X

À La Une

Sanctions US contre un réseau libanais de blanchiment d'argent au profit du Hezbollah

Etats-Unis

Ces sanctions font partie de "la campagne sans précédent de l'administration pour empêcher le Hezbollah et ses affiliés terroristes mondiaux de tirer profit de la violence, de la corruption et du trafic de drogue", explique la sous-secrétaire au Trésor Sigal Mandelker.

OLJ
11/04/2019

Les Etats-Unis ont annoncé jeudi des sanctions ciblées contre un réseau libanais accusé de blanchir l'argent de "barons de la drogue" et de contribuer au financement du Hezbollah, soutenu par l'Iran et considéré comme une organisation "terroriste" par Washington.

Le Trésor américain a ajouté à ses listes noires Kassem Chams, un Libanais, ainsi que deux entités: l'"organisation de blanchiment d'argent" de ce dernier, et Chams Exchange, une société de services financiers dont le siège est à Chtaura, dans le caza de Zahlé.

Ce "réseau international" est accusé de blanchir l'argent de la drogue à travers le monde, soit "des dizaines de millions de dollars chaque mois", et de "faciliter les mouvements d'argent au profit du Hezbollah", selon un communiqué du Trésor. Il est également actif en Australie, au Brésil, en Colombie, en Espagne, aux Etats-Unis, en France, en Italie, aux Pays-Bas et au Venezuela.

Ces sanctions font partie de "la campagne sans précédent de l'administration pour empêcher le Hezbollah et ses affiliés terroristes mondiaux de tirer profit de la violence, de la corruption et du trafic de drogue", a expliqué la sous-secrétaire au Trésor Sigal Mandelker.

Ses services soulignent que Chams Exchange bénéficie d'une licence de la Banque centrale du Liban "malgré les soupçons anciens des autorités américaines". Le Trésor se dit "déterminé à travailler avec la Banque du Liban pour barrer l'accès au système financier libanais aux trafiquants de drogue, blanchisseurs d'argent et groupes terroristes comme le Hezbollah".

L'administration de Donald Trump a fait de l'Iran chiite, accusé de déstabiliser le Moyen-Orient, sa principale bête noire, et a multiplié les sanctions pour lui couper ses revenus, ainsi qu'à ses alliés régionaux comme le Hezbollah.

En novembre dernier, le département d’Etat US avait offert une récompense pouvant aller jusqu'à 5 millions de dollars pour toute personne fournissant des informations sur des cadres du Hezbollah, accusés de terrorisme et recherchés par les services de renseignements des Etats-Unis. Les États-Unis ont également placé Jawad Nasrallah, fils de Hassan Nasrallah, sur leur liste noire des "terroristes mondiaux".

Fin octobre, le président américain, Donald Trump, avait signé un texte renforçant les sanctions contre le Hezbollah. Il s'agit de la loi "Hezbollah International Financing Prevention Amendments Act (HIFPAA) of 2018", une version amendée (S.1595) d'une loi précédente, présentée en 2015 par les sénateurs Marco Rubio (républicain) et Jeanne Shaheen (démocrate) et qui avait été votée par le Sénat le 5 octobre 2017. La S.1595 impose notamment des sanctions à toute personne, entité ou Etat étrangers aidant directement ou indirectement le parti pro-iranien. Elle avait été adoptée par le Sénat le 13 octobre, grâce au soutien des élus aussi bien républicains que démocrates.




Lire aussi
Sanctions contre le Hezbollah : Nasrallah lance un appel aux dons auprès de ses partisans


Pour mémoire
Un important financier du Hezbollah plaide coupable aux Etats-Unis

Cinq millions de dollars en échange d'informations sur des cadres du Hezbollah et du Hamas, annoncent les USA

Billingslea : Le Hezbollah continue à avoir accès au secteur bancaire libanais

Sanctions US contre le Hezbollah : Il faut s’attendre à plus de contrôle, estime Salamé

Sanctions US contre le Hezbollah : des risques pour l’État libanais ?

Le Hezbollah désigné par les Etats-Unis comme organisation transnationale criminelle

Soutien au Hezbollah : un Libanais et sept de ses sociétés au Liban sanctionnés par le Trésor US

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eleni Caridopoulou

Pauvre Liban il ne peut tien faire ils ont trois ministères très important même mes amis et parents quand j'essaye de parler De politique , et surtout sur le Hezbollah , ils changent de conversation Ils ont peur

MAKE LEBANON GREAT AGAIN

TOUT CELA N'EST QUE LA FACE VISIBLE D'UN ICEBERG GIGANTESQUE

mais nous savons bien que nous ne pouvons rien faire contre le parti divin car on ne peut meme pas lui enlever l'emprise totale des ports et de l'aeroport d'ou il controle les entrees et sorties du pays en marchandises et en personnes

TOUT LE MONDE L'A DIT A POMPEO : NOUS N'AVONS PAS LA POSSIBILITE DE FAIRE QUOI QUE CE SOIT CONTRE HB SANS DETRUIRE LE PAYS DONC ON SE TAIT ET ON ESSAIE DE FAIRE POUR LE MIEUX

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TOUT CELA NE FAIT AU HEZBOLLAH QUE SIMPLEMENT LA VIE UN PEU PLUS DURE. IL EST ANCRÉ. LE DERACINER EST UN TREIZIEME TRAVAIL D,HERCULE BEAUCOUP PLUS ARDU QUE SES DOUZE TRAVAUX ACCOMPLIS.

MIROIR ET ALOUETTE

Ça n'empêchera pas le croissant au beurre de zulfikar de se former.

Bou Kamal est ouvert dans les sens.

MIROIR ET ALOUETTE

Bon trêve de rigolade , quand est ce qu'on nous parle de la jonction des frontières irako syrienne à Bou Kamal.

Vous savez le fameux croissant au beurre de Zulfikar. Lol..

Et la mort hier , de 4 soldats Yankee à Bagram et l'abattage d'un drone afghan. ? Quand ?

MIROIR ET ALOUETTE

Encore un autre ????????????????

Hahahahahaha..

Ils vont les rendre FOUS... DE PARANOÏA AIGÜE.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants