X

À La Une

Sommet de Beyrouth : les réfugiés syriens au centre des débats

Liban

Le président Aoun doit présenter une "initiative arabe" ; l'émir du Qatar présent.

OLJ
20/01/2019

Les travaux du quatrième sommet économique et social de la Ligue arabe s'achèvent aujourd'hui en présence notamment de l'émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, qui doit arriver dans la journée. Le président Michel Aoun doit présenter une initiative concernant les réfugiés syriens, un dossier qui a animé les débats de ces dernières 48 heures.

L'émir qatari et le président mauritanien, Mohammad Ould Abdel Aziz, sont les deux seuls chefs d’État arabes à assister à ce sommet alors que le reste des dirigeants ont délégué leurs Premiers ministres, ministres ou représentants respectifs. Samedi, le président somalien, Mohammad Abdoullahi Mohammad, avait fait savoir à la dernière minute qu'il serait absent en raison du décès de sa belle-mère.

La présence du Qatar intervient alors que le riche émirat gazier est en crise avec ses voisins du Golfe depuis 19 mois. Les Émirats, le Bahreïn, l'Arabie saoudite et l'Égypte, ont rompu leurs relations avec Doha, l'accusant de soutenir des mouvements islamistes radicaux, ce que dément le Qatar.

Le ministre libanais des Affaires étrangères, Gebran Bassil, qui présidait vendredi une réunion préparatoire des ministres des Affaires étrangères, de l’Économie et des Finances des pays de la Ligue arabe à l’hôtel Phoenicia, a quasiment dressé un constat d’échec du sommet, affirmant toutefois "comprendre" la décision de la quasi-totalité des chefs d’États de boycotter l’événement.

Samedi, l'accueil de l'ensemble des délégations à l'aéroport de Beyrouth avait été assuré, suivant le niveau de représentation, par le président Aoun, le Premier ministre désigné Saad Hariri, le ministre sortant de la Défense Yaacoub Sarraf, ainsi que le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmad Aboul Ghait. Dans la journée, M. Bassil avait réuni plusieurs de ses homologues au ministère des Affaires étrangères.

Le même jour, M. Hariri et M. Aboul Ghait avaient promis des avancées dans le domaine des droits des femmes lors de la conférence sur l’autonomisation économique des femmes du Machrek.


(Lire aussi : Le mouvement de protestation et le sommet économique arabe seront demain côte à côte)


Le dossier syrien
Parallèlement, le dossier des réfugiés syriens présents au Liban et celui de la réintégration de la Syrie au sein de la Ligue arabe continuaient de faire l'objet d'un débat, principalement au sein de la classe politique libanaise. Le ministre d’État sortant pour les Affaires des réfugiés, Mouïn Merhebi, a vivement critiqué son collègue des Affaires étrangères, Gebran Bassil, affirmant que "tout ce qui émane de M. Bassil n'engage que lui-même". M. Merhebi, qui appartient pourtant au courant du Futur, la formation dirigée par M. Hariri, a adressé un mémorandum sur ce sujet au secrétaire général de la Ligue arabe. Le ministre sortant de l'Intérieur, Nouhad Machnouk, lui aussi membre du Futur, a repris à son compte les déclarations de M. Merhebi. Selon des informations de la chaîne locale LBCI, le Premier ministre désigné Saad Hariri a indiqué à M. Bassil qu'il n'était pas d'accord avec les propos de M. Merhebi.

Vendredi, le chef de la diplomatie libanaise avait estimé que la question de plus d'un million de réfugiés syriens qui se trouvent au Liban devrait être au centre des discussions. Le secrétaire général adjoint de la Ligue arabe, Houssam Zaki, avait reconnu que ce dossier divisait les responsables arabes présents.

Le président Aoun doit  présenter une initiative portant sur le dossier des réfugiés syriens en vue de la mise en place d’un système de financement des pays arabes détruits à cause d’affrontements armés survenus durant les sept dernières années.

Selon la LBCI, le communiqué final du sommet économique arabe de Beyrouth a été finalisé samedi soir. Toujours selon la chaîne, ce texte, sur lequel les différentes délégations arabes se sont accordées, comporte une partie sur les réfugiés syriens conforme à ce que le Liban souhaitait sur ce sujet.

Michel Aoun et Gebran Bassil réclament le retour de ces réfugiés syriens chez eux sans attendre une solution politique à la guerre qui ravage la Syrie depuis 2011. Mais la communauté internationale s'inquiète d'un tel retour qu'elle juge non sécurisé et prématuré dans les circonstances actuelles.

Le sommet économique et social fait traditionnellement moins recette que le sommet de la Ligue arabe, qui se tiendra en mars en Tunisie. Le dernier en date, en 2013 en Arabie saoudite, avait néanmoins attiré de nombreux chefs d’États. A Beyrouth, les 20 participants ont préféré pour la plupart dépêcher leur Premier ministre, leur ministre des Affaires étrangères ou des Finances. Une assistance qui justifie difficilement aux yeux des Libanais la quasi-paralysie du centre de la capitale, où de nombreux commerces, écoles et rues ont été fermées, mais dont les organisateurs assurent qu'elle ne remet pas en question "l'importance des décisions qui seront prises", selon M. Zaki.

Outre le dossier de la Syrie, l'absence de la Libye a terni l'image de ce sommet. La participation de la Libye, que le Liban tient pour responsable de la disparition en 1978 de l'imam Moussa Sadr, a provoqué de vives polémiques à Beyrouth. Finalement, Tripoli a décidé de ne pas participer au sommet, après les protestations du président du Parlement libanais, Nabih Berry, qui dirige le mouvement Amal fondé par l'imam Sadr, et les agissements de certains de ses partisans dans la rue.


Lire aussi

Le sommet a révélé l’ampleur du conflit entre les pôles du pouvoir sur les choix stratégiques du Liban

Un sommet avec trois présidents seulement et beaucoup de non-ditsle décryptage de Scarlett Haddad

Sans queue ni tête(s)l'édito de Issa GORAIEB

Peu de personnalités de premier plan jusqu’à présent au sommet économique arabe

La mésentente entre Bassil et l’axe irano-syrien s’amplifie

Quels sont les dossiers au menu du sommet économique arabe ?


Repère

Sommet économique arabe de Beyrouth : ce qu'il faut savoir sur la crise qui parasite sa tenue


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Charles Robert

Après avoir détruit la Syrie, ils se proposent de la reconstruire et d'aider les réfugiés. C'est honteux, malsain, tout à fait dans la norme saoudienne. Tous les pays arabes - et ils sont nombreux - qui ne font que s'agenouiller devant les Saoud devraient avoir honte. La liberté commence par un peu de dignité et d'indépendance d'esprit...

L’azuréen

Quand il s’agit de son pays on met de côté son ego et ses vielles rancœurs confessionnelles

LIBAN D'ABORD

IL SUFFIT DE VOIR LE VISAGE ET L'ATTITUDE DES DEUX PERSONNES DANS LA PHOTO POUR COMPRENDRE CE QU'EST DEVENU LE LIBAN : UNE HONTE
AUCUN COMMENTAIRE SUPPLEMENTAIRE N'EST NECESSAIRE
LES PAYS ARABES VONT TRAITE LE LIBAN COMME LE PAYS A TRAITE LA LYBIE
MERCI M BERRY D'AVOIR MIS LE LIBAN AU BAN DES NATIONS MAIS L'HISTOIRE RETIENDRA VOTRE ATTITUDE ET CROYEZ MOI ELLE NE SERA PAS INDULGENTE QUAND ON ETUDIERA LES CONSEQUENCES DE VOTRE ACTE

AIGLEPERçANT

Ici aussi, la mauvaise foi d'avoir perdu et foiré dans leur complot contre la Syrie du héros BASHAR EL ASSAD QUI fait qu'on a un retard dans leur retour chez eux.

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Pourquoi je (ne) quitte (pas) « L’Orient-Le Jour »

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pas de plan général pour déstabiliser le Liban

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants