Liban

Gouvernement : on tourne en rond !

Décryptage
14/12/2018

La semaine de la reprise de l’initiative par le président de la République touche à sa fin, sans avoir enregistré des résultats concrets sur le plan de la formation du gouvernement. Elle avait commencé par une décision claire de la part du chef de l’État d’accélérer le processus de formation, considérant que le délai s’était prolongé bien plus que prévu alors que la situation économique s’approche dangereusement des clignotants rouges.

Au départ, le président songeait sérieusement à adresser une lettre au Parlement pour placer les différentes parties devant leurs responsabilités. Il a d’ailleurs discuté de cette option avec le président de la Chambre, Nabih Berry, lors de leur rencontre à Baabda. Selon des sources proches de Aïn el-Tiné, le président de la Chambre aurait déconseillé au chef de l’État de prendre cette initiative, estimant qu’elle ne doit être utilisée qu’en dernier recours, même s’il est exact qu’elle fait partie des prérogatives constitutionnelles accordées au chef de l’État. M. Berry pense en effet qu’il y a des risques que les députés sunnites boycottent la séance qui serait consacrée à la lecture de la lettre du président. Ce qui le pousserait à la reporter pour ne pas tomber dans le piège de l’exclusion d’une composante importante du tissu national libanais et pour ne pas aggraver les divisions internes et entraîner le Liban dans une crise de régime au lieu d’être une simple crise politique. De plus, selon les sources de Aïn el-Tiné, si la lettre présidentielle n’a pas l’effet escompté auprès des députés, ce serait un coup porté au prestige et au rôle de la présidence de la République. C’est pourquoi Nabih Berry aurait donc suggéré au président Aoun de n’adopter ce scénario qu’en ultime recours.

De son côté, le chef de l’État avait un objectif précis, à travers la menace d’utiliser cette prérogative, celui de faire bouger le dossier de la formation du gouvernement et de le sortir de l’immobilisme. De fait, les différentes parties concernées ont soudain décidé de remettre le dossier de la représentation des sunnites du 8 Mars au sein du gouvernement au cœur des négociations et c’est ainsi que le chef de l’État a reçu à Baabda le Premier ministre désigné, les membres de la Rencontre consultative ( les six députés sunnites du 8 Mars), une délégation du bloc de la résistance(Hezbollah), ainsi que le député Teymour Joumblatt et d’autres personnalités concernées par le dossier.


(Lire aussi : A Londres, Hariri appelle les investisseurs britanniques à faire confiance au Liban)


Toutefois, selon des sources proches de la Rencontre consultative, les réunions de Baabda n’ont pas vraiment permis de faire une percée dans le dossier. Selon ces mêmes sources, les six députés sunnites croyaient que le président allait leur soumettre une idée précise alors que le chef de l’État semblait attendre d’eux une initiative donnée. La rencontre a donc été très cordiale, mais elle n’a pas abouti à un progrès concret dans le dossier de la représentation des sunnites du 8 Mars au sein du gouvernement. Le seul élément nouveau, c’est que le chef de l’État aurait suggéré aux membres de la Rencontre consultative de choisir pour les représenter une personnalité en dehors de leur groupe.

Pour l’instant, le chef de l’État serait en train d’évaluer les résultats des contacts effectués au cours de la semaine écoulée et de faire une synthèse au sujet des solutions possibles, en attendant le retour à Beyrouth du Premier ministre désigné, ainsi que les résultats de la rencontre entre Saad Hariri et Gebran Bassil à Londres.

Jusqu’à présent, les efforts du chef de l’État se heurtent à un double refus : celui de Saad Hariri qui n’accepte toujours pas de rencontrer les six députés de la Rencontre consultative, et encore moins de leur octroyer un ministère d’État, et celui du groupe des six qui refuse de ne pas être représenté par l’un de ses membres au sein du gouvernement.

La solution possible, estiment des sources qui suivent le dossier, consiste donc dans la remise par les six députés sunnites du 8 Mars au président de la République d’une liste de trois noms de personnalités proches d’eux afin qu’il en choisisse une qui serait incluse dans sa part gouvernementale. Un peu dans le genre de la solution adoptée pour le nœud dit druze. Mais ce scénario se heurte encore à trois obstacles. D’abord l’exigence des six députés sunnites d’être reçus par le Premier ministre désigné, car cette rencontre représenterait une reconnaissance de sa part de leur existence. Ensuite, leur refus déclaré jusqu’à présent de se faire représenter par une personnalité qui ne serait pas membre de la Rencontre consultative et, enfin, le refus de Gebran Bassil de réduire la part du président et celle du CPL, qui, selon lui, devrait être (au total) de 11 ministres dans un gouvernement de 30. M. Bassil précise, dans ce contexte, qu’il ne s’agit pas de vouloir pour le camp présidentiel le tiers de blocage au sein du gouvernement, car, selon lui, il n’en a pas besoin, mais plutôt d’une question de principe relative aux résultats des élections législatives. Le chef du CPL préférerait, en effet, la solution des 32 ministres qui a été rejetée par Hariri.Pour l’instant donc, et après une semaine de concertations, le dossier de la formation du gouvernement continue de tourner en rond. Et les grands perdants sont le Liban et les Libanais.


Lire aussi

Walid Joumblatt plaide en faveur de la souplesse dans la formation du gouvernement

Formation du gouvernement : "Nous sommes dans les 100 derniers mètres", assure Hariri

À Baabda, les sunnites pro-Damas douchent les efforts de Aoun

Quelles sont les ambitions du Hezbollah dans le prochain cabinet ?

Aoun relance ses démarches en quête d’un déblocage

Un retrait de la désignation du Premier ministre est-il possible ?


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Avangarde

Il ne faut pas attribuer tout les retards aux luttes politiques et au hasard. Il y a aussi 5'000.- fonctionnaires que les ministres sortants semblent avoir employés depuis les élections de mai (selon la presse). Donc certains arrivistes pourraient favoriser la continuité du Gouvernement sortant et le presque vide institutionnel.

Le Faucon Pèlerin

Scarlett Haddad parle encore du "Bloc de la Résistance"... Qui dit "Résistance" dit "Occupation". Israél n'occupe que quelques mètres à Kfarchouba où elle avait installé un mirador afin de pouvoir détecter une attaque surprise de la part des mercenaires pro-iraniens. Si l'Etat libanais s'engage à surveiller sa frontière, Israél se retire immédiatement. Quant aux Hameaux de Chebaa et le demi-Gajr, ils sont syriens.
Occupons-nous exclusivement de notre pays le Liban et laissons aux autres parler tout le temps de la Syrie, l'Iran, l'Arabie, Erdogan, Poutine, Trump, du Détroit d'Ormuz et Détroit de Tiran etc.

Wlek Sanferlou

"Et les grands perdants sont le Liban et les Libanais"
erratum : "grands" est de trop. Il faut "et les perdants sont le Liban et les libanais" les autres? Ce sont ceux qui nous tortures avec leurs jeux de chaises musicales.

Tina Chamoun

Ron, ron macaron
Le dîner à la maison
Fait's ceci, fait's cela
Atchoum!

A la fin de cette ronde pour enfants, on s'arrêtait net et on s'accroupissait... et l'on recommençait.

Ron, ron macaron...

Le Faucon Pèlerin

Je ne vois pas Edouard Philippe, chef du gouvernement français, intégrer dans son équipe Jean-Luc Mélanchon, chef des Insoumis qui insulte tous les jours le Chef de l'Etat ainsi que les membres du gouvernement.
Chacun est à sa place : Edouard-Philippe gouverne et Jean-Luc Mélenchon est dans l'opposition.
J'invite les députés de la Rencontre Consultative et leurs mentors, à la raison républicaine.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ARTICLE OBJECTIF SI CE N,ETAIENT DES BARATINS EN CE QUI CONCERNE LES SIX JUDAS A LEUR COMMUNAUTE QUE VOUS SEMBLEZ TRES CHERE MADAME SCARLETT HADDAD MENAGER POUR LEURS ATTACHES SYRIENNES...

Hitti arlette

Les six members de la la rencontre consultative ne sont en fait qu'un ramassis hétéroclite qui se veut à tout prix être présenté au public comme étant un bloc homogène .C'est inconcevable que ces députés puissent paralyser la naissance du cabinet . N'a t-on évoqué dans un passé proche de la possibilité de former ou d'imposer un gouvernement du fait accompli ? On aimerait connaître les raisons pour lesquelles les protagonistes n'ont-ils plus eu recours à cette option salvatrice ? Bon weekend à la chère Scarlett .

gaby sioufi

comme a chaque coup,
tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil.
la Faute ? , le Crime ?
ben cherchez le ailleurs.

FÊTE ACCOMPLIE

Le Liban ne peut pas avoir tout perdu Scarlett, dans la mesure où le Liban vous a, VOUS .

Bon week-end et permettez moi une grosse bise sur chaque joie .

Saliba Nouhad

Merci, Mme Haddad pour la dernière phrase de votre article...
Je réalise que vous descendez sur terre, devenant très réaliste et cessez de trouver continuellement des excuses à toute cette bande d’irresponsables et leur cirque médiatique honteux...
Prendre les gens pour des imbéciles, alors que la cause de tout ceci est bien connue et que rien ne sera réglé si les diktats du Hezbollah ne sont pas respectés, et le Président est malheureusement pris dans ce piège infernal duquel il ne sait plus comment s’en sortir...
Allez, continuons de tourner en rond: on finira par avoir le vertige et tomber en se cassant la gueule et le pays avec...
On ne récolte finalement que ce qu’on a semé.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué