X

Liban

Les haririens plus que jamais déterminés à affronter le Hezbollah

Gouvernement

Ahmad Hariri assure que le Premier ministre désigné ne cédera au parti chiite « ni aujourd’hui, ni demain, ni dans une centaine d’années ».


Yara ABI AKL | OLJ
15/12/2018

Envers et contre tous les efforts du président de la République Michel Aoun – qui devrait s’entretenir avec le Premier ministre désigné Saad Hariri après son retour de Londres –, le gouvernement attendu depuis plus de six mois continue de buter sur le fameux obstacle sunnite, né de l’insistance du Hezbollah à intégrer ses alliés sunnites à la future équipe ministérielle.

Et pour cause : le différend opposant le Premier ministre désigné au parti chiite au sujet de la représentation des parlementaires sunnites gravitant dans l’orbite du 8 Mars ne cesse de s’aggraver. D’autant qu’aussi bien M. Hariri que les alliés sunnites du Hezbollah continuent de camper sur leurs positions respectives. C’est cette impression que l’on pourrait dégager des propos tenus hier par Jihad el-Samad, député de Denniyé, et membre de la Rencontre consultative regroupant les députés sunnites hostiles à M. Hariri.

Dans une interview accordée hier à la chaîne al-Jadeed, M. Samad a fait savoir que lors de leur entretien avec le chef de l’État à Baabda mercredi dernier, les députés sunnites du 8 Mars avaient réitéré leur insistance pour prendre part au futur gouvernement par le biais de l’un des six membres de la Rencontre. « Nous voulons participer au gouvernement dans le cadre de la quote-part réservée à la communauté sunnite. Et nous refusons de puiser notre siège dans le lot du bloc Le Liban fort », a-t-il ajouté.


(Lire aussi : Formation du gouvernement : "Nous sommes dans les 100 derniers mètres", assure Hariri)


Il est évident qu’à travers ces propos, Jihad el-Samad laissait entendre que son groupe refuserait toute solution qui serait axée sur une éventuelle intégration des députés sunnites pro-Damas dans la quote-part relevant du chef de l’État. Une façon pour ces parlementaires de confirmer que le bras de fer actuel les oppose à Saad Hariri exclusivement.

Une position à laquelle le secrétaire général du Futur, Ahmad Hariri, a réagi sans mâcher ses mots : « Certains voudraient voir le Premier ministre désigné se plier aux conditions du Hezbollah et d’un groupe parlementaire qui le représente. Mais cela ne se produira ni aujourd’hui, ni demain, ni dans une centaine d’années », a-t-il affirmé lors d’une cérémonie à Tripoli, appelant « ceux qui ont créé le problème actuel » à la résoudre. « D’autant que le chef de l’État a indiqué dès le premier jour que les députés en question ne sont pas en droit de plaider pour une représentation gouvernementale. » Et d’ajouter : « Le chef du gouvernement désigné n’approuvera pas un cabinet taillé à la mesure du Hezbollah. D’ailleurs, sa mouture est prête et connue aussi bien par le président de la République que par le chef du législatif. »

M. Hariri a assuré que Saad Hariri « ne sera pas brisé », de même que les rapports entre Baabda et la Maison du Centre, dans la mesure où l’attachement de Michel Aoun et Saad Hariri au compromis présidentiel est à même de préserver la stabilité politique et sociale. « Saad Hariri n’a jamais tardé à faire des sacrifices quand ils étaient dans l’intérêt du pays. Sauf que ce dont il est question aujourd’hui n’a rien à avoir avec ceci. Il ne s’agit que d’une tentative de porter atteinte à la représentation politique de Saad Hariri », a encore dit le secrétaire général du Futur.

Tentant d’expliquer les raisons de l’attachement des haririens à leur position, un proche de la Maison du Centre souligne à L’Orient-Le Jour que « M. Hariri n’acceptera aucunement que des gens gravitant dans l’orbite de Bachar el-Assad soient présents dans son cabinet. Ainsi, toute concession de sa part à ce sujet est exclue ».

Mais le ministre sortant des Finances Ali Hassan Khalil, conseiller politique du président de la Chambre Nabih Berry, ne perçoit pas les choses sous cet angle. S’exprimant lors d’une cérémonie jeudi, il a lancé un appel à « tous les protagonistes » à faire « un pas en arrière », assurant que « cela ne constituerait aucunement un échec ». Selon un observateur politique contacté par L’OLJ, le ministre sortant exhortait ainsi implicitement M. Hariri à s’entretenir avec ses rivaux sunnites.


(Lire aussi : Gouvernement : on tourne en rond !, le décryptage de Scarlett Haddad)


Le tiers de blocage

Quoi qu’il en soit, Michel Aoun semble de plus en plus déterminé à opérer une percée au niveau des tractations gouvernementales. À en croire des sources proches de Baabda citées par notre correspondante Hoda Chedid, le chef de l’État poursuit ses contacts en vue de la mise sur pied d’un cabinet d’entente nationale qui regrouperait tous les protagonistes. D’autant que la conjoncture économique actuelle ne permet pas le luxe des atermoiements.

C’est d’ailleurs dans une volonté manifeste d’appuyer ces efforts que le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, s’est rendu hier à Baabda pour un entretien avec M. Aoun. À l’issue de la rencontre, le chef de l’Église maronite a implicitement critiqué l’insistance des parlementaires sunnites du 8 Mars à participer au futur cabinet. « Il ne suffit pas de venir ici et de dire au président : “C’est ce que je veux. Cela n’est pas un dialogue” », a-t-il dit, soulignant que le pays ne saurait fonctionner avec une telle attitude (lire par ailleurs).

En attendant la rencontre Aoun-Hariri, la polémique autour du tiers de blocage a repris de plus belle hier. Deux jours après des propos du chef du Courant patriotique libre Gebran Bassil dans lesquels il avait assuré que son parti ne cherchait pas à obtenir cette proportion au sein du cabinet, Jihad el-Samad a évoqué le sujet pour la deuxième fois en l’espace de quelques semaines. « Je refuse qu’un parti détienne le tiers de blocage », a-t-il lancé.

Certes, le positionnement politique de M. Samad confère à ses propos une certaine importance dans la mesure où ils pourraient être interprétés comme une position appuyée par le Hezbollah. Mais un proche du parti chiite affirme à L’OLJ que sa formation se soucie peu de cette question. « Ce qui nous importe le plus, c’est que la représentation de nos alliés sunnites au cabinet soit respectée et assurée », ajoute-t-il.

Même son de cloche à Baabda et chez le CPL. Selon des sources de la présidence, le chef de l’État n’a jamais demandé le tiers de blocage. Il n’a même pas évoqué la question avec le Premier ministre désigné. Mais il s’est entendu avec ce dernier sur une quote-part présidentielle de quatre ministres.

Interrogé par l’agence al-Markaziya, un député du groupe parlementaire Le Liban fort a naturellement emboîté le pas à Michel Aoun et Gebran Bassil, assurant que son parti n’a pas besoin du tiers de blocage. « Le fait d’évoquer ce problème maintenant n’est qu’une tentative de détourner l’attention de l’obstacle réel : la représentation des sunnites du 8 Mars », ajoute-t-il.



Lire aussi

Cadeaux de saison, l'éditorial de Issa GORAIEB

Walid Joumblatt plaide en faveur de la souplesse dans la formation du gouvernement

Gemayel : L’administration pourra-t-elle absorber les 11 milliards de CEDRE ?

Le Conseil grec-catholique « inquiet » du retard du gouvernement

A Londres, Hariri appelle les investisseurs britanniques à faire confiance au Liban

À Baabda, les sunnites pro-Damas douchent les efforts de Aoun

Quelles sont les ambitions du Hezbollah dans le prochain cabinet ?

Aoun relance ses démarches en quête d’un déblocage

Un retrait de la désignation du Premier ministre est-il possible ?

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Wlek Sanferlou

Ok, bon, alors plus la peine d'y penser, on se donne tous rendez-vous dans 100 ans.
Yallah, khalikoun!

Antoine Sabbagha

Avec ce bras de fer , et ce défi confessionnel , le pays plonge de plus en plus dans un vide effarant .

Le Faucon Pèlerin

Pendant la guerre 39-45, ma mère fabriquait elle-même le "kechk" pour toute la saison hivernal . Elle exposait le "kechk" sur des draps blancs pour sécher au soleil sur la terrasse. Afin de dissuader les corbeaux de venir se servir avant nous, je passais des journées entières à faire du bruit sur la terrasse.. De là vient, je crois, le dicton : "Les corbeaux se chamaillent sur le "kechk" des voisins".
L'Iran des Ayatollahs fait la guerre à l'Arabie saoudite, par le biais des sunnites et des chiites du Liban qui vivaient en paix depuis les Mamlouks qui avaient chassé les chiites de la Côte vers la Békaa-Nord et Jabel Amel.

Le Faucon Pèlerin

Nabih Berry :"La solution c'est démettre les six députés sunnites ou les pousser à quitter le pays".
Estez Nabih nous avait habitués à des apartés sympathiques, jamais à des niaiseries. L'ancien stagiaire du cabinet de grand Abdallah Lahoud, est doté d'une intelligence particulière qui lui a permis de siéger au "perchoir" depuis un quart de siècle. Mais cette foi-ci, il est aux antipodes de la bonne solution.
La solution est d'abord de recommander à son ami Hassan Nasrallah de s'occuper de ses tunnels exclusivement puis de recommander aux six députés de prendre leurs places d'opposants républicains. Le renard n'a pas sa place dans un poulailler. Ou on est renard ou on est poule, pas les deux.

Tina Chamoun

Côté résistance, Ahmad Hariri a encore un loooong chemin devant lui et une résistance aguerrie en face qui pose probléme à l'ennemi commun. J'dis ça, j'dis rien hein?
Je te tiens tu me tiens par la barbichette...

Bustros Mitri

Le coup d’etat permanent...

FÊTE ACCOMPLIE

Rappelons nous les discours enflammés contre le PHARE AOUN 2 ans durant.

Pour les dissidents sunnites on en est encore loin pour juger de l'issu de ce corps à corps sunnite.

Avec chacun ses alliés.

Mais mon petit doigt me dit qu'on l'aura notre gouvernement, j'en connais même la couleur.

Irene Said

"...la Rencontre consultative regroupant les députés hostiles à Saad Hariri..."

Comment peut-on appuyer, et aussi demander à Saad Harir d'intégrer dans le futur gouvernement des personnes qui lui sont ouvertement hostiles, et en plus...pro-syriennes ?

Dans quelle autre nation qui se respecte trouvez-vous cette aberration:
des députés qui affichent leur allégeance à un autre pays ?

On se demande aussi si la nationalité séoudienne de Saad Hariri n'est pas une raison de l'opposition des pro-Syrie et du Hezbollah, farouches ennemis de l'Arabie Séoudite ?

Malheureusement, chez nous les politiciens mélangent depuis toujours le personnel et l'officiel...et font fi de l'intérêt de leur...patrie...
mais est-ce vraiment une patrie pour eux...ou seulement un espace pour exercer leurs intérêts ?
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES SIX JUDAS A LEUR COMMUNAUTE ELUS PAR DES VOIX NON SUNNITES SONT AU SERVICE DU HEZBOLLAH DONC DE L,IRAN ET DE LA SYRIE POUR DYNAMITER LEUR PROPRE COMMUNAUTE ! ET PARTANT FAIRE PERDRE AU PAYS LES DONS ET LES INVESTISSEMENTS DE LA CEDRE ET LE DETRUIRE POUR FACILITER LA MAINMISE ETRANGERS. LA TRAITRISE AU TABLEAU !

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué