X

Liban

Pas de cabinet avant le sommet économique arabe ?

Gouvernement

Joumblatt dénonce « une campagne orchestrée » de la part des « porte-voix du régime syrien » pour bloquer le processus.

Yara ABI AKL | OLJ
08/01/2019

Contrairement à ce qu’auraient pu espérer les plus optimistes, le prochain gouvernement ne verra pas le jour avant le sommet économique arabe prévu à Beyrouth, les 19 et 20 janvier courant. D’autant que certains observateurs s’attendaient à un déblocage ministériel à la faveur de la récente réouverture de certaines ambassades arabes en Syrie, voire à une éventuelle participation de Damas à cette réunion.

À ce sujet, un tweet posté durant le week-end dernier par le leader du Parti socialiste progressiste Walid Joumblatt est particulièrement significatif. « On ne peut plus rien cacher à personne. Les porte-voix du régime syrien mènent une campagne orchestrée pour bloquer la formation du gouvernement, soit au moyen de concertations, soit par le biais de l’ajout de ministres et autres prétextes infondés. Tout cela afin d’entraver la tenue du sommet économique, et d’anéantir l’immunité du corps libanais », a-t-il écrit.

C’est également une impression pessimiste que l’on peut dégager des propos tenus hier par le président de la République, Michel Aoun. Devant le représentant personnel du président tunisien, al-Azhar al-Chabbi – venu lui confirmer la présence du chef de l’État tunisien, Béji Caïd Essebsi, au meeting économique de Beyrouth –, le président de la République a assuré que le sommet arabe se tiendra en temps voulu. « Le fait que le gouvernement soit en phase d’expédition des affaires courantes n’est pas une raison valable pour reporter le sommet », a-t-il souligné, rappelant que « le pouvoir est une continuité ». « Le cabinet sortant exerce ses prérogatives conformément aux règles constitutionnelles en vigueur », a assuré Michel Aoun.

(Lire aussi : Les "porte-voix de Damas" entravent la formation du gouvernement, selon Joumblatt)


Il va sans dire qu’à travers ces propos, le chef de l’État répondait aux informations ayant circulé récemment dans certains médias et selon lesquelles le meeting qui se tiendra à l’initiative de la Ligue arabe serait menacé de report, si le cabinet n’est pas formé d’ici au 19 janvier. Il n’en reste pas moins que les déclarations du chef de l’État revêtent une certaine importance politique. Après avoir longtemps exercé un forcing dans le sens de la mise sur pied du cabinet dans les plus brefs délais, le voilà tentant de « renflouer » le cabinet chargé de l’expédition des affaires courantes, comme le soulignent des observateurs. Dans certains milieux politiques, on va même jusqu’à estimer que par ces propos, Michel Aoun a implicitement confirmé que la mise sur pied de la future équipe ministérielle est reportée sine die.

D’ailleurs, le timing des déclarations de Michel Aoun est certainement à prendre en considération. Et pour cause : elles interviennent quelques jours après l’appel lancé par le président de la Chambre Nabih Berry au Premier ministre désigné Saad Hariri pour tenir une séance du Conseil des ministres afin d’approuver le budget 2019, et de l’envoyer au Parlement pour adoption. Un appel qu’a réitéré hier Anouar el-Khalil, député Amal de Hasbaya. Dans une déclaration à la Voix du Liban, M. Khalil a mis l’accent sur l’importance de la dernière prise de position de M. Berry sur ce plan, dans la mesure où « elle porte sur la réalité socio-économique, qui va beaucoup plus loin que les problèmes liés à la formation du cabinet ». « Cela ne porte aucunement préjudice au fait que la mise sur pied du cabinet relève de la responsabilité du président de la République », a insisté le député de Hasbaya.

Quant à la Maison du Centre, ses milieux semblent favorables à une telle proposition. Interrogé par L’Orient-Le Jour, un proche de Saad Hariri la qualifie de « logique », dans la mesure où « il faut dynamiser le cabinet sortant pour expédier les dossiers les plus importants, notamment le budget », explique-t-il, estimant que Saad Hariri n’entraverait pas une telle démarche.

Quoi qu’il en soit, les milieux proches de Baabda préfèrent rester loin des interprétations politiques des propos du chef de l’État, les confinant à la stricte dimension liée au sommet économique prévu dans deux semaines. Contacté par L’Orient-Le Jour, un proche de la présidence met les points sur les « i » : « Le président n’a fait qu’assurer que le sommet économique arabe aura lieu en temps voulu, même si le gouvernement (sortant) est en période d’expédition des affaires courantes », dit-il.


(Lire aussi : Les haririens se disent déterminés à ne pas céder aux diktats du Hezbollah)


L’obstacle sunnite

En attendant, le processus gouvernemental continue de buter indéfiniment sur le fameux obstacle sunnite, né de l’insistance des six députés hostiles au courant du Futur – et bénéficiant d’un appui indéfectible du Hezbollah – pour prendre part au cabinet. Quelques jours après la toute dernière rencontre entre Saad Hariri et le chef du Courant patriotique libre Gebran Bassil mercredi dernier, Fayçal Karamé, député de Tripoli, a opté de nouveau pour l’escalade face à M. Bassil, soulignant que le groupe auquel il appartient demande à nouveau à être représenté au gouvernement par un de ses membres, et que leur ministrable occupe un portefeuille et non un ministère d’État. Sauf que Abdel Rahim Mrad, député de la Békaa-Ouest, présente à L’OLJ un autre son de cloche. « La question du portefeuille de notre ministrable est susceptible d’étude et d’examen », souligne-t-il. Et d’ajouter : « Depuis l’échec de l’initiative Ibrahim, personne n’est entré en contact avec les députés proches de l’ex-8 Mars. Nous tiendrons une réunion après le retour prévu dans quelques jours de Fayçal Karamé, en déplacement à l’étranger. » Et de conclure : « Ce qui nous importe le plus, c’est que notre ministre nous représente exclusivement au sein du cabinet. » Une façon pour M. Mrad de faire barrage à toute tentative de M. Bassil d’intégrer le ministre en question à la quote-part de son parti, assurant ainsi au tandem Baabda-CPL le tiers de blocage, à même de causer une éventuelle paralysie de l’équipe ministérielle. Une impression que M. Bassil a confirmée lui-même implicitement depuis Bkerké vendredi dernier, en déclarant que le Hezbollah « n’a pas de problème » à ce que son camp détienne le tiers de blocage.

Sauf que les aounistes persistent et signent : le CPL n’est pas en quête du tiers. Joint par L’OLJ, un proche du CPL rappelle que le chef de l’État peut geler l’action du cabinet, en ne tenant pas de séances du Conseil des ministres.

Pour ce qui est de l’obstacle sunnite, le proche du CPL est catégorique : « Il n’est pas question que ce problème soit réglé aux dépens du chef de l’État, dans la mesure où il s’agirait là d’une tentative d’affaiblir son mandat », souligne-t-il tout en renvoyant la balle dans le camp de Saad Hariri. « D’autant qu’il est de son devoir de régler cette question », ajoute-t-il.



Lire aussi

Raï : Les responsables s’arrachent le cadavre de la patrie

L’État veut-il « éradiquer le sunnisme modéré ? », s’interroge Ahdab

Gouvernement : le Hezbollah continue de distiller le chaud et le froid

Salamé : Le blocage gouvernemental rend difficile le maintien de la stabilité monétaire

Raï juge « impossible » qu’un cabinet ordinaire de 30 sauve le pays

Gouvernement : le Hezbollah promet un proche déblocage


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L’azuréen

Aujourd’hui et c’est une évidence, L’Iran et ses acolytes veulent détruire à coups de masse et de marteau piqueur l’un des plus anciens pays de la région , le Liban.

ACQUIS À QUI

Il ne faudrait pas que Saad Hariri s'entête .

Les choses " sunnites" du pays Liban ne vont pas dans son sens, les bensaouds accourent pour renouer avec le héros syrien en Syrie.

S'il continue comme ça ses PROPRES sponsors sunnites du golfe vont le balancer.

Parole de libanais.

Le Faucon Pèlerin

Nous ne voulons pas que le Sommet économique arabe se tienne à Beyrouth. Le pays étant privé de gouvernement n'est pas en mesure de recevoir des chefs d'Etats étrangers pour discuter des problèmes qui ne nous concernent pas. Ils peuvent les discuter ailleurs dans un pays qui a un gouvernement, cela n'est pas assuré chez nous pour le moment.

LIBAN D'ABORD

QUI PEUT M'EXPLIQUER E QUI EMPECHE LE PRESIDENT ET LE PREMIER MINISTRE DESIGNE D'ENVOYER UN PROJET DE GOUVERNEMENT AU PARLEMENT?

SI IL OBTIENT LA CONFIANCE , LE PROBLEME EST TERMINE SINON LE PRESIDENT REFAIT DES CONSULTATIONS ET NOMME A NOUVEAU UN PREMIER MINISTRE DESIGNE PAR LES DEPUTES

ASSEZ DE DIRE TOUT LE MONDE DOIT ETRE REPRESENTE OU IL N'Y A PAS DE GOUVERNEMENT

SLEIMAN FRANGIE A ETE ELU PAR 1 VOIX DE DIFFERENCE , LA SIENNE D'AILLEURS 50 CONTRE 49

SOUS LE PRESIDENT CHEHAB IL Y AVAIT UNE MAJORITE ET UNE MINORITE ET LE LIBAN NE C'ETAIT JAMAIS MIEUX PORTE ( EN CE QUI CONCERNE LES REFORMES UNIQUEMENT)

MM LES DEUX RESPONSABLES DE FORMER LE GOUVERNEMENT IL EST TEMPS POUR VOUS D'ETRE A LA HAUTEUR DE LA SITUATION SINON L'AVENIR NE VOUS PARDONNERA PAS ET VOUS JUGERA SEVEREMENT

gaby sioufi

sur une chaine de tele locale, il m'a ete donne la chance INOUIE de suivre qqs minutes les propos d'un de nos honorables "chantres" dont je tais le nom par souci sinon d'éthique du moins celui "sanitaire",
je dis qqs minutes car c'etait deja trop, bcp trop vomitif.
le verbe, la facon, l'assurance demontres qui lui sont pt't habituels .
pourquoi donc je dis la chance inouie?
parce que cela a permis une confirmation irremediable s'agissant de l'avenir de notre Liban : MERDICUS .

Irene Said

"...dans la mesure où il s'agirait là d'une tentative d'affaiblir son mandat..."

Quel mandat ?
Un mandat incapable d'accomplir quoi que ce soit, incarné par un président sans aucun pouvoir et qui se laisse dicter la gérance du pays par ceux qui lui ont permis d'accéder au fauteuil de Baabda, mais mais sous certaines conditions et qui ne concernent en rien le Liban en tant que pays souverain ?
Irène Saïd


L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES SIX PIONS SUNNITES BLOQUENT LA FORMATION DU GOUVERNEMENT METTANT EN DANGER L,ECONOMIE ET LE DEVENIR DU PAYS... DE LEUR PAYS POUR LE COMPTE DE LEURS SEIDES ETRANGERS ET LOCAUX... QUELLE DECADENCE ET QUELLE HONTE !

Wlek Sanferlou

Toutes ces analyses et tous ces articles sont déconcertants!
On nous veut qu'on s'appitoye sur le aahed et ses hommes, qu'on admire les hauts faits des hezebs et des parties qu'on encense, des politiciens inutiles, qu'on respecte des personnes qui ne se respectent pas eux mêmes, et tout ça alors que le citoyen se meure dans tout les sens. On travaille tous et on ne demande pas la sympathie du monde alors que eux ne font même pas leur travail, pour lequel ils sont généreusement payé, et veulent qu'on s'appitoye pour eux.
Akh akh ya baladna

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué