Rechercher
Rechercher

Papilles

Délicieuse Mariette Massabny

Mariette el-Soury Massabni, de l’énergie à partager. Photo D.R.

Tous les jours à 18 heures, Mariette el-Soury Massabni publie sur sa page Facebook Les Délices de Mariette , une recette de cuisine et une photo.

Mariette el-Soury Massabni n’est pas un chef professionnel. Elle détient deux diplômes, l’un en psychologie clinique et l’autre en musicologie, et, de plus, travaille dans un domaine complètement différent : elle est directrice du bureau médical pour les affaires du personnel à au LAUMC-clinique Rizk. Même si ses journées au bureau sont longues, elle trouve le temps de s’adonner à sa passion : faire la cuisine.

De l’énergie, elle en a à revendre. « Certaines personnes me déconseillent de publier mes recettes, prétextant qu’il faudrait que je les garde pour moi. Mais je veux que les gens essaient de nouveaux plats, qu’ils mangent de bonnes choses… Et puis pourquoi devrais-je garder mes recettes à moi ? Aujourd’hui, on peut tout trouver sur internet ! » s’exclame-t-elle. « C’est facile de poster sur Facebook parce que c’est programmable, dit-elle. Je publie aussi régulièrement des photos sur mon compte Instagram. Mais Facebook pour moi est plus interactif. Sur ma page figure même mon numéro de téléphone personnel, les gens m’appellent pour demander des détails, et j’aime ça », confie également celle qui se définit comme une « culinary art instructor », installée dans son appartement cossu d’Achrafieh. Généreuse et le cœur sur la main, Mariette el-Soury Massabni a trois garçons, établis à Londres, Paris et Beyrouth. « J’ai toujours aimé faire la cuisine. Depuis que mes enfants habitent l’étranger, je me rends chez eux et j’en profite pour suivre des stages auprès de grands chefs. J’ai été ainsi chez Alain Ducasse, Le Nôtre, Christophe Michalak, Cyril Lignac et d’autres. En Angleterre, j’ai suivi des stages auprès de l’école Le Cordon bleu », raconte cette jeune grand-mère qui programme désormais ses voyages chez ses enfants selon ses stages de formation. Elle s’apprête d’ailleurs à voyager à Londres, pour voir l’un de ses fils, certes, mais aussi pour prendre part à un stage de fabrication de pain chez Paul.

« J’aime aussi les restaurants gastronomiques. Je réserve ma table avant de quitter le Liban, et quand j’arrive, avant même de m’installer, je visite la cuisine, confie-t-elle. La cuisine est pour moi la pièce la plus importante d’une maison. C’est elle qui lui insuffle un parfum de légèreté, qui lui donne de la vie. Sans l’odeur de plats cuisinés, une maison est triste. »

« Concocter des plats réveille tous les sens, l’odorat certes, mais aussi la vue avec les couleurs – d’ailleurs, j’utilise toujours des plats blancs ou noirs pour relever la couleur des aliments que je sers –, le toucher car je ne cuisine jamais avec des gants, l’ouïe parce qu’on entend les aliments qui cuisent et, bien sûr, le goût. La cuisine, c’est de la sensualité par excellence. »

Cette femme d’affaire(s) mijote ses plats en soirée après son retour du travail ou en week-end, s’assurant de prendre toujours des photos de ses œuvres, principalement des gâteaux, du pain, des plats libanais et internationaux. « Si on s’y met, même les plats libanais peuvent être présentés d’une manière gastronomique », précise-t-elle, montrant des photos à l’appui, notamment celle d’un plat de chanklich en boule, avec du thym et des tomates. « Mon mari me soutient, il m’aide en faisant les courses, sinon je n’aurais jamais le temps de tout faire ! » s’exclame-t-elle.

Pour elle, les gens ressemblent aux épices. « Comme pour les épices qui relèvent les plats selon leurs parfums, les personnes que nous rencontrons sont différentes et elles amènent, chacune, quelque chose de particulier à notre vie. »

Mariette el-Soury Massabni organise, en outre, une fois par mois des cours de cuisine chez elle et commence à prendre des commandes de catering. Elle a déjà été l’hôte d’un programme de télévision sur la LBCI et prépare actuellement un programme culinaire pour une télé libanaise. Des délices à la chaîne…


Dans la même rubrique
Une spatule pour introniser les disciples d’Escoffier

Le Cordon Bleu, pour les férus de cuisine et de pâtisserie

Les Délices de Claudine : fruits séchés, confiture et générosité

Betty Habibian, une cuisine qui vient du cœur

Reem Azoury, une fusion réussie

Joëlle Kanaan, l’art de mettre la cuisine en images

Zalfa Naufal, un virage à 180 degrés


Tous les jours à 18 heures, Mariette el-Soury Massabni publie sur sa page Facebook Les Délices de Mariette , une recette de cuisine et une photo.

Mariette el-Soury Massabni n’est pas un chef professionnel. Elle détient deux diplômes, l’un en psychologie clinique et l’autre en musicologie, et, de plus, travaille dans un domaine complètement différent : elle est...

commentaires (0)

Commentaires (0)