X

À La Une

Washington désigne un fils de Hassan Nasrallah comme "terroriste mondial"

Liban

Le département d'Etat américain a accusé Jawad Nasrallah d'avoir recruté des personnes ces dernières années "pour perpétrer des attaques terroristes contre Israël en Cisjordanie".

OLJ/AFP
13/11/2018

Les Etats-Unis ont placé mardi Jawad Nasrallah, fils du secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah, sur leur liste noire des "terroristes mondiaux", renforçant la pression sur le parti chiite libanais soutenu par l'Iran.

Estimant qu'il s'agit d'un "dirigeant qui monte" au sein de l'organisation, le département d'Etat américain a accusé Jawad Nasrallah d'avoir recruté des personnes ces dernières années "pour perpétrer des attaques terroristes contre Israël en Cisjordanie". Il évoque un projet de janvier 2016, déjoué par les autorités israéliennes.

La diplomatie américaine a également confirmé le maintien du mouvement islamiste lui-même sur sa liste noire, décidé pour la première fois il y a 21 ans. Hassan Nasrallah est également considéré comme un "terroriste mondial" par Washington. Par ailleurs, les Brigades al-Moujahidine, un petit groupe proche du Hezbollah actif dans les territoires palestiniens "depuis 2005", est aussi placé sur la liste noire.

Les personnes et organisations ainsi désignées voient leurs éventuels avoirs sur le territoire américain gelés et ne peuvent plus avoir d'échanges avec des ressortissants américains.

Les mesures annoncées mardi servent à entretenir la dynamique née du rétablissement début novembre de sanctions draconiennes contre l'Iran, explique le département d'Etat dans un communiqué. L'un des objectifs de cette "campagne de pression maximale" est de couper le régime de Téhéran de ses sources de revenus pour qu'il ne puisse plus financer son soutien à des groupes considérés comme "terroristes" par Washington comme le Hezbollah ou le Hamas.

Dans le même élan, le Trésor américain a annoncé avoir inscrit sur la liste noire quatre individus affiliés au Hezbollah et qui mènent des activités pour le compte du parti chiite libanais en Irak.


Fin octobre, le président américain, Donald Trump, avait signé un texte renforçant les sanctions contre le Hezbollah. Il s'agit de la loi "Hezbollah International Financing Prevention Amendments Act (HIFPAA) of 2018", une version amendée (S.1595) d'une loi précédente, présentée en 2015 par les sénateurs Marco Rubio (républicain) et Jeanne Shaheen (démocrate) et qui avait été votée par le Sénat le 5 octobre 2017.  La S.1595 impose notamment des sanctions à toute personne, entité ou États étrangers aidant directement ou indirectement le parti pro-iranien. Elle avait été adoptée par le Sénat le 13 octobre, grâce au soutien des élus aussi bien républicains que démocrates.


(Lire aussi : Washington sanctionne des individus affiliés au Hezbollah et actifs en Irak)


Le Sénat avait également voté une loi de "prévention des boucliers humains", présentée par le sénateur républicain Ted Cruz, qui impose des sanctions contre des groupes comme le Hezbollah, le Hamas palestinien ou el-Qaëda qui pourraient utiliser des civils comme boucliers humains en période de conflit.

Le 15 octobre, le ministre américain de la Justice Jeff Sessions avait désigné cinq organisations, dont le Hezbollah, comme étant des organisations transnationales criminelles contre lesquelles les États-Unis vont mener des enquêtes approfondies et engager des poursuites. Le 4 octobre dernier, le Bureau du contrôle des avoirs étrangers (Office of Foreign Assets Control – OFAC) du département américain du Trésor avait en outre sanctionné un Libanais et ses sept sociétés basées au Liban pour leur soutien au Hezbollah, considéré par les États-Unis comme un groupe terroriste.



Pour mémoire

Sanctions US contre le Hezbollah : des risques pour l’État libanais ?

Le Hezbollah désigné par les Etats-Unis comme organisation transnationale criminelle

Soutien au Hezbollah : un Libanais et sept de ses sociétés au Liban sanctionnés par le Trésor US

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eleni Caridopoulou

Pour une fois il a bien fait les choses Trump

Gebran Eid

TIENS TIENS, IL A UN FILS, IL S'APPELLE JAWAD. C'EST JAWAD DONC QUI VA COLLABORER BIENTÔT AVEC TAYMOUR, BASSIL, TONY FRANGIÉ, HARIRI. SAMI, FAYSAL ET TOUS LES FISTONS FUTURES CHEFS DES GANGS LIBANAIS.

AIGLEPERçANT

C'est que l'Amérique du clown trump-pete ne peut pas s'imaginer de l'honneur qu'il vient de faire au hezb libanais de la résistance et à son chef .

Si tant est que cela s'avère vrai .

Hahahahahaha.....

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

JE N,Y CROIS PAS !

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants