X

Liban

Le sommet a révélé l’ampleur du conflit entre les pôles du pouvoir sur les choix stratégiques du Liban

Éclairage
19/01/2019

C’est une bien triste image que le Liban a renvoyée de lui-même, avant le sommet économique arabe, qui sera finalement boycotté par le président de la Chambre et chef du mouvement Amal, Nabih Berry, après sa querelle avec les deux pôles de l’exécutif au sujet de la participation de la Libye à ces assises, qui se sont ouvertes hier avec la conférence ministérielle de la Ligue arabe et qui culmineront demain avec la tenue du sommet au Seaside Arena, en l’absence des chefs d’État arabes, à l’exception de ceux de la Mauritanie et de la Somalie.

Le ministre sortant de l’Économie, Raëd Khoury (CPL), a beau considérer que le niveau de représentation, le plus bas dans l’histoire des sommets arabes, « n’aura aucun effet sur les réunions, puisque les sujets à débattre restent les mêmes » – dans une tentative, pas très réussie, de minimiser l’importance de la désaffection arabe –, il reste que cette explication, trop simpliste, ne peut cacher ni la fracture entre le Liban et les pays arabes ni le conflit de fond, au sommet de l’État, sur les choix stratégiques du pays et sur le véritable pouvoir de décision.

L’absence des chefs et des dirigeants arabes au sommet montre, conformément à une première lecture faite par des analystes politiques, que le Liban est sorti de son milieu naturel arabe à partir du moment où il a accepté de se placer sous l’influence iranienne, donnant ainsi raison aux responsables iraniens qui se vantaient l’an dernier de ce que Téhéran contrôlait quatre capitales arabes, Damas, Bagdad, Sanaa et Beyrouth.


(Lire aussi : Beyrouth prend acte du désistement des chefs d’État et... « comprend »)


Le forcing effectué par Amal, soutenu par le Hezbollah, d’abord pour obtenir la participation de la Syrie au sommet, ensuite pour empêcher la Libye d’y prendre part, à cause de son conflit avec Tripoli au sujet de la disparition de l’imam Moussa Sadr, a surtout montré l’absence d’un pouvoir central au Liban, ou plutôt l’incapacité du pouvoir central à défendre les choix stratégiques du pays, face à une autorité qui puise sa force dans ses armes et sa capacité à investir les rues. Le conflit qui a éclaté au grand jour entre les trois pôles du pouvoir au sujet de ces deux dossiers et qui a fait que Nabih Berry a décidé de boycotter le sommet pour protester contre ce qui est perçu dans ses milieux comme un manque de solidarité de la présidence de la République et du Premier ministre désigné, Saad Hariri, par rapport à l’affaire Sadr, risque de laisser des traces sur les rapports futurs entre les trois et de compliquer davantage la formation du gouvernement et la crise politique dans le pays.


(Lire aussi : Le mouvement de protestation et le sommet économique arabe seront demain côte à côte)


Cela est d’autant plus vrai qu’on a pu constater, à la faveur du conflit autour de la participation de la Libye au sommet, l’émergence d’une nouvelle dynamique politique qui s’est manifestée par des regroupements politiques communautaires autour des autorités religieuses. On cite dans ce cadre la réunion du Conseil supérieur chiite qui a pris fait et cause pour Nabih Berry, celle des députés et des chefs maronites à Bkerké, pour soutenir la présidence de la République et le fonctionnement des institutions, celle des druzes autour du cheikh Akl druze, destinée à réaffirmer la légitimité de l’institution du cheikh Akl au moment où l’on parle de l’émergence d’une opposition druze, proche de l’axe syro-iranien. Une telle dynamique, si elle perdure, risque bien d’accentuer la fracture dans le pays, en bouleversant les alliances en place et les bases sur lesquelles elles avaient été scellées. Pour l’heure, le conflit tourne autour des causes du boycottage du sommet par les chefs d’État arabes. Dans les milieux du Hezbollah, on indique que ce sont les États-Unis qui auraient encouragé les dirigeants arabes à ne pas venir à Beyrouth. On interprète ce boycottage par une volonté des pays de la Ligue arabe d’adresser un message fort au Liban à cause de son positionnement politique en faveur de l’axe syro-iranien. Dans le camp opposé, hostile aux menaces et aux actes déstabilisant qui ont fini par pousser la Libye à renoncer à venir à Beyrouth, on s’offusque de voir des partis politiques vouloir dicter au Liban sa politique étrangère. Mais une fois le sommet terminé, le discours politique devra changer. Les trois pôles du pouvoir pourront-ils faire semblant que rien ne s’est passé ?


Lire aussi

Un sommet avec trois présidents seulement et beaucoup de non-ditsle décryptage de Scarlett Haddad

Sans queue ni tête(s)l'édito de Issa GORAIEB

Peu de personnalités de premier plan jusqu’à présent au sommet économique arabe

La mésentente entre Bassil et l’axe irano-syrien s’amplifie

Quels sont les dossiers au menu du sommet économique arabe ?



Repère

Sommet économique arabe de Beyrouth : ce qu'il faut savoir sur la crise qui parasite sa tenue

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Honneur et Patrie

"Le Liban a accepté de se placer sous l'influence iranienne..." L'Etat libanais n'a jamais accepté officiellement de se placer dans la zone d'influence de l'Iran. Ce sont les armes de la milice iranienne au Liban qui ont imposé l'état actuel de l'Etat indépendant et souverain du Liban.
Il y a quelques jours, un responsable iranien a déclaré sans honte que le Liban est dans la zone d'influence iranienne (sic) même Staline n'avait jamais méprisé la petite Bulgarie en disant qu'elle était sous l'occupation soviétique.

gaby sioufi

LE SOMMET N'A absolument rien revele de la sorte.
IL A REPRODUIT UNE VERITE CONNUE PAR TOUS DEPUIS BELLE LURETTE.
PT'T PAS PAR TOUS.
PT'T A L'EXCLUSION DES HONORABLES LIBANAIS EUX-MEMES.

BOSS QUI BOSSE

J'ai tout lu dans les colonnes de l'olj et j'ai pu tout comprendre jusqu'à récemment , la seule chose qui m'échappe encore c'est comment on peut parler d'une partie intégrante du Liban , des libanais avec une adresse bien précise au Liban qui se trouve principalement au sud Liban et accessoirement dans la Bekaa , qu'on puisse les traiter D'OCCUPANTS DU PAYS , COMME ON LE FERAIT AVEC LES TROUPES DE YASSER ARAFAT OU d'isreal ????


Cette grossière ignorance ne ferait elle pas comprendre que , en faisant fausse route , on se retrouve en situation de déni d'une partie , quand même importante du pays ?

Et que par conséquent le fossé qui se creuse viendrait de cette IGNORANCE ?

LA VERITE

EVIDEMENT C'EST LA FAUTE AUX ETATS UNIS

SUREMENT PAS AUX MILICES ARMEES QUI MENACENT DE CONTROLER LA RUE QUAND ILS VEULENT

SUREMENT PAS AU FAIT QUE HB CONTROLE LE PAYS DIXIT TEHERAN

SUREMENT PAS PARCEQUE CE PRESIDENT N'A PAS LA FORCE NECESSAIRE A SON AGE DE TAPER SUR LA TABLE ET DE FAIRE CE QU'IL FAUT FAIRE

JE VOUS RAPPELE QU'EN 1975 QUAND L'ETAT NE S'EST OPPOSE A ARAFAT EN TEMPS VOULU LE LIBAN A EU 150000 MORTS ET DISPARUS


JE PRIE LE CIEL POUR QUE CETTE FOIS CI NOUS NE RECOMMENCIONS PAS LES MEMES ERREURS

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

OUBLIANT LA SITUATION ECONOMIQUE ET FINANCIERE TOUTE PAREILLE A LA GRECE ET QU,UN JOUR QUAND ON AURAIT BESOIN DE SUPPORT LES PAYS ARABES, A CAUSE DU COMPORTEMENT DES DEUX MILICES ILLEGALES, HELAS, NOUS TOURNERONT LE DOS...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants