X

La Dernière

Des gâteaux comme des œuvres d’art

Papilles
20/12/2018

Sandra Jabrayan Abou Jaoudé est une véritable « touche-à-tout ». Depuis plus de six ans, elle donne des cours de décoration et de glaçage de gâteaux. Architecte de formation, c’est en vivant à Dubaï qu’elle s’est prise de passion pour cette activité ludique, artistique et gourmande. « J’ai suivi des stages et des cours avec divers chefs et auprès de plusieurs entreprises qui voulaient lancer de nouveaux produits sucrés et des desserts aux Émirats arabes unis, raconte-t-elle. J’étais douée pour le dessin et je confectionnais des gâteaux pour mes enfants, une fille et un garçon (Sophie, 16 ans, et Edwin, 19 ans actuellement). J’ai toujours dessiné. J’ai même acquis dernièrement tout le matériel nécessaire pour m’attaquer à des fresques murales. J’en ai fait pour ma famille… De plus, j’ai toujours aimé confectionner des pâtisseries. Durant mes différents stages, j’ai appris différentes techniques comme travailler la crème au beurre ou le glaçage royal. Il y avait des femmes qui suivaient ces formations pour le plaisir, mais aussi de nombreux chefs pâtissiers. »

« Nous sommes rentrés au Liban en 2011. Je ne pouvais pas rester sans rien faire. J’ai donc décidé de donner à mon tour des cours de décoration de gâteaux, une ou deux fois par mois. »

À peine annoncés, ses cours se remplissent rapidement et il faut réserver sa place bien à l’avance. Au début, Sandra recevait les élèves à la maison. Aujourd’hui, elle préfère louer une salle dans un hôtel, « et ça marche » ! Les cours ont généralement lieu les samedis matin, pour permettre aux étudiants et à ceux et celles qui travaillent d’y assister. « Parmi les élèves, il y a des maîtresses de maison, certes, mais aussi des adolescentes qui aiment confectionner des pâtisseries, et enfin des personnes qui veulent changer de métier », précise-t-elle. Le mari de Sandra Jabrayan Abou Jaoudé aime lui aussi être derrière les fourneaux, afin d’essayer de nouvelles saveurs et partager ses plats. « Antoine a sa propre page de cuisine sur Facebook, baptisée “The Urban Cook”. Malheureusement trop pris par son travail, il ne poste pas de recettes assez souvent », note-t-elle.

Avant de donner ces cours, Sandra a exercé plusieurs métiers. Avant son mariage, elle s’est occupée de la galerie de meubles pour enfants de son père. Elle a ensuite suivi son époux au sultanat d’Oman puis aux Émirats arabes unis, avant de rentrer définitivement au Liban.

« J’ai fait beaucoup de choses. À Dubaï, j’ai enseigné dans une école pour ne pas être loin de mon fils. L’idée de le laisser seul me terrifiait. Je suis donc entrée à l’école avec lui ! », souligne-t-elle avec un brin d’humour.

Joyeuse, elle n’a jamais refusé de tenter une nouvelle aventure. Au début des années quatre-vingt-dix, après avoir obtenu un diplôme d’architecte d’intérieur de l’Institut européen du design à Milan, elle a coanimé une émission télévisée intitulée « L’Arche de Noé », destinée aux enfants. Habillée à la Chantal Goya, elle entonnait sur le petit écran les tubes de leur chanteuse préférée. « J’ai même dansé avec elle sur scène, lors de son passage au Liban, habillée comme elle », se souvient-elle.

« Mon expérience italienne aussi a commencé par de drôles de coïncidences. Durant la guerre du Liban, à la fin des années quatre-vingt, je suis partie à Chypre avec ma famille. J’étais à l’époque étudiante en architecture d’intérieur au Beirut University College-BUC (l’actuelle Lebanese American University-LAU). Pour me faire de l’argent de poche avec mes cousins et amis libanais, nous avons rejoint une compagnie qui vendait des espaces de vacances aux touristes. Notre mission était de prendre des bicyclettes et des motos et d’aller à la recherche de ces touristes qui venaient à Chypre. C’est ainsi que j’ai fait la connaissance de deux jeunes filles italiennes qui étudiaient l’architecture à Milan. C’est elles qui m’ont aidée à envoyer tous les documents nécessaires pour que je puisse m’inscrire à l’université », raconte-t-elle. À l’époque, internet, Facebook et les autres médias sociaux n’existaient pas.

Signe des changements du temps, c’est un peu grâce à Facebook et aux magnifiques photos qu’elle poste sur sa page « Sandra’s Cake Decorating Classes » qu’elle a fait connaître son travail. Des gâteaux portant toutes les couleurs et les formes dont on peut rêver et ressemblant chacun à une œuvre d’art qui donne envie d’être regardée puis croquée. Sans en gâcher l’aspect…

Dans la même rubrique
Les quatre saisons de Maya Zankoul

Délicieuse Mariette Massabny

Une spatule pour introniser les disciples d’Escoffier

Le Cordon Bleu, pour les férus de cuisine et de pâtisserie

Les Délices de Claudine : fruits séchés, confiture et générosité

Betty Habibian, une cuisine qui vient du cœur

Reem Azoury, une fusion réussie

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Tina Chamoun

Très belles oeuvres de patisserie en effet! Moi, ça me donne envie de les croquer des yeux pas plus!

Sarkis Serge Tateossian

j'ai au moins ce plaisir en commun avec Mme Jabrayan Abou Jaoude, faire des gâteaux(surtout en ce moment) et de manière presque pro.

Quel plaisir et satisfaction de servir nos proches et famille.

Allez, longue vie et santé à tous les libanais dans le pays et ceux dans le monde. Bonnes fêtes à toutes et à tous malgré les difficultés pour beaucoup, je sais.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants