X

Liban

« Bouclier du Nord » : L’armée réfute les accusations israéliennes, la Finul enquête

« Bouclier du Nord »

« Les développements à la frontière sud ne devraient pas servir de prétexte à une quelconque escalade », affirme Hariri.

S.B. | OLJ
06/12/2018

La pression est quelque peu retombée hier au Liban-Sud, après les tensions de la veille, et les déclarations israéliennes tonitruantes sur des tunnels creusés par le Hezbollah et traversant la frontière. La journée d’hier a été marquée par une réunion tripartite tenue par la Finul à Naqoura au Liban-Sud, en présence de représentants de l’armée libanaise et de l’armée israélienne. Au cours de la réunion, l’armée a réfuté « les accusations de l’État hébreu concernant la présence de ces tunnels à la frontière sud », assurant que le Liban respecte la résolution 1701 du Conseil de sécurité. Elle a demandé à la Finul d’obtenir des informations précises sur les endroits où Israël « prétend qu’il y a des tunnels ». Elle a également insisté sur le fait que l’État hébreu ne peut mener aucune opération sur le territoire libanais, l’appelant à « cesser ses incursions aériennes, maritimes et terrestres ».

La Finul, pour sa part, envoie aujourd’hui une équipe technique pour enquêter du côté israélien de la frontière, ainsi que l’a annoncé le général Stefano Del Col, commandant en chef de la Finul, au cours de la réunion. Il a souligné « l’importance que les différentes parties assurent l’accès de la Finul à tous les sites le long de la ligne bleue ». Il a invité le Liban comme Israël à avoir recours aux mécanismes de coopération mis en place par la Finul afin de « réduire la tension » et d’« assurer le maintien de la sécurité et de la stabilité » le long de la frontière.

Hier en soirée, une réaction du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a été véhiculée par son porte-parole : celui-ci a affirmé que « construire des tunnels d’un pays à un autre, à des fins militaires, est totalement inacceptable ».

En soirée également, le Premier ministre désigné Saad Hariri, dans un communiqué, a estimé que « les développements de la frontière sud ne devraient pas servir de prétexte à une quelconque escalade, c’est ce à quoi le Liban s’emploie avec les différentes parties internationales et les pays amis concernés ». « Le gouvernement libanais affirme son engagement complet envers l’application de la résolution 1701, en coopération avec la force intérimaire internationale, et confirme que l’armée est chargée d’assurer la sécurité des frontières et d’y étendre l’autorité de l’État », a-t-il ajouté. Il a déclaré que le gouvernement était engagé à ne pas violer les règles établies dans le cadre de la 1701, qualifiant les actions israéliennes de « violations claires et inacceptables de ces règles ».

Quant au Hezbollah, il n’a toujours pas publié de communiqué depuis le début de l’opération israélienne.Plus tôt dans la journée, le ministre des Affaires étrangères Gebran Bassil avait donné ses instructions pour déposer une plainte au Conseil du sécurité contre Israël « qui viole en moyenne 150 fois par mois le territoire libanais ». Le président du Parlement, Nabih Berry, a de son côté affirmé que « les accusations israéliennes ne se basent pas sur des preuves », faisant allusion aux défis internes auxquels le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu fait face, notamment avec la justice.


(Lire aussi : Opération israélienne : ce qu'en dit la presse libanaise)


Israël poursuit ses travaux
Sur le terrain, Israël poursuivait hier ses opérations d’excavation à la frontière libanaise. Des militaires, des véhicules et des pelleteuses israéliens étaient toujours positionnés en matinée en face du village de Kfar Kila (d’où a commencé la construction des tunnels, selon la version israélienne), comme on le voit sur des images de la chaîne LBCI. Des travaux étaient en cours dans ce secteur. La poursuite de ces travaux a été confirmée hier à l’aube par le porte-parole arabophone de l’armée israélienne, Avichay Adraee, dans un message publié sur Twitter.

L’armée israélienne a en outre lancé hier matin en face de Marjeyoun un ballon de surveillance équipé de caméras, aux abords du village de Mays el-Jabal. À l’aube, les forces israéliennes ont également installé une caméra de surveillance sur le mur qu’elles avaient érigé afin de séparer leur territoire du Liban. L’armée israélienne a enfin érigé des murs de sable du côté israélien, en face des hameaux de Ouazzani. Un véhicule blindé israélien patrouillait dans le secteur.

Commentant ce regain de tension, l’ambassade de Russie en Israël a défendu le « droit d’Israël à protéger sa sécurité nationale », tout en appelant au respect des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU. « Sans aucun doute, Israël a le droit de protéger sa sécurité nationale, notamment en interdisant l’entrée illégale de quiconque sur son territoire. En même temps, nous espérons que les actions prises dans ce cadre ne seront pas en contradiction avec la résolution 1701. Nous nous attendons à ce que la Finul, déployée dans le secteur de la ligne bleue, remplisse sa mission en interdisant toute violation. Nous appelons toutes les parties à se montrer responsables et faire preuve de retenue afin d’éviter des comportements provocateurs et des déclarations fortes qui pourraient exacerber une situation déjà tendue », écrit l’ambassade russe à Tel-Aviv sur son compte Twitter.


(Lire aussi : L'opposition israélienne accuse Netanyahu d'instrumentaliser l'opération contre le Hezbollah)


Une situation « grave »
Quel sens donner à cette escalade ? Le général à la retraite Khalil Hélou, expert militaire, affirme qu’il ne faut pas considérer cet incident comme un fait isolé, et que l’enquête de la Finul côté israélien sera déterminante pour apporter des réponses. « Que ces tunnels existent ou pas, le Liban n’est pas hors de danger, dit-il. S’ils existent, ce serait une violation de notre côté, sachant que les violations israéliennes sont incessantes aussi. Et dans le cas contraire, ce serait encore plus grave, parce que cela voudrait dire qu’Israël cherche un prétexte pour préparer son opinion publique à une guerre avec le Liban. »

Toutefois, selon lui, le manque d’ampleur de la mobilisation sur le terrain du côté israélien montre qu’il n’y aura pas de guerre imminente. Mais cet incident, poursuit-il, est à placer dans un cadre beaucoup plus vaste, celui du conflit américano-iranien, avec des pressions exercées sur l’Iran pour abandonner ses programmes de missiles, ce qu’il refuse. Sans compter le conflit saoudo-iranien indirect dans plusieurs pays de la région, ou encore le conflit israélo-iranien en Syrie… À tout cela, il faut ajouter l’escalade verbale du secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah et du Premier ministre israélien.

Commentant la réponse libanaise aux allégations israéliennes, l’expert estime que « l’armée fait son devoir à la perfection ». « Mais les responsables politiques n’auraient pas dû laisser l’armée faire face seule à une situation aussi grave, poursuit-il. La plainte déposée à l’ONU est une réponse diplomatique, mais il aurait fallu une action plus visible sur le terrain de la part des responsables concernés. »

Pour sa part, un expert qui a requis l’anonymat note que la première victime des allégations israéliennes est la Finul. « La communauté internationale estime déjà que la Finul n’applique pas l’esprit de la 1701, c’est-à-dire empêcher les acteurs non gouvernementaux de mener une action militaire au sud du Litani », souligne-t-il, sans préciser si un tel constat pourrait mener à une modification de mandat de la force intérimaire. Dans tous les cas, cet observateur note que la situation est « grave » et que « les indices n’augurent rien de bon », alors même que « le seul garde-fou au Sud, la 1701, est en train de s’éroder, et qu’au Liban, nous ne sommes pas préparés à cette éventualité ». Selon lui, il y a « une montée en puissance du sentiment d’insécurité extérieure et intérieure en même temps ».


Lire aussi
Le Hezbollah viole-t-il la 1701 ?

Tunnels et rituelsl'édito de Issa GORAIEB

Israël lance son « Bouclier du Nord », mais sans bruit de bottes...

À Kfar Kila, on n’est « pas concerné par les activités de l’autre côté de la frontière »

Pourquoi Israël a lancé son opération à la frontière libanaise

Israël "agit contre le transfert d'armes sophistiquées" au Hezbollah

Guterres tire la sonnette d’alarme sur les armes illégales du Hezbollah

Les menaces israéliennes et la lecture du Hezbollah

Un porte-parole de l’armée israélienne interpelle Hassan Nasrallah à l'occasion de son anniversaire

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

LIBRE DE PARLER

Ces tunnels ils existent ou non?
la Finul nous le dira dans quelques temps
Si oui c'est contre la resolutuion de l'ONU ( ce n'est pas la premiere des deux cotes ) mais cela veut dire que HN suit son idee d'attaquer un jour le nord d'Israel comme il l'a annonce a maintes reprises avec toutes les represailles que cela entrenera tout comme Arafat se permettait de faire et nous avons vu les consequences

Faire des tunnels c'est pour attaquer par surprise
Voler au dessus du Liban c'est pour espionner HB et pour lancer des missiles sur la Syrie

Pour le Liban le resultat est certainement pas le meme

L'armee se doit quand meme d'aller visiter cette maison d'ou les israeliens ont dit que le tunnel commence sans attendre que HB ferme le tunnel et que M Bassil amene des diplm;ates pour leur montrer qu'il n'y a rien

L’azuréen

Moi j’écoute les conclusions de cet expert qui paraissent très logiques et non pas fantasques et rocambolesques. Israël prépare son opinion , netenyahu est pris dans les mailles des filets de la justice et comme d’habitude il a besoin d’une guerre pour se faire oublier ....Il n’y a rien de bon dans tout cela mais bon quand on veut rester autiste !

Sarkis Serge Tateossian

Des vidéos montrant des tunels peuvent circuler evodement... Mais rien ne pouve à ce stade qu'il s'agit des tunnels creusés par le Hezbollah.

Enfin s'il y a vraiment de nombreux tunnels creusés à partir du Liban pourquoi s'en inquiéter que maintenant ?
Israël pays au budget militaire extrêmement élevé
, aux moyens techniques très élargis est capable de détecter toute vibration dans le sol même à des profondeurs importantes.

Enfin si les vietnamiens creusaient facilement des tunnels pour se cacher ou attaquer lors de la guerre contre les americains, le sol était humide et très peu rocheux. Ici, nous sommes au Liban et le sol sur la frontière Libano-israélienne est extrêmement rocheux ou toute opération visant creuser des tunnels exige des moyens importants techniques et humains et ceci devient visible .... Par les armées des deux côtés.

Enfin dans l'absolu, tout est possible mais il faut des preuves.

ACE-AN-NAS

Je suis épaté par la " patience " des USURPATEURS de terre palestinienne.

Je ne les connaissais pas comme ça.

D'habitude pour moins que ça ils attaquaient.
QUELQUE CHOSE À VRAIMENT CHANGÉ LA CHARGE DE LA PEUR.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MEME LE DERNIER ABDO EST SUR DE L,EXISTENCE DE CES TUNNELS. MAIS AUSSI DES VIOLATIONS JOURNALIERES DES ESPACES AERIEN ET MARITIME LIBANAIS PAR ISRAEL. CONDAMNER LES UNS SANS CONDAMNER LES AUTRES EST UNE FAUSSE STRATEGIE DES N.U. ET DES OCCIDENTAUX...

Yves Prevost

Ce qui serait vraiment étonnant, ce serait que le Hezbollah n'ait creusé aucun tunnel. Par contre, les découvrir ne sera certainement pas facile.
Quant à dire que "le Liban respecte la résolution 1701", ce n'est exact, qu'à condition de distinguer le Liban du Hezbollah.

Gros Gnon

Antonio Guterres a affirmé que « construire des tunnels d’un pays à un autre, à des fins militaires, est totalement inacceptable ».

Bon ben il ne reste plus qu’à acheter des avions furtifs puisque ça c’est permis...

Michel Le Tallec

Personne ne peut contester les affirmations israéliennes sur l'existence des tunnels du Hezbollah. Des vidéos circulent prises par les Israéliens a l'intérieur de ces tunnels. L'armée libanaise a peut-être peur des réactions du Hezbollah, mais elle a internet a jouer le jeu de la vérité si elle veut être crédible et respectée.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Taëf et le nouveau rapport de forces...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué