X

À La Une

Soutien au Hezbollah : un Libanais et sept de ses sociétés au Liban sanctionnés par le Trésor US

Etats-Unis

"Le Département du Trésor a pris cette année, plus que jamais, des mesures contre le Hezbollah, et nous sommes totalement engagés à mettre un terme définitif à ce réseau terroriste", affirme le sous-secrétaire du Département du Trésor américain pour le Terrorisme et le renseignement financier, Sigal Mandelker.

OLJ
04/10/2018

Le Bureau du contrôle des avoirs étrangers (Office of Foreign Assets Control – OFAC) du Département américain du Trésor a sanctionné jeudi un Libanais et ses sept sociétés basées au Liban pour soutien au Hezbollah, le parti chiite libanais considéré par les Etats-Unis comme un groupe terroriste.

Sur son site, l'OFAC explique que "pour perturber les réseaux de soutiens financiers au Hezbollah", le Libanais Mohammad Abdallah el-Amine est désormais "terroriste mondial spécifiquement désigné" par le Département du Trésor US (Specially Designated Global Terrorist - SDGT), en vertu de l'ordre exécutif numéro 13224. L'OFAC a désigné Mohammad Abdallah el-Amine comme tel en raison de "son soutien matériel à Adham Tabaja, lié au Hezbollah et financier du groupe". Adham Tabaja est déjà considéré par les Etats-Unis comme terroriste.


(Lire aussi : Sanctions US contre le Hezbollah : des risques pour l’État libanais ?)


L'OFAC a en outre sanctionné sept sociétés basées au Liban qui sont, selon le Département US, soit détenues par Mohammad Abdallah el-Amine, soit contrôlées par cet individu . Il s'agit de :

Sierra Gas S.A.L. Offshore, Lama Foods S.A.R.L., Lama Foods International Offshore S.A.L., Impulse S.A.R.L., Impulse International S.A.L. Offshore, M. Marine S.A.L. Offshore, et Thaingui S.A.L. Offshore.

"Le Hezbollah est affilié à l'Iran et l'administration américaine se concentre sur la révélation et la perturbation de ses réseaux terroristes de financement", a dit le sous-secrétaire du Département du Trésor américain pour le Terrorisme et le renseignement financier, Sigal Mandelker.

"Nous exerçons une pression hors du commun sur des financiers du Hezbollah comme M. Tabaja afin de mettre un terme à leurs activités pernicieuses au Liban et au-delà", ajoute M. Mandelker. "Notre action doit servir d'avertissement car il y aura des conséquences pour tous ceux qui font des affaires avec M. el-Amine ou d'autres réseaux de soutien au Hezbollah. Le Département du Trésor a pris cette année, plus que jamais, des mesures contre le Hezbollah, et nous sommes totalement engagés à mettre un terme définitif à ce réseau terroriste", conclut M. Mandelker.

"Tous les biens et intérêts des personnes désignées aujourd'hui et qui tombent sous la juridiction américaine sont désormais bloqués, et les citoyens américains sont généralement interdits de conclure des transactions avec ces personnes-là", explique le Département du Trésor.


(Pour mémoire : Sanctions US : le spectre d’un « nouveau Gaza » se profile au Liban)


Le 26 septembre, la Chambre des représentants US a adopté, en le modifiant, un amendement de la loi votée en 2015 sur les sanctions contre le Hezbollah. Ce projet de loi resserre un peu plus encore l'étau financier autour du Hezbollah, en imposant notamment des sanctions à toute personne, entité ou État étrangers aidant directement ou indirectement le parti pro-iranien. Selon le site Govtracks, qui suit les activités du Congrès américain, le texte a été adopté avec des changements par rapport à la version votée par le Sénat en octobre dernier. Le texte doit donc être renvoyé au Sénat.

La version amendée (S.1595) de la loi intitulée Hezbollah International Financing Prevention Amendments Act of 2015 (Hifpa 2015) est présentée par les sénateurs Marco Rubio (républicain) et Jeanne Shaheen (démocrate). Elle avait été votée par le Sénat le 5 octobre 2017. Si le Sénat vote la version modifiée adoptée par la Chambre des représentants, le texte sera alors envoyé au président américain Donald Trump pour devenir officiellement une loi fédérale.

L'application par le secteur financier libanais des précédentes sanctions prévues dans le cadre du Hifpa 2015 avait suscité de vives tensions avec le parti chiite. La Banque du Liban avait émis en mai 2016 une circulaire (n° 137) régissant leur application, afin notamment d'éviter que les banques locales excluent une partie de la population libanaise en tentant de réduire les risques encourus en cas de non-respect des injonctions américaines. Si les comptes des 99 personnes ou institutions présentes sur la liste noire mise à jour en avril 2016 par le Trésor américain ont été automatiquement clôturés, la circulaire n° 137 soumet néanmoins la fermeture par les banques des autres comptes suspects à un quitus préalable de la Commission d'enquête spéciale, afin de limiter les mesures abusives.


Lire l'intégralité du communiqué du Département du Trésor US ici



Lire aussi

Bassil : Israël œuvre pour justifier une agression contre le Liban

Après les accusations de Netanyahu contre le Hezbollah, « les Libanais entre le marteau et l’enclume »

La Russie met en garde Israël contre d'éventuelles frappes près de l'aéroport de Beyrouth


Pour mémoire

Nouvelles sanctions américaines contre le régime syrien et des entités libanaises

Nouvelles sanctions US contre des soutiens du Hezbollah

Billingslea : Le Hezbollah, « un cancer au cœur du Liban qu’il faut traiter sans tuer le patient »

Les États-Unis vont enquêter sur le « narcoterrorisme » du Hezbollah

Le Hezbollah se dit prêt à contrer les pressions US

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eleni Caridopoulou

N'oubliez pas il y a l'argent de la drogue ca alors personne ne peut les attraper

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

- SI CE N,EST TOI, C,EST DONC TON FRERE.
- JE N,EN AI POINT. - C,EST DONC QUELQU,UN DES TIENS;
CAR VOUS NE M,EPARGNEZ GUERE,
VOUS, VOS BERGERS ET VOS CHIENS.
ON ME L,A DIT : IL FAUT QUE JE ME VENGE.
LA-DESSUS, AU FOND DES FORETS,
LE LOUP L,EMPORTE, ET PUIS LE MANGE,
SANS AUTRE FORME DE PROCES !

LAFONTAINE

Irene Said

Faut pas s'en faire,
le Libanais est l'empereur de la corruption...et trouve toujours un chemin pour détourner les sanctions et les lois...d'où qu'elles viennent !
Irène Saïd

ACQUIS À QUI

Avez vous connaissance de la réponse satellitaire du hezb libanais à nathanyahou sur l'emplacement des missiles israéliens en zone civile ?

Si oui publiez svp. Sinon mettez vous au diapason.

Merci.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MALHEUREUSEMENT LE LIBAN EST PRIS DANS LA TOURMENTE QUI VISE LE HEZBOLLAH !

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué