X

À La Une

Kassem Chams, visé par des sanctions US : Je n'ai aucun lien financier avec le Hezbollah

Liban

Sur les accusations de blanchiment d'argent de "barons de la drogue", M. Chams a déclaré que tous ses mouvements financiers, qui peuvent être tracés, montrent que ces accusations sont fausses.

OLJ
12/04/2019

Le Libanais Kassem Chams, ciblé jeudi par des sanctions du Trésor américain, a affirmé vendredi qu'il n'entretenait aucun lien financier avec le Hezbollah, soutenu par l'Iran et considéré comme une organisation "terroriste" par Washington, démentant également blanchir de l'argent.

"Ni moi, ni mon entreprise n'avons de lien financier ou bancaire avec le parti, les organisations ou des membres du Hezbollah. C'est quelque chose qui peut être facilement prouvé", peut-on lire dans un communiqué publié par M. Chams et rapporté par la chaîne LBC.  Sur les accusations de blanchiment d'argent de "barons de la drogue", M. Chams a déclaré que tous ses mouvements financiers, qui peuvent être tracés, montrent que ces accusations sont fausses.

Le Trésor américain a ajouté à ses listes noires M. Chams, ainsi que deux entités : l'"organisation de blanchiment d'argent" de ce dernier, et Chams Exchange, une société de services financiers dont le siège est à Chtaura, dans le caza de Zahlé (Békaa). Ce "réseau international" est accusé de blanchir l'argent de la drogue à travers le monde, soit "des dizaines de millions de dollars chaque mois", et de "faciliter les mouvements d'argent au profit du Hezbollah", selon un communiqué du Trésor. Il est également actif en Australie, au Brésil, en Colombie, en Espagne, aux Etats-Unis, en France, en Italie, aux Pays-Bas et au Venezuela.

Ces sanctions font partie de "la campagne sans précédent de l'administration pour empêcher le Hezbollah et ses affiliés terroristes mondiaux de tirer profit de la violence, de la corruption et du trafic de drogue", avait expliqué la sous-secrétaire au Trésor Sigal Mandelker.

Ses services ont souligné que Chams Exchange bénéficie d'une licence de la Banque centrale du Liban "malgré les soupçons anciens des autorités américaines". Le Trésor s'est dit "déterminé à travailler avec la Banque du Liban pour barrer l'accès au système financier libanais aux trafiquants de drogue, blanchisseurs d'argent et groupes terroristes comme le Hezbollah".

L'administration de Donald Trump a fait de l'Iran chiite, accusé de déstabiliser le Moyen-Orient, sa principale bête noire, et a multiplié les sanctions pour lui couper ses revenus, ainsi qu'à ses alliés régionaux comme le Hezbollah.


"Pas de sanctions contre des responsables libanais"
Jeudi tard dans la nuit, le député libanais Ibrahim Kanaan, en déplacement aux États-Unis à la tête d'une délégation parlementaire, a dans ce contexte affirmé qu'aucune nouvelle sanction contre des responsables libanais n'était à l'étude. Le quotidien émirati The National avait publié ce week-end des informations selon lesquelles l’administration américaine aurait l'intention d’inclure dans ses nouvelles sanctions des personnalités proches du président du Parlement Nabih Berry et des membres du mouvement Amal qu’il préside. "Pas de nouvelles sanctions contre des responsables libanais et la stabilité du Liban est une priorité", a déclaré M. Kanaan à l'issue d'un entretien de la délégation parlementaire, qui comprend également le député Yassine Jaber (Amal), avec le secrétaire adjoint américain au Trésor pour le Financement du terrorisme, Marshall Billingslea, à Washington.
Lundi, l'ambassadeur du Liban à Washington, Gaby Issa, avait déjà affirmé que les informations du quotidien émirati étaient "fausses".

En novembre dernier, le département d’Etat US avait offert une récompense pouvant aller jusqu'à 5 millions de dollars pour toute personne fournissant des informations sur des cadres du Hezbollah, accusés de terrorisme et recherchés par les services de renseignements des Etats-Unis. Les États-Unis ont également placé Jawad Nasrallah, fils de Hassan Nasrallah, sur leur liste noire des "terroristes mondiaux".

Fin octobre, le président américain, Donald Trump, avait signé un texte renforçant les sanctions contre le Hezbollah. Il s'agit de la loi "Hezbollah International Financing Prevention Amendments Act (HIFPAA) of 2018", une version amendée (S.1595) d'une loi précédente, présentée en 2015 par les sénateurs Marco Rubio (républicain) et Jeanne Shaheen (démocrate) et qui avait été votée par le Sénat le 5 octobre 2017. La S.1595 impose notamment des sanctions à toute personne, entité ou Etat étrangers aidant directement ou indirectement le parti pro-iranien. Elle avait été adoptée par le Sénat le 13 octobre, grâce au soutien des élus aussi bien républicains que démocrates.



Lire aussi
Sanctions contre le Hezbollah : Nasrallah lance un appel aux dons auprès de ses partisans


Pour mémoire

Un important financier du Hezbollah plaide coupable aux Etats-Unis

Cinq millions de dollars en échange d'informations sur des cadres du Hezbollah et du Hamas, annoncent les USA

Billingslea : Le Hezbollah continue à avoir accès au secteur bancaire libanais

Sanctions US contre le Hezbollah : Il faut s’attendre à plus de contrôle, estime Salamé

Sanctions US contre le Hezbollah : des risques pour l’État libanais ?

Le Hezbollah désigné par les Etats-Unis comme organisation transnationale criminelle

Soutien au Hezbollah : un Libanais et sept de ses sociétés au Liban sanctionnés par le Trésor US

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

des fois faut arreter de dire du n'importe quoi juste pour balancer ….

LA STARTEGIE EST MAUVAISE FAUT LA REMETTRE EN QUESTION UN POINT UN TRAIT

Amère Ri(s)que et péril.

Tout dépend de qui est le pyromane !

Après ce n'est qu'une question de flair .

Juste pour l'histoire, on avait VU des armes de destructions massives en Irak, pour les niaiseux , il ne pouvait y avoir de fumée sans feu.

On a vu que du feu dans cette histoire .

Irene Said

En général...on dit "qu'il n'y a pas de fumée...sans feu"...non ?
Irène Saïd

LA VERITE

Ce "réseau international" est accusé de blanchir l'argent de la drogue à travers le monde, soit "des dizaines de millions de dollars chaque mois", et de "faciliter les mouvements d'argent au profit du Hezbollah",

TOUJOURS UNE ENIGME

SI Mr CHAMS EST INNOCENT POURQUOI N'A T IL PAS DONNE A LA DELEGATION LIBANAISE TOUTES PREUVES DE SON INNOCENCE ALORS QUE CETTE DELEGATION ALLAIT JUSTEMENT VOIR UN HAUT RESPONSABLE DE TRUMP SUR LE SUJET DU FINANCEMENT DE HB

D'AUTRE PART TOUTE PERSONNE EST INNOCENTE AVANT D'ETRE CONDMNE PAR LA JUSTICE

NEANMOINS PLUSIEURS DIZAINES DE MILLIONS DE DOLLARS PAR MOIS SI VRAIMENT ETAIENT ENVOYES AU LIBAN , NOUS AIMERIONS BIEN SAVOIR A QUI ET POURQUOI

A LA JUSTICE LBANAISE D'OUVRIR DONC UNE ENQUETE A CE SUJET POUR INNOCENTER OU CONDMNE LES SOCIETES DE MR CHAMS
MAIS JE SUPPOSE QUE JE REVE EVIDEMENT , NOUS SOMMES AU LIBAN PAYS DE LA PROTECTION DE CERTAINS PAR LES PARTIES QUI LUTTENT TOUS CONTRE LA CORRUPTION

Sarkis Serge Tateossian

La flamme de la statue de la liberté est éteinte depuis l'arrivée de Trump.
Cette flamme était sensée guider le monde...

On ne peut pas approuver les injustices flagrantes de certains pays..et écraser d'autres ...
Hélas, le symbole de cette belle statue n'est plus !

Sarkis Serge Tateossian

Deux poids deux mesures ...ce que caractérise l'Amérique aujourd'hui. C'est triste.

Amère Ri(s)que et péril.

Ce que je ressens en tant que chiite , puisqu'on en parle , c'est que la panique n'est pas du côté de cette communauté.

Mais elle est visible , perceptible et ressentie dans le groupe de ceux qui prennent ce genre de , comment le dire sans vexer personnes dans le but d'être publier , mesures sensationnelles , par qui sont, soit disant , considérés comme les plus forts.

On ressent dans la communauté chiite une sérénité comme si de toute façon, le 1er qui tire est perdant .

Vous comprenez pourquoi , les frappes , sanctions boycotts et autres sottises n'empêchent pas l'axe de la résistance de progresser , sans donner l'impression de dormir .

Publierez vous au moins ça ?

Amère Ri(s)que et péril.

Ohhhhhh mais ne t'en fait pas Chams , tu es chiite , ça suffit pour que des experts de cette trump te déclare coupable.

Faut pas plus pour des gens intelligents de cette trump-pete.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SAVENT-ILS LES AMERICAINS QU,ILS SON ENTRAIN DE RENFORCER LE LEADERSHIP DE HASSAN NASRALLAH ET NON DE L,AFFAIBLIR DANS SA COMMUNAUTE ET NON SEULEMENT ? ILS SONT ENTRAIN D,EN FAIRE UN LEADER AU NIVEAU POPULAIRE ARABE ET NON SEULEMENT PERSE... LE CONTRAIRE DE CE QU,ILS CROIENT FAIRE !

Dernières infos

Les signatures du jour

Billet de Kenza OUAZZANI

Le mauvais pari du gouvernement

Un peu plus de Médéa AZOURI

Power to the People

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants