X

Liban

Un sommet chrétien prévu à Bkerké pour aider à débloquer la crise gouvernementale

Communautés

Le patriarche espère parvenir à unifier les voix au sein du leadership maronite

09/01/2019

Le patriarche maronite, Béchara Raï, se prépare pour annoncer, incessamment, la tenue d’un minisommet chrétien à Bkerké dans une ultime tentative visant à faire pression pour débloquer la formation du gouvernement.Depuis l’apparition du nœud dit des sunnites antihaririens qu’aucune initiative ou médiation n’a pu résoudre à ce jour, le processus de la mise sur pied du cabinet s’est engouffré, une fois de plus, dans une impasse qui s’avère de plus en plus inextricable. Une stagnation à laquelle le chef de l’Église maronite souhaiterait mettre fin par une nouvelle initiative dont l’objectif serait notamment de tirer la sonnette d’alarme, à l’heure où l’État est menacé d’effondrement. Prévu la semaine prochaine en principe, soit quelques jours avant le départ de Mgr Raï aux États-Unis le 21 janvier, ce minisommet serait en quelque sorte le fruit d’une réflexion qui aurait mûri à Bkerké après le défilé des responsables politiques au siège de l’Église maronite à l’occasion des fêtes de fin d’année et qui, presque unanimement, ont exprimé le danger qui guette le pays si, entre-temps, la réactivation de l’exécutif n’a pas eu lieu.

C’est le chef du Mouvement de l’indépendance, Michel Moawad, qui a révélé l’intention du prélat maronite d’entreprendre cette nouvelle initiative « pour faire pression en vue de finaliser la formation du gouvernement », a précisé à la presse M. Moawad, qui s’est entretenu hier avec le patriarche autour de cette question. « Il est clair qu’il existe une volonté patente chez certains acteurs régionaux de bloquer la formation du cabinet », a encore dit M. Moawad dont la visite à Bkerké est intervenue peu après celle du ministre sortant des Travaux publics, Youssef Fenianos, et celle du directeur de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim.


(Lire aussi : Pas de cabinet avant le sommet économique arabe ?)


« Des ramifications régionales à la crise gouvernementale »

Un avis que semble également partager, semble-t-il, le prélat maronite qui, selon des sources informées proches de ce dossier, a récemment évoqué « des ramifications régionales à la crise gouvernementale », sans pour autant préciser le pays pourfendeur qui en serait à l’origine. D’où ses craintes de voir l’État pris de nouveau au jeu des intérêts régionaux qui se règlent par procuration en terrain libanais, soulignent ces sources.

La reconnaissance indirecte du patriarche de l’existence de facteurs externes liés à la crise vient remettre en cause les multiples déclarations politiques, notamment celle du Hezbollah qui insiste à conférer un caractère purement interne au blocage actuel.

C’est dès aujourd’hui, probablement, et parallèlement à la réunion traditionnelle des évêques maronites qui se tiendra à Bkerké, dont le communiqué final sera « extrêmement important » comme le prévoient des sources citées par l’agence al-Markaziya, que le patriarche entreprendra ses contacts avec les formations chrétiennes qu’il entend convier, à savoir le CPL, les FL, les Kataëb, les Marada et le Mouvement de l’indépendance.

En réunissant les leaders maronites dans une sorte de groupe de pression, le patriarche espère, précisent certains de ses visiteurs, enclencher une nouvelle dynamique pour mettre un terme à la paralysie actuelle, un peu comme il l’avait fait il y a quelques années lorsqu’il avait réuni les principaux chefs de file chrétiens dans l’espoir de mettre un terme au vide présidentiel qui perdurait à l’époque.


(Lire aussi : Les "porte-voix de Damas" entravent la formation du gouvernement, selon Joumblatt)


Interrogations

Sondée par L’Orient-Le Jour, une source proche d’un parti chrétien s’interroge sur l’efficacité d’une telle réunion et se demande à quoi elle servirait concrètement. Selon cette source, Bkerké aurait mieux fait d’initier un sommet qui regroupe l’ensemble des partis libanais, et non seulement les formations chrétiennes, pour faire pression sur les deux responsables chargés de la formation du cabinet, le chef de l’État et le Premier ministre. Lorsque le pays faisait face à un vide présidentiel, Bkerké avait réuni le leadership chrétien pour tenter d’amener les chefs de file concernés à unifier leur position et à s’entendre sur le nom d’un candidat. « Cette crise était marquée d’un sceau chrétien, le chef de l’État qu’il fallait élire étant lui-même chrétien, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui avec le blocage de la formation du cabinet, un problème qui, en définitive, concerne plutôt la communauté sunnite », commente la source. Celle-ci estime que le déblocage n’est pas nécessairement aux mains des chrétiens, « à moins que l’objectif du patriarche soit d’utiliser cette plateforme pour exprimer un ras-le-bol et pointer du doigt les responsabilités respectives ».

Un autre avis consiste à dire que Bkerké voudrait probablement réunir les chrétiens pour parvenir à une décision concertée avant le départ du patriarche aux États-Unis pour une tournée à caractères pastoral et politique.


« Faire preuve d’un front commun »

Pour les Kataëb, la proposition du patriarche est d’autant plus louable que les Kataëb avaient déjà exprimé plus d’une fois leur souhait de briser le statu quo par une nouvelle initiative qui « sorte du commun pour mettre un terme à la logique politicienne qui prévaut depuis quelque temps », comme le souligne le vice-président du parti Kataëb, l’ancien ministre Salim Sayegh.

Les Kataëb avaient suggéré de réunir au sein du Parlement tous les chefs des partis représentés au sein de l’hémicycle et préconisé de mettre un terme à la crise en formant un gouvernement restreint de technocrates, une idée largement soutenue par Bkerké.

M. Sayegh a salué favorablement la tenue de ce sommet chrétien ainsi que tout autre plan de sauvetage « pouvant nous sortir des tiraillements qui risquent de sonner le glas de la Constitution et de l’État libanais ». L’ancien ministre a saisi l’occasion pour critiquer au passage l’insistance du chef de l’État, Michel Aoun, à avoir avec le parti dont il est issu le tiers de blocage au sein du gouvernement. « Il est parvenu à la présidence à la faveur d’un compromis politique rendu possible grâce à une coalition qui a avalisé sa candidature. C’est avec cette coalition qu’il devrait aspirer au tiers de blocage, et non avec le CPL », dit-il dans une allusion à peine voilée à la responsabilité du président dans le blocage.

Une source proche des visiteurs de Bkerké souligne pour sa part que l’efficacité d’un tel sommet dépendra largement de la capacité des participants à « harmoniser leurs points de vue et à faire preuve d’un front commun en ce qui concerne la formation du gouvernement ».


Lire aussi

Les haririens se disent déterminés à ne pas céder aux diktats du Hezbollah

Raï : Les responsables s’arrachent le cadavre de la patrie

L’État veut-il « éradiquer le sunnisme modéré ? », s’interroge Ahdab

Gouvernement : le Hezbollah continue de distiller le chaud et le froid

Salamé : Le blocage gouvernemental rend difficile le maintien de la stabilité monétaire

Raï juge « impossible » qu’un cabinet ordinaire de 30 sauve le pays

Gouvernement : le Hezbollah promet un proche déblocage

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Pierre Hadjigeorgiou

Du cinéma qui ne servira qu'aux importateurs de café et peut être Doueihi, sea sweet ou encore Hallab...

AIGLEPERçANT

Les chrétiens du Liban nouveau , devraient prier tellement fort le Christ Jésus pour qu'Il nous réussisse un de ces miracles dont il est le seul a avoir le Pouvoir.

Bi Esmel Salib.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,EST D,UN SOMMET SUNNITE QU,IL FAUT EN PARLER PLUTOT. ET D,UN DEBLOCAGE CHIITE !

Irene Said

Ni les responsables religieux, ni le défilé des "responsables politiques...qui expriment le danger qui guette le pays..." avec une hypocrisie incroyable,

ne peuvent faire quoi que ce soit pour sauver le pays, si les 2 principaux responsables, Michel Aoun et Saad Hariri n'ont ni la force ni le courage de s'imposer face aux comploteurs et assassins du Liban.

Irène Saïd

TROLL & PSEUDONYMES

Je cite :
""Une source proche des visiteurs de Bkerké souligne pour sa part que l’efficacité d’un tel sommet dépendra largement de la capacité des participants à « harmoniser leurs points de vue et à faire preuve d’un front commun en ce qui concerne la formation du gouvernement ».""

Peut-être pour une fois, les maronites sont unis dans l’urgence, et le ""charisme évident"" du patriarche aidera à défaire le ""nœud maronite"". J’ai des doutes, car ils ne font pas le poids devant l’hégémonisme d’un certain parti…

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants