X

La Dernière

Le Cordon Bleu, pour les férus de cuisine et de pâtisserie

Papilles
06/09/2018

L’Institut Le Cordon Bleu a remis la semaine dernière six diplômes aux élèves de sa première promotion au Liban, quatre en cuisine et deux en pâtisserie. Le 24 septembre, les cours redémarrent pour tous les passionnés.

Le prestigieux institut français a ouvert ses portes au Liban en octobre dernier, s’adressant, au début, aux professionnels et aux amateurs en leur proposant des cours de cuisine d’une demi-journée, et cela durant 4 mois. C’est en janvier 2018 que l’établissement a entamé ses modules destinés aux personnes qui désirent faire carrière dans la restauration, et devenir chef, spécifiquement, que ce soit dans la cuisine ou dans la pâtisserie

« Pour la cuisine ou la pâtisserie, nous proposons trois modules, de trois mois chacun : basique, intermédiaire et supérieur. À leur terme, un diplôme, en cuisine ou en pâtisserie est décerné. Les élèves peuvent également suivre les deux programmes et recevoir à la fin de leur formation le grand diplôme du Cordon Bleu », souligne dans un entretien avec L’Orient-Le Jour Marianne Abou Jaoudé, directrice générale adjointe de l’Institut le Cordon Bleu au Liban.

Présent dans 23 pays et cinq continents, Le Cordon Bleu dispense une formation axée sur la gestion hôtelière, les arts culinaires et la gastronomie. La première école a été ouverte à Paris, il y a plus d’un siècle. En 1895, la journaliste Marthe Distel fonde l’hebdomadaire La Cuisinière Cordon Bleu, et, l’année suivante, l’école Le Cordon Bleu. Elle organise des démonstrations culinaires et, en 1896, le premier cours de démonstration est réalisé avec un fourneau électrique afin de promouvoir le lancement du magazine et de l’école de cuisine. À partir de là, la réputation internationale du Cordon Bleu s’est développée très rapidement. Les grands chefs qui s’y sont succédé ont largement contribué à la codification des techniques de l’art culinaire français. Et de nombreuses nationalités se retrouvent parmi les étudiants du Cordon Bleu.

Un succès qui ne se dément pas

Aujourd’hui, l’institut accueille 20 000 étudiants par an. Les cours sont donnés par de grands chefs dont la majorité vient de restaurants étoilés Michelin ou a remporté de prestigieux concours tels que le titre de meilleur ouvrier de France. Ils transmettent aux étudiants leur savoir-faire en cuisine traditionnelle française ainsi que leurs techniques et savoir-faire.

« Le Cordon Bleu Liban est le seul institut relevant de la prestigieuse école française dans le monde arabe et au Moyen-Orient. Il a été mis en place suite au désir personnel du PDG du Cordon Bleu André Cointreau qui aime particulièrement le Liban et sa tradition culinaire », note Marianne Abou Jaoudé.

Le Cordon Bleu Liban a ouvert ses portes dans un bâtiment abritant un hôtel cinq étoiles, Burj on Bay, à Tabarja. L’institut qui est affilié à l’école hôtelière de l’Université Saint-Esprit de Kaslik (USEK) occupe une superficie de 1 109 mètres carrés sur deux étages de l’hôtel et compte cinq cuisines. Ce sont deux chefs français, Guillaume Sinden et Roberto Zanuso, qui donnent les cours. En 2020, deux autres chefs français se joindront à l’équipe.

Mis à part les modules dispensés aux élèves, Le Cordon Liban organise plusieurs activités. Deux fois par semaine, des cours d’une demi-journée s’adressent aux amateurs et aux chefs. Des stages de formation sur un sujet spécifique, taillés sur mesure, qui ont pour cible les professionnels, peuvent être organisés pour les compagnies ou institutions libanaises ou régionales intéressées. Des activités pour les enfants, « le petit cordon bleu », sont également prévues. Dans les mois à venir, des journées et des dîners à thème seront préparés sur place, comme la journée de la truffe qui se tiendra en janvier prochain.

Pour suivre les modules du Cordon bleu, il faut être féru de cuisine et avoir 18 ans. Au Liban, les cours sont en langue anglaise, et l’institut aide ses élèves à suivre de stages dans les meilleurs restaurants d’Europe et du Liban.

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

NAUFAL SORAYA

Intéressant!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Guerre du Yémen : ce qu’en dit un houthi de passage au Liban...

Un peu plus de Médéa AZOURI

Visconti et les lahem baajine

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué