous de ces gens qui dans un pays du soleil et de l'eau où les citoyens payent deux fois pour pour bénéficier d'un droit élémentaire, pendant que ce même parti vole et s'arme sur notre territoire sous le nez et la barbe de nos "dirigeants" pour défendre la Syrie, l'Iran les veuves et les orphelins DES AUTRES PAYS et de plonger le " leur " dans la misère la peur et la haine de l'autre. Un peu de bon sens. Si nous étions unis, HZB n'aurait pas tenu une semaine. Y a qu'à voir Hong Kong. Ils sont tous des millions dans la rue pour défier l'une des plus grande puissance du monde pour une cause Noble. LA LIBERTÉ de choisir de vivre et de décider de leur sort ou alors de mourir en martyrs pour LEUR PAYS. Chapeau bas... Prenez en de la graine. L'UNION FAIT LA FORCE.

    Sissi zayyat

    13 h 31, le 04 septembre 2019

  • "... une guerre qui pourrait avoir lieu pour des raisons régionales." a dit Hariri. Le Liban étant le plus petit pays de la "région", il serait anormal, inhumain et illogique que les conséquences des raisons régionales réduisent le petit Liban à l'Âge de pierre pour le compte d'Etats régionaux. Cher Saad Hariri, si vous gouvernez réellement le Liban, veuillez ordonner aux détenteurs de la grande jabakhéna de missiles, de la déplacer dans un autre Etat régional. Ce n'est pas compliqué.

    Honneur et Patrie

    12 h 47, le 04 septembre 2019

  • LE HEZBOLLAH EST UN PROBLEME REGIONAL. JE DIRAIS PLUTOT INTERNATIONAL. LE RESPONSABLE EST L,IRAN ET TOUT LE MONDE LE SAIT. C,EST A CETTE PORTE QU,IL FAUT S,ADRESSER ET EXERCER LES PRESSIONS REQUISES.

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE OPINION

    12 h 24, le 04 septembre 2019

Retour en haut